Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Que faire, face au psychopathos mondialisé de l’art dit contemporain ?

Que faire, face au psychopathos mondialisé de l’art dit contemporain ?

Par  

Avant-propos : Sur MN, nous nous sommes toujours attachés à présenter des artistes. Il ne suffit pas en effet de dénoncer l’arnaque de l’art contemporain, cette monnaie virtuelle légitimant à tout moment le délit d’initié et s’appuyant sur la propagande d’Etat, il nous faut sans cesse découvrir les artistes, les faire sortir de leur grotte, leur offrir une marge pour exister. C’est ce que nous faisons à notre niveau, c’est ce que fait Nicole Esterolle par sa vaste entreprise de recensement des artistes dans son Nicole’s Museum.

Nicole Esterolle : Voici deux images qui illustrent bien la folie ravageuse de cet art, pur produit de la collusion des logiques institutionnelles, financières et médiatiques : la première est celle d’une artiste « à l’œuvre » au CRAC de Montbéliard et la deuxième et celle de l’artiste qui va représenter la France à la prochaine biennale de Venise… Il y a aussi ces images de veau dans le formol de Hirst, de mannequins d’enfants pendus de Cattelan, de poulets flambés d’Abdessemed, et des milliers d’autres expressions du même délire… Nous en sommes donc là, stupéfaits, hébétés, impuissants devant cette terrifiante propagation d’une psychopathie que rien ne semble pouvoir arrêter puisqu'elle repose sur l’intrication de colossaux enjeux de pouvoir et d’argent. C’est un gigantesque pathos artistique internationalisé, mais qu’il faut voir aussi comme symptôme du très mauvais état de santé mentale de l’humanité-même… et peut-être comme signe avant-coureur de sa disparition.

Alors, que faire face à cela ? Que faire, quand la critique, l’analyse, la révélation de l’ineptie, du ridicule, du cynisme, de l’arrogante stupidité des systèmes concernés, deviennent autant d’aliments et d’arguments de légitimation pour ces mêmes systèmes… Quand l’appareil se nourrit de ses propres défécations… Quand le pathos possède les moyens de s’auto-prescrire comme seul remède à sa malfaisance ?  Oui, l'art duchampo-contemporain, comme l'a en effet bien préconisé le divin pervers Marcel, peut se nourrir de son autodérision et de ses propres excrétions… alors oui, il faut démuséifier l'urinoir et autres merdouilles bidulaires qui remplissent les FRacs notamment.

Moi je pense que, face à ce déplaisir imposé, face à cette douloureuse torsion du sens, à ce déni de la réalité et de la vie, il faut absolument dire et montrer qu’il existe une création vivante, saine et belle ; une luxuriante floraison d’une richesse et d’une diversité extraordinaires et que les logiques de pouvoir et d’argent n’ont pas pu empêcher d’être. Et c’est pour affirmer l’existence de cette libre et saine création venant de tous les pays du monde, que j’ai constitué en trois ans cette collection de 4000 artistes, que mon ami Damien Maigne a transformée en ce Nicole’s Museum, qui me comble d’émerveillement. Alors, oui, si comme  moi, vous voulez agir face à ce pathos envahissant, faites circuler le Nicole’s Museum, partagez-le au maximum, envoyez-le par mail à vos amis artistes et amateurs d’art…. pour leur redonner de l’optimisme et de l’espoir en l’homme.

Le nicole's museum, plus grand musée d'art vraiment contemporain du monde est ici : http://nicolemuseum.fr/


Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #7
Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #7
Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #4
Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #4
Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #8
Petit essai sur l’art autoproclamé contemporain et officiel #8

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :