Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Déchéance de la nationalité ou déchéance de la nation?

Déchéance de la nationalité ou déchéance de la nation?

Par  

À l'heure où sort le livre de Christiane Taubira, récemment échappée du gouvernement pour sauver, dit-elle, une conscience en fuite, le débat sur la déchéance de la nationalité déchire toujours la classe politique (c'est d'ailleurs un grand paradoxe chez Mme Taubira qui a longtemps lutté pour l'indépendance de la Guyane, et donc pour la déchéance de la nationalité française de tous les Guyanais…).

Cependant, si la question agite les médias et les partis politiques, le vrai débat (comme la vérité) est ailleurs…

En effet, les quelques personnes concernées par cette mesure, n'ont déjà de français que la carte d'identité et les allocations familiales !

Le plus urgent n'est donc pas d'enlever la nationalité à quelques Français mais plutôt de rendre à tous les Français leur nationalité, c'est à dire leur identité, leur histoire, l'amour et la fierté de leur sol et de leurs ancêtres.

Et il ne sert à rien de leur demander d'agiter les trois couleurs, l'air sombre, l'œil humide et la cravate de travers, tout en démantelant l'enseignement secondaire, en effaçant l'histoire de France des manuels scolaires et en supprimant le latin et le grec…

Pour voter la déchéance de la nationalité, il faut aller jusqu'au bout de la logique : si on enlève la nationalité à quelqu'un, c'est qu'on estime qu'il n'en est plus digne, et donc qu'il y a une vraie dignité à être Français. Ce n'est pourtant pas ce que notre intelligentsia nous enseigne depuis 50 ans. La France est sans cesse mise en accusation : colonisatrice, esclavagiste, tortionnaire, collaborationniste, raciste, islamophobe….. 

Où es-tu "France, mère des arts, des armes et des lois", chantée par du Bellay?  Tu ne vis plus que par la grâce de quelques irréductibles Gaulois… Et si la flamme venait à s'éteindre?  Péguy, déjà, il y a 100 ans l'évoquait : "c'est embêtant, dit Dieu, quand il n'y aura plus ces Français, Il y a des choses que je fais, il n'y aura plus personne pour les comprendre."

Faut-il perdre l'espoir d'une résurrection française ?

On peut croire aux miracles, surtout en voyant l'exemple des pays de l'Est de l'Europe qui, après tant d'années de communisme et d'identités occultées, montrent le chemin de la réappropriation de leur histoire : Pologne, Hongrie, Russie… Car, comme le remarque Philippe de Villiers, le mur de Berlin n'est pas vraiment tombé : le monde libre a changé de côté !

Un espoir, donc, encore pour la France, mais surtout une urgence : La déchéance conduit à la décadence… Que l'Empire romain nous serve de leçon !


Nous sommes en guerre
Nous sommes en guerre
Mémoire nationale
Mémoire nationale
De l’héroïsme d’hier à aujourd’hui
De l’héroïsme d’hier à aujourd’hui

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :