Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Des chiffres et des migrants

Des chiffres et des migrants

Par  

Quand la gauche et ses médias ont usé toute dialectique, ils se ruent vers l’Insee pour faire parler les chiffres. C’est la contre-attaque de la semaine orchestrée par l’État et ses services, pour endiguer le ras-le-bol des Français. Un tableau Excel et des graphiques en couleur pour nier la réalité des visages « sans race » que l’on croise au quotidien dans nos RER.

Ces chiffres sont balancés à la tête du bon peuple pour lui infliger un poids de technocratie et réduire ainsi son opinion en simple complexe de blanc. Faut dire que Marine Le Pen avait qualifié le « petit gros » de vice-chancelier. Cette formule a eu l’habileté de véhiculer suffisamment de non-dit pour résumer la situation de l’Europe. François collabore avec l’Allemagne, sauf que cette fois, l’Allemagne n’est pas l’envahisseur, mais l’aspirateur de l’envahisseur. Le vice-chancelier en question se devait donc de faire mentir les chiffres pour révéler, malgré lui, son fantasme d’invasion migratoire. Avec son ton de bozo dégrisé, il se mit à sur-jouer le tribun et à prononcer avec la dignité d’un Hérode Antipas : « En termes de nombre, aujourd'hui, la France n'est pas soumise à un afflux de réfugiés et ceux qui prétendent que nous serions envahis sont des manipulateurs, des falsificateurs, qui le font pour des raisons purement politiques, pour faire peur ». Le président de la République française a parlé. C’était lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet européen consacré à la crise migratoire. Pour se dédouaner de quelque chose, il faut inverser la vapeur et accuser l’autre du même mal. Dialectique révolutionnaire ordinaire qui précède l’inversion des définitions.

Cher François, sache que l’appréciation du nombre est toute relative… A partir de quand cela ferait-il beaucoup pour toi ? Un seul être vous manque et tout est dépeuplé… Quelques millions d’immigrés et notre peuple est remplacé… N’est-ce pas ? Autre impossibilité de converger avec le président : c’est qu’il semble déplorer ce qui est censé nous rassurer. Non seulement il cherche à nous endormir en présentant les chiffres de sorte que l’invasion soit démentie, mais en plus, il semble aussitôt après le regretter… « Aujourd'hui, où vont les réfugiés ? Essentiellement en Allemagne, en Autriche et en Suède. L'Allemagne (…) a accueilli depuis le début de l'année plus de 500 000 personnes et le pays qui, rapporté à sa population, fait le plus pour les réfugiés, c'est la Suède », a observé M. Hollande. Le président a choisi ses modèles.

Dans la même semaine, la pravda nationale est venue à la rescousse du président socialiste. Le 13 octobre, Libération titrait : "Les immigrés quittent de plus en plus la France." Le multiculturalisme devenu pot pourri est en fait un rêve inachevé pour la gauche qui fait carrière. Libé insiste : « Les entrées ont augmenté sur la période (235 000 en 2013), mais les départs ont, eux, plus que triplé. De 29 000 en 2006, ils sont passés à 95 000 sept ans plus tard. » À souligner que selon l’Insee qui aime commenter ses propres chiffres, il s’agit essentiellement d’étudiants étrangers quittant la France à la fin de leurs études, … Ils quittent la France parce qu’ils risquent simplement de pointer au chômage. Les meilleurs d’entre eux s’en vont. Et on devrait être rassuré ? Regardez, la misère nous envahit et les meilleurs nous fuient. Libé, la collabo, enfonce le clou et déplore que les courbes des départs des immigrés et de personnes nées en France ne s’épousent pas. Mince, les Français restent ! Plus la gauche essaye de nous convaincre que nous avons tort de crier à l’invasion, plus elle révèle son projet de remplacer la population occidentale par une affiche United Colors of Benetton.

L’objectif de Libé comme de Hollande est encore et toujours de souligner que le problème n’est pas l’étranger, mais le raciste. Les migrants traversent la France et ne s’y arrêtent pas, préférant pomper le sein très social de la Suède, les immigrés repartent plus qu’avant, c’est que notre pays est raciste. CQFD. Je choisis de voter Marine, c’est la faute à Nadine ; je dis qu'il y en a trop, c’est la faute à Philippot…

Tout ceci est bien sûr une vaste fumisterie, puisqu’il suffit de s’assoir dans le RER le matin, de traîner dans les centres commerciaux, ou simplement sur les trottoirs de la ville pour constater la réalité des flux migratoires qui ont touché la France. Je n’ai pas besoin de demander que l’on lève la main pour compter. La réalité quotidienne parle bien mieux que les chiffres de l’INSEE. Philippe de Villiers twittait le 15 octobre :

Oui nous voyons la réalité :

  1. Notre pays connait une vague migratoire sans précédent mettant en risque notre civilisation
  2. Hollande et Libé tentent de nous montrer chiffres à l’appui que : pas du tout et qu’il faudrait arrêter avec le racisme.
  3. Hollande et Libé révèlent ainsi que les flux migratoires sont bien minces par rapport aux réels objectifs qu’ils se sont fixés pour liquider la France

Oui, Philippe de Villiers, vous avez raison, nous voyons tout.


Les chiffres et la vérité sur le chômage
Les chiffres et la vérité sur le chômage
Migrants ou sans abris : Pernaut a choisi
Migrants ou sans abris : Pernaut a choisi
Migrants : le tri impossible
Migrants : le tri impossible

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :