Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Cohérent !

Cohérent !

Par  

Cohérent, voici un mot à la mode utilisé pour tout et en toute occasion. On vous envoie à la tête la cohérence d’un tel ou de telle idée. Le meilleur révélateur de son utilisation à tout bout de champs se trouve dans la presse ou dans les communications politiques. Quelques exemples glanés ici et là :
  • François Hollande est avant tout en cohérence avec sa diplomatie.
  • Hollande salue un pacte cohérent, simple et efficace.
  • Elle est une option qui assurément a une forte cohérence.
Premier contact, on a l’intuition de ce que cela signifie mais on ne comprend pas vraiment. Menons l’enquête.

Utilisation équivoque


À ce stade, une recherche dans les dictionnaires s’avère obligatoire pour percer le sens de ce mot et de ces phrases. Je dis bien vrai dictionnaire, objet volumineux lourd et souvent remplacé par internet. Qu’apprend-on dans ces vieux grimoires ? Cet adjectif vient directement de la science physique : cohérent se dit des parties, éléments physiques qui adhérent étroitement entre elles. La définition s’étend ensuite vers un sens figuré : « se dit discours ou raisonnements cohérents ceux dont les parties se tiennent et s’enchainent avec ordre de manière à former un ensemble logique, harmonieux, satisfaisant pour l’esprit ». Il semble bien que ce mot fasse partie des mots scientifiques de la philosophie ou plus précisément de la logique. Alors, il faut ouvrir l’excellent ouvrage « Vocabulaire de la philosophie » de Lalande (édition 1962) qui explique que la cohésion, appliquée à une pensée ou à un exposé, correspond à l’anglais « coherence » et est plus fort que le français cohérence qui correspond seulement à l’anglais « consistency » : il y a cohérence quand il n’y a pas contradiction et cohésion, quand les idées se tiennent solidement. Pour résumer, il semble que l’emploi de cet adjectif devrait être remplacé dans beaucoup de cas par cohésion. L’acception commune sera donc plutôt l’anglicisme.

Il est aisé maintenant de comprendre que l’emploi de ce mot est souvent imprécis et renvoie à plutôt à un mot-concept anglophone. Ainsi si l’on prend l’exemple de la phrase « François Hollande est avant tout en cohérence avec sa diplomatie » signifie qu’il est solidaire avec les lignes directrices de la diplomatie. On pourrait l’entendre comme une cohérence-adhésion, donc le vrai terme devrait être cohésion. Cela donnerait en bon français « Hollande est en cohésion avec sa diplomatie » ce qui semble d’ailleurs normal car c’est lui qui fixe les directives de sa diplomatie.

Aux origines de sa dangerosité, il vous force à accepter la logique du système sous-entendu


Quel vieux con diraient les objecteurs. Il est vraiment has been. Pour nous modernes, la définition d’un mot est celle que l’usage fait de lui. Qu’importe qu’il y ait tout un concept derrière. Tenez, vous remarquerez que tout ce que vous devez faire dans la vie, au bureau, avec vos amis, se doit d’être cohérent. On dit de vous, « il est cohérent », sa « démarche est cohérente » ou mieux encore à l’affirmation d’un ami, on répond « c’est très cohérent ». Ainsi dans le langage commun, le synonyme serait logique, en harmonie avec vous et avec le système ambiant. Attention, l’antonyme n’est pas incohérent mais plutôt idiot, dénué de sens, hors système, fou, débile. Mais d’où cela peut-il provenir  ? À mon sens, l’utilisation fréquente de ce concept-mot a été initiée par nos élites formatées. En effet, elles raffolent des mots à la mode que l’on peut placer dans toutes les présentations écrites ou orales. En plus, ce mot est relatif à un système, à une mécanique correspondant à la nature de leurs études. C’est aussi le rôle des sémiologues actifs dans tous les services de communication d’entreprise. C’est eux qui, lorsque vous devez parler à un journaliste, vous donnent une liste de mots autorisés et une autre d’interdits. Et souvent le mot cohérent est à reprendre le plus souvent possible car il est puissant dans nos esprits, il empêche toute opposition, toute réaction. Si vous dîtes que vous n’êtes pas d’accord alors vous êtes illogique ou bien bête. Toute idée cohérente est donc considérée comme vraie. Tout comportement non cohérent est déviant. Ainsi la forme prend le pas sur le fonds. C’est l’acceptation du syllogisme. La forme est vraie et logique, le fond ne l’est pas forcément mais le monde moderne vous oblige d’accepter la véracité des propositions sous-jacentes sans les expliciter grâce à l’utilisation d’un tout petit adjectif. C’est de la pure manipulation. Rappelons-nous du syllogisme suivant :

Tous les hommes sont beau /Tous les Français sont des hommes /Tous les Français sont beaux

Ce raisonnement est cohérent mais ne nous en déplaise, il n’est pas vrai. Eh bien, la cohérence, c’est ce type de raisonnement appliqué de façon détournée à l’interlocuteur qui le prend en pleine face. Évidemment, cela sera plus subtil. Prenons l’exemple simple dans le monde de l’entreprise. Un employé quelconque a de bonnes qualités d’analyse mais semble être dépourvu de celles lui permettant de gravir les échelons pour devenir responsable d’un service. Il décide d’aller voir sa RH pour demander de faire du management. Il va arguer du fait que dans ce groupe, à partir de 15 ans d’expérience, il est naturel de devenir manager. Comme il a effectivement 15 années de service, il lui semble « cohérent » de devenir à son tour manager. C’est effectivement logique et l’entreprise va donner suite à sa requête. Le problème est qu’à aucun moment, on a jugé sa capacité à être manager pour la simple raison que sa demande est cohérente. Toute personne qui refuserait cette évidence, se ferait reprendre en disant que ces objections vont en contradiction avec la démarche cohérente de ce collaborateur. Implacable raisonnement qui empêche toute objection. Ainsi, on juge de la logique du système mais pas de sa véracité.

Vraie arme pour faire passer tout raisonnement facialement impeccable, il impose souvent un politiquement correct à peine déguisé. La parade la plus simple en cas d’utilisation du mot cohérent par votre interlocuteur est de lui demander de préciser sa pensée. Cela permettra pour vous d’analyser et de démonter éventuellement le concept ou le système qui s’y cache derrière. Et pour vous, à moins d’être cynique, il faudra le proscrire de votre vocabulaire. La langue française regorge de synonymes souvent plus précis que cohérent !

Gouvernement de fermeture
Gouvernement de fermeture
Narcisses
Narcisses
Valls et Dieudonné sont sur un bateau…
Valls et Dieudonné sont sur un bateau…

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :