Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Chouans et sans culottes en gilet jaune !

Chouans et sans culottes en gilet jaune !

Par  

Je suis allé écouter David l’Epée en conférence chez les gars de l’Action Française à Lyon. Un gars qui vient du marxisme pour venir jusqu’à moi me causer de gilets jaunes, cela mérite le détour ! Jusqu’à maintenant je me réjouissais avec un brin de cynisme de tout ce qui peut déstabiliser la République et surtout celle qui se dit en marche, et depuis je cogite sur les possibilités qui s’ouvriraient à l’occasion d’une véritable insurrection de tous ceux de droite et de gauche attachés au réel et à la patrie.

Il est évident que les gens de droite, parmi les plus honnêtes, sont toujours tiraillés vis-à-vis de tels mouvements populaires. Laissons de côté ceux, qui se disant à droite, ont tellement peur d’être les perdants d’un changement de système, qu’ils regardent avec mépris un peuple qui ne consent pas au sacrifice qui lui est consubstantiel. « Ils peuvent s’estimer heureux ! Il y a bien pire dans le monde, s’ils voyageaient, ils le constateraient. » Ces gens de droite-là sont de simples collabos. Il ferme les yeux quand Les Lumières sont trop aveuglantes pour garder bonne conscience. Finalement, ce n’est pas qu’ils sont contre le progressisme, c’est qu’ils aimeraient simplement que cela prenne plus de temps, ils aimeraient ne pas voir l’effondrement auquel ils participent de leur vivant.

Penchons-nous sur ceux à droite qui souhaitent réellement et ardemment le changement qui permettra de sauver notre patrie et notre civilisation. David l’Epée parlait du goût des marxistes pour une révolution structurée et ordonnée, et bien ces gens de droite croient davantage au coup d’état. Une tribune des plus subversives avait d’ailleurs été publiée à l’époque d’Hollande sur ces pages, intitulée : « De la nécessité morale du coup d’Etat ». Une façon de changer en restant propre, en évitant cette sale guerre civile qui m’obligerait à tuer mon copain de comptoir. Et quand cela n’est ni le jour ni l’heure, cet homme de droite, comme dirait David l’Epée, a tendance à préférer un ordre injuste au désordre, Macron aux gilets jaunes.

La responsabilité des patriotes de droite est donc cruciale en ces temps de troubles. Leur rôle n’est pas de préférer l’ordre injuste, mais de faire en sorte que cette insurrection puisse se transformer en coup d’Etat le moment venu. Les marxistes appellent sans doute ça une révolution, mais peu importe. Le mot est tellement entaché de satanisme qu’il m’est devenu impossible de l’utiliser.

Macron a cherché dès le début du mouvement à éloigner le peuple de gauche en commandant aux médias et intellectuels aux ordres des analyses sociologiques visant à prouver que nous avions affaire à une révolte d’extrême droite. Des drapeaux régionaux furent pris pour des drapeaux royalistes par BFM, on inventa des slogans non prononcés, etc. Les socialistes scrupuleux se sont lavés les mains, les patriotes sont restés.

Macron cherche désormais à éloigner le peuple de droite. L’ordre est donné de laisser entrer les fauteurs de désordre. Tandis que madame Michu doit ouvrir son sac à main devant les CRS, les Antifa entrent casqués avec des sacs à dos blindés. Le résultat est évident, dégâts, bataille, etc. Les Antifa, attachés à toutes les vieilles lunes du gauchisme dont le multiculturalisme, sont les idiots utiles de Macron et du système libéral-libertaire. Et si cela ne suffit pas, Macron a convoqué l’islamo-gauchisme, convergence de tout ce que l’on fait de pire en matière d’idéologies. Les insultes formulées envers Finkielkraut, symbole de la pensée de l’enracinement aujourd’hui, furent un révélateur de la présence de l’hydre au sein des gilets jaunes. Les gens de droite vont-ils partir ? Les patriotes vont-ils rester ?

Le printemps arrive, les gilets jaunes ont tenu jusque-là. Peut-être sommes-nous devant la dernière chance de se libérer d’une triple soumission en marche : soumission à l’Europe, soumission à la finance internationale, et enfin soumission à l’islam. Dernière chance, car les patriotes sont encore majoritaires, le jaune l’emporte encore. Le système ne croit plus en lui-même et se cogne chaque samedi au réel. David L’Epée suggère que chouans et sans-culotte s’unissent pour ce combat et finissent ainsi de brouiller les vieilles cartes politiques gauche-droite. J’avoue que moi qui aie du mal avec le dress code du gilet jaune, l’idée de me balader à côté de sans-culotte m’émoustille un peu plus…


Ohé, gilets jaunes, bonnets rouges et sans dents, c’est l’alarme !
Ohé, gilets jaunes, bonnets rouges et sans dents, c’est l’alarme !
Plutôt sans dents que sans culotte !
Plutôt sans dents que sans culotte !
Marianne voilée car sans dent
Marianne voilée car sans dent

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :