Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Attentats : hypothèses de travail

Attentats : hypothèses de travail

Par  

Face un événement, quel qu’il soit, si l’on veut le comprendre et en tirer des conséquences, il importe de l’analyser, c’est-à-dire de voir ce qui en serait à l’origine. Dans cette perspective, aucune hypothèse ne doit être exclue ; l’éventail des possibles doit être ouvert, sans exclusive.

***

Dans les événements qui se sont déroulés en région parisienne dans la deuxième semaine de janvier 2015, il y a eu donc - pour rappel - d’une part, cet attentat dans les locaux de Charlie Hebdo dans Paris et, d’autre part, la prise d’otages à la porte de Vincennes, sans oublier les policiers abattus à Montrouge. Il y a eu dans ces tueries trois acteurs, aujourd’hui identifiés et éliminés, en la personne des deux frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly. Au moins un de ces deux hommes serait passé par le Yemen et y aurait suivi une sommaire formation paramilitaire et doctrinale par Al Qaeda dans la Péninsule Arabique (AQPA), d’où cette attitude qualifiée, par certains commentateurs, de « professionnelle » dans l’exécution de leur action (sang froid, détermination, maîtrise des armes).

Incohérences

Les frères Kouachi et Coulibaly étaient, nous dit-on, très liés et faisaient partie du même groupe depuis plusieurs années, impliqués dans « la filière des Buttes Chaumont » active dans l’envoi de Jihadistes pour l’Irak au bénéfice de la branche irakienne d’Al Qaeda.

Dans les « confessions » filmées de Coulibaly - disponibles après la fin de la prise d’otages - l’on apprend que ce dernier se revendique explicitement (drapeau derrière lui et revendication verbale) de l’Etat Islamique.

Dans une interview téléphonique avec BFM-TV donnée le 9 janvier 2015, un des frères Kouachi, alors qu’il est retranché dans une entreprise de papeterie de Dammartin-en-Goële, se revendique pour sa part d’« Al-Qaeda au Yemen » (Al Qaeda dans la Péninsule Arabique, AQPA).

Quand on sait que les relations entre les deux entités (AQPA et Etat Islamique) ne sont pas au beau-fixe, l’on a du mal à comprendre comment se peut-il que ces membres de « la filière des Buttes Chaumont » se réclament de deux entreprises en grande partie concurrentes et exclusives.

Ces revendications respectives sont-elles donc valides ? Et quelle valeur peut-on alors leur donner ? Il est plus que certain que les liens entre Couylibaly et les deux frères Kouachi sont davantage de nature personnelle qu'en rapport quelconque avec leurs référents respectifs.

Les ratés

Des éléments viennent perturber la qualification des frères Kouachi et de Coulibaly décrits comme terroristes « professionnels » ; ainsi certains « ratés » dans le déroulé et la préparation de l’opération (erreur d’adresse, carte d’identité) mettent-ils en doute le « professionnalisme » des terroristes.

L’erreur d’adresse tout d’abord. Le fait d’être entré au départ dans le mauvais immeuble témoigne d’une impréparation manifeste de l’opération. Certes, l’endroit n’était pas indiqué explicitement ; il n’y avait pas d’enseigne à l’entrée de l’immeuble précisant que Charlie Hebdo y avait ses locaux et à quel étage. Mais quand on se lance dans une telle opération, c’est un travail en amont (information, repérage) qui ne peut être omis, si tant est que l’on soit un peu « professionnel » et « cortiqué ». N’oublions pas que les deux assaillants ne savaient pas par contre à quel étage se trouvait la rédaction de Charlie Hebdo. Ils ont été en premier lieu conduit au 3ème étage par une personne de l’immeuble alors que la rédaction est au second. Puis ils se sont ravisés et se sont finalement fait ouvrir la porte à ouverture codée du second étage menant aux locaux de Charlie Hebdo.

Reste que les frères Kouachi savaient que la réunion de la rédaction se tenait le mercredi et qu’ils avaient donc effectué quelques « reconnaissances » en amont de leur opération pour le savoir. Quant à Coulibaly, il portait sur lui une caméra de type GoPro, ce qui signifie que son acte était parfaitement prémédité, d’autant plus qu’il avait enregistré un témoignage filmé, ceci vraisemblablement avant son action contre les policiers à Montrouge et certainement avant sa prise d’otages à la Porte de Vincennes.

Deuxièmement, la question de la carte d’identité « oubliée ». Faire une telle opération en emportant sur soi ses papiers soulève quelques questions ; pire, les oublier dans le véhicule que l’on abandonne, relève d’une négligence surprenante. Néanmoins, avoir ses papiers sur soi permet d’éviter une interpellation par des forces de l’ordre et donc un blocage sur le chemin de l’aller ou du retour du forfait, et ceci ne peut a priori être totalement critiqué de manière négative. Mais perdre ses papiers est, par contre, totalement inconséquent lorsque l’on monte une telle opération.

Notons que l’assaut des frères Kouachi a été effectué cagoulé, ce qui pourrait signifier a priori que ce n’était pas une mission-suicide ; un Kamikaze ne cache pas son visage. Mais agir cagoulé - faut-il quand même ajouter - c’est aussi d’emblée instaurer une situation de sidération et de peur envers toute personne rencontrée. Il n’y a donc pas à conjecturer là sur le port des cagoules. De son côté, si Coulibaly portait une cagoule lors de son action à Montrouge (cagoule qu’il a perdue d’ailleurs dans sa fuite, permettant son identification ADN) il ne la portait pas lors de sa prise d’otages à la Porte de Vincennes.

Usage du doute

Dans n’importe quelle situation, l’usage du doute est important dans le cheminement de pensée afin de parvenir à une analyse sérieuse. Or, si ce doute doit être méthodique et opératoire, il ne doit en aucun cas être systématique, au risque de se perdre dans des théories hallucinantes et grotesques.

Ainsi, certains esprits tortueux ont cru déceler, par exemple, une machination dans une pseudo-étude des images filmées et notamment en ayant décelé un changement de couleur des rétroviseurs de la voiture des frères Kouachi (la voiture du début de l’opération ne serait ainsi pas celle de la fuite). Le bon sens vient vite balayer cette « découverte », puisque l’on sait que le reflet du ciel sur la peinture d’une voiture suffit à faire accroire que la couleur (au demeurant  noire) de certaines parties du véhicule apparaissent argentées à l’image, voire très claires.

Instruments ou acteurs autonomes

Si l’on veut prendre comme hypothèse que les deux assaillants ont été des instruments et non des acteurs autonomes, alors plusieurs pistes s’ouvrent. D’autant plus de pistes à mon sens d’ailleurs, si des Services d’un Etat souverain sont les commanditaires, que s’il s’agissait d’une organisation terroriste. Quand des Services « montent » une opération, il peut y avoir deux modalités d’actions : directe ou indirecte. Directe, quand les assaillants savent exactement qui les envoie à l’action et sont sûrs que ces commanditaires n’ont pas d’autres commanditaires. Indirecte, c’est une machinerie très complexe car différentes situations peuvent se présenter, en fonction des différents degrés et de profondeur dans la manipulation de ceux qui conduiront au final l’opération (les assaillants) ; les assaillants peuvent croire être agit par A alors que cela peut-être B derrière A, voire C derrière B, lui-même derrière A ! Bref, les exécutants ne savent pas forcément qui les conduits, qui tirent les ficelles au final. Ainsi ne peut-on que très difficilement se prononcer sur la manipulation, sachant qu’une opération « réussie », en la matière, est absolument indécelable.

Voyons maintenant qui ou quel pays pourrait avoir agit, si tel était le cas. Pour réussir une telle opération de manipulation, il faut avoir des Services très qualifiés en la matière. Peu de pays sont en mesure de monter et de réussir la chose. Voyons les pays qui sortent du lot ; parmi les premiers, nous avons : les Etats-Unis, la Russie, la France, Israël et la Grande-Bretagne. De ces cinq pays, il faut réussir à déterminer lequel avait un intérêt suffisant et nécessaire pour se lancer dans une telle manipulation. Il faut aussi déterminer quel était le but final de cette manipulation pour ce pays en question. La connaissance de ce but est incontournable pour poursuivre l’hypothèse de travail. Pour finir, compte-tenu des conséquences imprévisibles, très diverses et très aléatoires, une telle opération de manipulation est extrêmement délicate. Cela démontrerait une maîtrise parfaite de toute la chaîne (c’est-à-dire jusqu’au but final recherché, au-delà des attentats), ce qui est quand même fortement improbable. Cette hypothèse de manipulation peut donc être écartée à mon sens.

Les sous-doués du Jihad

Si l’on prend les derniers terroristes islamistes qui sont passé à l’action - que ce soit Mohammed Merah, Nemmouche, les frères Kouachi et Coulibaly - l’on constate que ces derniers relèvent plus de la catégorie des « recalés du Jihad » que d’autres choses, sachant  qu’ils n’ont jamais été intégré effectivement ni dans les combattants de l’Etat Islamique, ni dans les groupes d’Al Qaeda (AQMI, AQPA, etc.). Certains, mais pas tous, sont allés néanmoins sur « zone » (Yemen, Afghanistan, Pakistan, etc.) mais quoi qu’il en soit, aucun n’a été intégré dans une structure combattante. Le profil psychologique de l’ensemble de ces tueurs révèle, par ailleurs, qu’ils sont au-dessous de la moyenne. En ce sens, ces terroristes sont en quelques sortes des « sous-doués du Jihad ».

Un fin analyste, Xavier Rauffer, nous dit à ce sujet des choses justes et de bon sens. Al Qaeda ou l’Etat Islamique, qui voient venir vers eux de nombreux prétendants au Jihad, ne s’embarrassent pas de branquignoles, de pieds-nickelés ; ils les écartent. Dans un groupe de combat, la survie est l’affaire de tous. Un maillon faible dans l’équipe et c’est la sécurité du groupe qui est mise à mal. Un lot de consolation consiste donc à faire entendre à ces « ratés » qu’ils rendraient un fier service à « la cause » en agissant plutôt « chez eux », en l’occurrence en Europe, qu’au sein de l’organisation (EI ou Al Qaeda).

Pathos en pâture et la vraie manipulation

Au vu de ce qui s’est passé les jours suivants, et surtout de la grande manifestation qualifiée d’« historique » organisée à Paris (à laquelle ont participé des dirigeants internationaux, dont certaines  personnes peu qualifiées pour se poser en défenseurs des libertés et/ou du pluralisme), on peut légitimement dire où se trouve la manipulation. La récupération politique de l’événement est LA manipulation qui a vraiment eu lieu dans cette affaire.

Opération de communication, mobilisation d’une opinion publique (au moment où les Français sont plus que dubitatifs sur l’action et la légitimité du gouvernement), action de la présidence et d’un gouvernement sur leur côte de popularité, répétition générale d’une action politique future contre un parti politique qui est arrivé premier aux dernières élections (européennes) ; bref, les ficelles sont grosses même si malheureusement la population n’a que peu été lucide et sensible à cette mascarade, tant elle fut engluée de pathos en continu, en « direct live », par les médias. Mais, on le sait, « les Français sont des veaux » avait d’ailleurs dit le Maréchal Juin au Général De Gaulle (lequel a repris à son compte cette description de ses administrés). Ce qui est paradoxal, c’est le fait que l’on ait entendu dans les médias parler d’« Union nationale », de « cohésion nationale », cela de la part de personnes qui depuis 50 ans ont participé à l’entreprise systématique de déconstruction de tout ce qui relève justement du national - y compris les victimes de Charlie Hebdo, faut-il le souligner.

Si ces actes terroristes doivent être condamnés, l’on est pas obligé pour autant de tomber dans le panneau du « Je suis Charlie », de la sympathie pour l’idéologie de l’hebdomadaire ciblé. Mais il faut pour cela assez de recul, d’esprit critique, choses du monde pas vraiment partagée en ces temps de décervellement/d’asservissement généralisé et industriel… Dire « Je suis Charlie », c’est aussi oublier et passer au second plan les autres victimes (policiers et clients du super marché attaqué). Enfin, ce n’est pas « la liberté d’expression » ou « la République » qui était visée mais simplement la France, en tant que telle, et tout ce qu’elle peut représenter pour les fondamentalistes islamiques (pays européen, de race blanche, de tradition chrétienne).

L’Islam en question

Ce que met en question ces derniers attentats, c’est l’Islam et ses liens avec le terrorisme. Énonçons-le d’emblée, il n’y a pas UN mais DES Islams ; ceci pour les hystériques islamophobes. L’Islam pratiqué en Indonésie, n’est pas celui du Nigéria ou de Bosnie, ni celui d’Arabie Saoudite ou d’Iran. Il ne faut donc pas catégoriser et s’exonérer de la connaissance du réel. Il ne faut pas tomber dans le travers des « islamistes radicaux » eux-mêmes, lesquels ne reconnaissent qu’une seule forme d’Islam sur l’ensemble du globe. En cela, les islamistes radicaux et les islamophobes se rejoignent ; pour les deux parties il n’y a qu’un seul « vrai Islam », l’Islam radical, salafiste, faisant l’impasse et omettant sciemment les cultures nationales, l’Histoire, la Tradition, les ethnies, en un mot : en évacuant le réel. 

Ajoutons également qu'une grande partie des musulmans de France est dans une situation d'inquiétude, de peur, ceci à cause du chantage et de la surenchère à la piété (la pratique du "holier than you" que l'on retrouve dans la plupart des pays musulmans d'ailleurs) exercée par des extrémistes salafistes lesquels naviguent dans leur communauté. Et il est inadmissible qu'en France une communauté (quelle qu'elle soit d'ailleurs) ait peur, subissent les intimidations de la part d'une minorité d'activistes. Une sorte d'omerta règne dans la communauté musulmane et ces individus indésirables ne sont donc pas signalés alors qu'ils devraient l'être ; ici, ce sont les musulmans eux-mêmes qui sont responsables de la chose et qui devraient se remettre en cause. Une prise de conscience est incontournable pour pallier cette carence. Une des difficultés réside dans le fait qu'il n'y a pas une mais plusieurs communautés musulmanes en France, une autre dans ce qui caractérise l'Islam même : l'absence de clergé et donc d'autorité vraiment légitime (dans l'Islam sunnite). L'Etat est également défaillant pour sa part, n'étant pas en mesure de faire le nécessaire pour poursuivre en justice ces idéologues politico-religieux islamiques. Il s'agit pourtant d'une oeuvre de sécurité publique.   

Cependant, il est un fait - écarté sciemment par la plupart des hommes politiques et des journalistes, du fait du « pasdamalgame » - c’est celui que les terroristes, qui ont agit lors de ces attentats, l’ont fait « au nom de l’Islam », « du Prophète ». Ces terroristes sont donc des « terroristes islamistes », des « islamistes radicaux ». Ils faut les nommer car tenir des propos tels : « Nous faisons la guerre au terrorisme », sans parler de l’idéologie qui sous-tend est profondément stupide, tant on ne lutte pas contre un mode d’action (le terrorisme) mais contre un adversaire possédant une idéologie (politique et/ou religieuse) bien définie. Il est tout aussi stupide de dire que « Nous n’avons pas à mener une guerre, à être en guerre, quand bien même elle nous aurait été déclarée par les terroristes » ; rappelons à ce sujet les propos de Julien Freund au moment de sa soutenance de thèse, le 26 juin 1965 : « (…) vous pensez que c'est vous qui désignez l'ennemi, comme tous les pacifistes. Du moment que nous ne voulons pas d'ennemis, nous n'en aurons pas, raisonnez-vous. Or c'est l'ennemi qui vous désigne. Et s'il veut que vous soyez son ennemi, vous pouvez lui faire les plus belles protestations d'amitiés. Du moment qu'il veut que vous soyez son l'ennemi, vous l'êtes. (…) ». Il n’y a donc aucune échappatoire quand un groupe vous a désigné comme ennemi, quand il vous a déclaré une guerre.

Par ailleurs, les idéologues de l’islamisme radical sont connus ; ils ont pour nom Ibn Tayymiya, al-Mawdudi, Sayed Qutb, Hassan al-Banna, Taqiuddin an-Nahbani, Abdullah Azzam, etc. Mais disons-le clairement, les Kouachi et Coulibaly les ont-ils lu, si tant est qu’ils en aient jamais eu connaissance. Ils ont plutôt été endoctrinés de façon bien plus élémentaire (« basique » pourrait-on dire), avec des arguments à la portée de leurs intellects (limités) respectifs, ceci par d’autres individus et qui, eux, sont toujours en liberté, bien vivants et pas forcément connus des services de Police.

Là réside plutôt, à mon sens, la gravité de la situation actuelle car il y existe en France de nombreux Kouachi et Coulibaly en déshérence, en rupture de ban avec la société, souvent de petits délinquants au sang chaud, en quasi totalité de culture musulmane et réceptifs à des propos politico-religieux binaires, meubles à un endoctrinement leur redessinant un monde en noir et blanc où ils ont leur place et dans lequel ils peuvent se racheter de leurs conduites passées tout en agissant pour ce qu’ils considèrent comme une cause supérieure légitime (transcendante).

 

Il s’agit de mettre en œuvre une politique de traque de ces idéologues-relais, de ces réels prédicateurs de haine, de ces vrais dangers, ce qui demande la mise en œuvre d’une effective et nouvelle politique de renseignement intérieure. Un travail-amont qui demande moyens humains et matériels, bref, une action prioritaire dépassant les contingences budgétaires. 

Mais a-t-on seulement des politiques à la hauteur du défi ? On ne peut qu’être malheureusement dubitatif.

Voir sur le blog de Philippe Raggi.


Souffrance au travail : la fonction a tué le travail
Souffrance au travail : la fonction a tué le travail
Souffrance au travail : une loi contre la double peine ?
Souffrance au travail : une loi contre la double peine ?
Le monde du travail deviendrait-il asexué ?
Le monde du travail deviendrait-il asexué ?

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :