Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


YouTube censure Lars von Trier

YouTube censure Lars von Trier

Par  

Plus outré qu'un Manuel Valls face à une manifestation de bonnets rouges, plus puritain qu'une Najat Vallaud-Belkacem face aux 343 salauds, plus effarouché qu'une féministe face à Éric Zemmour, il y a YouTube face à Lars von Trier. Depuis plusieurs mois, le cinéaste distille sur le web des extraits de son prochain film Nymphomaniac ou, comme l'écrit son site, Nymph()maniac. Le dernier extrait intitulé Little Organ School, également mis en ligne sur YouTube, a été censuré par le site américain, avant d'être remis en place quelques heures plus tard.

Depuis sa remise en ligne, la vidéo a été visionnée plus de 800 000 fois. Le cap du million de vues devrait être bientôt franchi, en dépit de l'avertissement laissé par YouTube et la nécessité de s'authentifier pour lancer la lecture de la vidéo. Le second extrait, qui avait été publié au mois d'août et regardé depuis par 4 millions de personnes, était ô combien plus violent. Mais d'une violence subtile, uniquement suggestive, trop sublime pour qu'elle soit perçue par le site de diffusion de vidéos.

Reconnaissons que l'extrait publié cette semaine, pour le moins explicite, ne pouvait que faire réagir YouTube ; il n'y a pas, dans cette décision, de quoi surprendre les habitués du web, qui savent bien qu'il faut peu pour que la censure nord-américaine tombe. Sur un écran séparé en trois bandes verticales, on y voit un organiste, un félin tenant une proie et un couple faisant l'amour. Une étonnante polyphonie surgit de cette juxtaposition. L'effet est à la fois troublant et magistral, l'acte sexuel y prend une dimension sublime et sacrée. Il n'en faut pas plus pour heurter nos amis américains. Bien qu'il y ait, comme toujours, beaucoup de provocation autour de l'œuvre de Lars von Trier, on ne peut pas nier le talent qui est le sien et qui est plus évident que jamais dans cet extrait.

En effet, Lars von Trier se complait à laisser fuiter, çà et là, des rumeurs propres à enflammer le petit monde du cinéma : une version "hardcore" (le terme est ambigu) serait présentée à Cannes, ou que certaines scènes n'auraient pas été simulées… Mais qu'importe la provocation, et le sujet un peu racoleur il est vrai ! Plus que jamais fidèle à lui-même, c'est par la simplicité des règles de tournage qu'il s'impose, que von Trier nous touche.

La sortie du long métrage est prévue en deux parties, l'une au 1er janvier 2014, l'autre le 29 janvier.

Un certain Gulda…
Un certain Gulda…
Vianney : entre fantaisie militaire et variétoche
Vianney : entre fantaisie militaire et variétoche
Biolay chante Trenet
Biolay chante Trenet

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :