Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Ils ont gagné !

Ils ont gagné !

Par  

LGBT : 1 – Catho : 0


Nous, nous veillons, eux, ils combattent. Nous veillons quoi au juste ? Habituellement, on veille un mort ou bien avant la bataille. Nous, nous veillons après la défaite et pour que la conscience ne s’éteigne pas. Les bonnets rouges, les pigeons ont ou font reculer l’État mais nous non. Quelle différence ? La violence de l’argent pour les entrepreneurs et la violence physique pour les Bretons. C’est une belle leçon de civisme : la violence est mère de notre république et ceci depuis 1789. Que n’avons-nous pas continué à descendre les Champs-Élysées pour renverser cet État ?

Retour sur la stratégie LGBT


Un petit groupe d’hommes et de femmes, jouisseurs et dépravés, ont compris que, dans une démocratie, la minorité était plus puissante que la majorité. Pour être légitime, on doit dans une société égalitaire se distinguer par un statut de victime. Leur idée était de démontrer que l’homosexuel ne jouissait pas des mêmes droits que les hétérosexuels. Ce qui, bien évidemment, est faux. Le bon angle d’attaque ensuite est de déterminer ce que par nature ils ne peuvent pas obtenir : la reconnaissance d’un mariage entre deux personnes de même sexe. Ensuite, il fallait influencer un président de la république qui, ne pouvant pas se différencier sur le plan économique de son prédécesseur, avait besoin de promulguer une loi qui montrerait qu’il existe. Son conseiller le plus proche avait même dit, avant les présidentielles, que la reconnaissance du mariage homosexuel serait équivalent à l’abrogation de la peine de mort. Banco. La loi passe malgré l’opposition des dernières forces morales : l’Église suivie par ses fidèles dont le rassemblement ressemble furieusement à une secte bourgeoise. Elle s’est donc emparée du sujet et s’est révoltée avec la réussite qu’on lui connait. En fait, du haut de sa morgue, la LGBT, aucune division, a réussi à séparer le monde entre homo et hétéro sexuels. D’une déviance, ils ont réussi à se faire reconnaitre au point même de faire que les opposants ne pensent plus qu’à cela. On ne compte plus le nombre de conférences du clergé et des bonnes gens sur ce sujet. Entendons-nous bien, je ne critique pas l’opposition de la rue contre cette loi mais le fait que maintenant nous participons de manière passionnée à un débat qui devrait rester secondaire au risque d’entrainer nos progénitures par trop de battage vers le mal. En effet, en expliquant l’homosexualité à nos enfants, nous réalisons finalement le désir d’information de la LGBT. Au lieu de traiter par le mutisme cette pratique, nous la promouvons à nos dépends. Là, c’est plus qu’ils n’en demandent ! Ne faudrait-il pas avoir confiance dans la nature profonde des enfants pour rejeter ces théories complétements fumeuses ? C’est un peu angélique et pourtant je ne vois qu’un seul moyen d’opposition : la dérision et le mépris. J’aime beaucoup la citation de Pie XI que donne Pascal Jacob dans ce même site et qui corrobore quelque peu ce que j’avance :
«  Le droit naturel [est] inscrit de la main même du Créateur sur les tables du cœur humain et (…) la saine raison peut [l’] y lire quand elle n'est pas aveuglée par le péché et la passion. C'est d'après les commandements de ce droit de nature, que tout droit positif, de quelque législateur qu'il vienne, peut être apprécié dans son contenu moral et, par là même, dans l'autorité qu'il a d'obliger en conscience »

Le vrai ennemi : l’État – la solution : l’éducation des enfants


Assis, debout, à genou, en prison, la mobilisation et les manifestations massives n’ont finalement eu aucun effet. La loi sur le mariage homosexuel est inscrite et nul parti important ne compte l’abroger. Ni l’UMP, ni le FN ne reviendront sur cette loi et, tout comme l’avortement, elle sera appliquée. Donnez-moi un seul exemple d’une loi de « progrès social » promulguée et appliquée qui ensuite a été retirée ? Connaissez-vous un seul parti qui promeut la loi naturelle ? Aucun. Rappelez-vous cette phrase de Rousseau : « L’obéissance à la loi que l’on s’est prescrite est liberté ». Elle affirme donc qu’une minorité éclairée peu imposer sa loi, sa liberté, par la force à une majorité abrutie. C’est cela notre république. Et le seul aspect positif de cet épisode malheureux est la prise de conscience par la jeunesse et leurs parents que cet État, cette démocratie, est finalement leur ennemi. Alors, serait-ce un péché de réactionnaire de ne pas s’engager en politique? Il semble que non car il y a de nombreuses manières de participer à la vie publique. Ainsi, l’engagement doit commencer non par l’action politique mais par sa propre vie. Soigner sa famille, élever ses enfants et les mettre à l’abri tant qu’ils sont petits. Les former ensuite à lutter plus tard. Je ne parle pas de force physique mais de structuration des cerveaux. Souvent, les parents nous parlent de l’avenir de leurs enfants. Le souhait qu’ils formulent est de faire en sorte qu’ils aient plus tard une belle situation grassement rémunérée. C’est un point de vue pragmatique tout à leur honneur mais le risque est d’en faire uniquement de bons petits consommateurs et/ou de bons matérialistes. Ils mettent ainsi leur progéniture dans des grands établissements « privés » où la formation de l’esprit est souvent absente. Ils créent finalement des bons citoyens et non des bons catholiques car l’aspect religieux est secondaire dans la réussite. Soumis à l’Éducation Nationale dont le projet est depuis Jules Ferry de former une élite citoyenne et républicaine, ces établissements forment des élèves qui n’auront pas les armes pour se rebeller contre leur propre État. Ainsi, les nombreux bac+5, militaires, haut-fonctionnaires, cadres d’entreprises ont manifesté mais au fond d’eux même, ils font corps avec cet État. Nous sommes des légalistes et nous ne voulons renverser personne au risque de nous renverser nous-mêmes. Cette réflexion peut être jugée toute théorique mais la reconquête commencera en premier lieu par la formation intellectuelle de nos enfants. Pour cela, il semble important de les sortir de l’Éducation Nationale ou même du privé sous contrat au moins pendant les premières années. De bonnes écoles hors contrats existent ! Vous y gagnerez deux choses : vous ne perdrez plus le temps à lutter contre les différentes théories du genre et vous rendrez libres et différents vos enfants sans leur faire abdiquer une carrière quelconque. Ne vous y trompez pas, dans notre société moderne et tolérante, l’originalité paye plus que la conformité. C’est à cette condition là que la reconstruction peut s’envisager et qu’avec cette nouvelle élite, les lois sociales pourront être annulées. Le combat des idées vaut bien plus que la force. La philosophie des Lumières en est le plus bel exemple.

Veilleurs promis aux lions
Veilleurs promis aux lions
Syndicats du crime
Syndicats du crime
Nicolas symbole d’une guerre froide civile
Nicolas symbole d’une guerre froide civile

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :