Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Petite expérience d’écologie sociale

Petite expérience d’écologie sociale

Par  

Nous voudrions montrer comment, très simplement, on peut améliorer l’écologie du site que l’on habite, ses relations avec ses voisins et faire aussi des économies. Ce que l’auteur a fait pour lui-même avec ses voisins immédiats dans un lotissement du XIXème siècle en Île-de-France. À l’origine, le lotissement qui a été édifié au sein de coteaux boisés, bénéficiait d’un environnement écologique particulièrement riche. Cependant, l’évolution des modes de vie et des systèmes de transports, l’organisation des échanges ont contribué progressivement à appauvrir le milieu naturel (drainage perfectible des eaux, imperméabilisation des sols, pollution des eaux de rejets due à l’emploi d’herbicides, qualité de l’air, lutte contre les espèces animales nuisibles, renforcement des clôtures, remplacement des essences diverses par des essences courantes, …etc). Ces évolutions ont profondément modifié l’éco-système des lieux.

Dès lors, nous avons procédé comme suit :
  • nous avons réalisé une analyse environnementale du milieu naturel, de ses spécificités, de ses besoins, de sa fragilité, mais aussi de son potentiel ;
  • parallèlement, nous avons écouté individuellement chaque voisin en prenant en compte leur singularité en terme financier, en terme d’approche patrimoniale, de mode de gestion de leur propriété, de leur relation de voisinage, …etc.
La démarche générale a consisté à voir dans quelle mesure l’une de ces deux approches servait l’autre. Dès lors, ont été recensés les types d’échanges qu’ils entretenaient déjà entre eux (relations de voisinage, services divers), en même temps que leurs besoins potentiels (diminution des charges de fonctionnement, augmentation des échanges de produits et services, jouissance des espaces, liens sociaux). Concrètement, à l’issue de cette étude, une série de mesures a été adoptée immédiatement ou envisagée à terme. Parmi les premières, l’abandon des clôtures entre parcelles (favorisant le déplacement d’espèces animales sauvages comme le hérisson, le blaireau, …etc), l’échange de produits maraîchers, l’emprunt ou la location en commun de matériels de bricolage et de jardinage, courses à domicile pour une personne âgée, vide-grenier et évènements festifs, surveillance des bâtiments en cas d’absence de leur propriétaire. Parmi les secondes, l’interpellation de la Mairie sur des travaux modificatifs de voirie et d’éclairage public, l’utilisation d’espaces privés à des fins pédagogiques (jardinage pour le centre de ré-insertion), le drainage des eaux pluviales entre parcelles, dispositifs de captations de ressources naturelles suivant les différentes expositions des parcelles, projet paysager commun, garde d’enfants. Nous conclurons par les remarques suivantes :
  • cette approche n’entraîne pas les surcoûts que l’on prête habituellement à un projet environnemental. A contrario, elle génère des économies en terme de budget de fonctionnement ;
  • elle contribue à l’amélioration du milieu naturel dans toutes ses dimensions (hydrologie, faune, flore, …etc) ;
  • elle renforce les liens qui unissent ses habitants et donc la solidarité qui en représente la valeur.
Ainsi, l’approche écologique montre que sont liés échanges et valeurs (financières et écologiques), sans qu’il ait été besoin d’y mettre des moyens hors de proportions. L’originalité de la démarche est qu’elle s’appuie sur un tissu déjà existant, qu’elle ne prête pas aux habitants des aspirations écologiques particulières, qu’elle lie les liens sociaux avec l’exploitation et le renforcement du milieu naturel et enfin, et non des moindres, qu’elle vise à la diminution des charges de fonctionnement sans impact sur l’environnement.

Stupid art unlimited
Stupid art unlimited
Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #1
Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #1
L’art contemporain est un art officiel
L’art contemporain est un art officiel

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :