Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Indécente innocence

Indécente innocence

Par  

Beaucoup d’entre nous se sont joints aux cohortes qui ont battu le pavé dimanche dernier. De nombreux autres n’ont pas voulu être des charlies, le temps de cette marche. À mon sens, les deux options sont éminemment respectables. Pour ma part, j’appartenais aux seconds pour des raisons que beaucoup de commentateurs ont su parfaitement mettre en mots ici ou là.

Mais voilà, une fois l’émotion retombée, ne reste que les marchands du temple. Et force m’est de constater que je frôle l’overdose. L’INPI a refusé la cinquantaine de demandes qui lui avaient été transmises en vue du dépôt de la marque Je suis Charlie. Des sets de tables aux bureaux de mes collègues, tout devient Charlie. Cela en devient grotesque et indécent. N’en déplaise à beaucoup, je préfère être français qu’être Charlie.

Et je ne suis pas Charlie pour la simple et bonne raison que de leur vivant, la bande d’anarcho-trotskystes de Charb ne l’aurait pas voulu. Je ne suis pas Charlie car trop souvent, je me suis retrouvé du mauvais côté de leurs crayons.
Bien sûr, cette poussée de colère n’est en rien un jugement porté sur ce mouvement spontané et populaire. Bien au contraire, mon pays m’a surpris. Mais je ne puis accepter sans rien dire les tentatives de récupération politiciennes ou marketing. Plus que mes propres états d’âme ou l’état de mon pays, il y a dans ce drame une indécence latente qui m’effraie :

  • Indécence de réduire les victimes à celles de Charlie-Hebdo en oubliant les autres,
  • Indécence de proclamer Paris capitale du monde quand dans le même temps, au Nigéria, Boko Haram exterminait plus de 2 000 personnes et réduisait 16 localités à l’état de cendres. C’est là-bas que les puissants de ce monde auraient dû marcher !
  • Indécence de ne protéger que les lieux de culte juifs tout en laissant s’installer un climat antireligieux. Églises et mosquées ne sont pas moins visées.
  • Indécence de défendre la liberté d’expression après avoir tenté de bâillonner les Zemmour, La Manif Pour Tous et autres Houellebecq…
  • Indécence de penser que la provocation et l’insulte relèvent de l’humour.
  • Indécence de laisser foisonner toutes sortes de drapeaux étrangers quand il fallait, enfin, rassembler les Français.
  • Indécence de féliciter les forces de l’ordre quand on réduit à portion congrue leur budget et que l’on épuise leurs moyens à surveiller un fascisme en loden fantasmé.
  • Indécence de dire que c’est la liberté de la presse qui était seule visée quand c’est à la France que l’on s’en est pris. À la France, pas à la république ou à la démocratie.
  • Indécence des médias qui ont mis en danger les policiers, les gendarmes et les otages par leur quête de scoop.
  • Indécence de nos gouvernants qui ont préféré taire ou minimiser la menace terroriste et qui pleurent aujourd’hui à chaudes larmes.
  • Indécence de nos bonnes consciences qui ont du mal à s’engager concrètement sur le long terme pour le bien commun.
  • Indécence de nos incantations victimaires face à la détermination tranquille de ceux qui sont en guerre contre nous.
  • Indécence de nos politiques qui font défiler ensemble Israéliens et Palestiniens mais qui ne sont pas capable d’accepter le Front National.

La liste pourrait être encore longue. Dans chacune de ces indécences, on peut trouver un indice de nos lâchetés ou de nos faiblesses, comme autant de raisons à ces actes barbares. Puisse néanmoins ce sursaut national nous faire goûter à la joie d’appartenir à cette grande nation qui demeure encore capable du meilleur. C’est la prière que je forme. Elle nourrit mon espérance.

Je suis français !


Juppé tente une échappée en solitaire
Juppé tente une échappée en solitaire
IVG, un droit d’exception…
IVG, un droit d’exception…
À Chat perché
À Chat perché

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :