Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Hollande a de la reprise

Hollande a de la reprise

Par  

François Hollande a affirmé cette semaine que "la reprise est là". Notre Présiflan semble s'accrocher, comme un capitaine de pédalo à la dérive à une bouée, à son dernier espoir de réélection pour 2017 : qu'une hirondelle économique fasse son printemps politique. C'est en effet la troisième fois que François Hollande annonce la retour de la croissance depuis le début de son mandat. Après juillet 2013 et mai 2014, voilà que cette nouvelle prophétie revient, tel un culbuto, sur le devant de la scène à son rythme de croisière : tous les 10 mois. Pourtant il est vrai que, pour la première fois depuis près de trois ans, cette affirmation ressemble davantage à une observation des faits qu'à une énième invocation lancée comme un chant de la pluie ; elle finirait bien par revenir cette fichue croissance ! À l'origine de ce regain d'optimisme, les chiffres de croissance fournis par l'Europe qui prédisent un regain d'activité pour les trois ans prochains : 1.5% pour 2015, 1.9% pour 2016 et 2.1% pour 2017 sur l'ensemble de la zone Euro.

Il convient naturellement de pondérer cet optimisme pour la France qui restera probablement en deça de la moyenne européenne, entre autres simplement parce que la croissance d'une économie mature comme la nôtre est beaucoup plus difficile à obtenir que pour des pays avec un développement moindre comme les pays de l'Est de l'Europe. En outre, alors que de nombreux pays ont engagé des réformes de structures suite à la crise (qui n'est pas terminée) des dettes souveraines, la France s'est contentée de faire le dos rond : d'augmenter le niveau des prélèvements obligatoires, de demander des délais supplémentaires (qui ne pouvaient pas être refusés, France is too big to fall) à la commission européene pour revenir dans les clous de Maastricht et d'attendre la reprise économique de ses voisins.

Qu'importe la reprise, quand bien même elle arriverait à temps pour que le chômage commence à décroître avant 2017, chacun sait que le pouvoir n'y ait pour rien. Certes il s'est timidement lancé dans des réformes plus pragmatiques, avec la loi Macron évidemment, mais les Français ne l'écoutent plus depuis déjà bien longtemps. En son temps, Jacques Chirac affirmait : "la réalité n'a aucune importance, ce qui importe c'est la perception de la réalité". Là est bien le coeur de problème pour François Hollande : il est facile de déclarer que "la reprise est là", a fortiori quand elle pointe le bout de son nez ; il est infiniment plus difficile de faire croire que l'on y est pour quelque chose, a fortiori lorsque les Français ont eu l'opportunité de mesurer l'étendue de votre incompétence sur le plan économique. Pourtant avec cet espoir de temps meilleurs, Hollande croit plus que jamais que la tendance de la défiance s'inverse doucement et qu'il pourra prolonger son bail au Palais de l'Élysée… Mais tout ça, c'est du flan !


Les Cent jours de Hollande
Les Cent jours de Hollande
Hollande s'attaque au mille-feuilles
Hollande s'attaque au mille-feuilles
La Carte et le territoire sous Hollande
La Carte et le territoire sous Hollande

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :