Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


La charte sur la laïcité ou Tartuffe à l’école

La charte sur la laïcité ou Tartuffe à l’école

Par  

M. Peillon, en ministre appliqué, a rendu sa copie le 9 septembre en présentant sa charte de la laïcité à la Ferté-sous-Jouarre, en Seine et Marne. Document très attendu de la classe politique et journalistique. Et l’effet a été immédiat : de gauche à droite, on se congratule, la République est sauvée… Nathalie Kosciusko-Morizet trouve la démarche « intéressante », Jean-Louis Borloo apprécie « un bon texte », Luc Chatel estime que c’est « une bonne direction » [cité dans le Figaro du 9/9]. Certains ont peut-être même pensé : « quel coup d’arrêt aux signes ostentatoires de l’Islam ! », sans toutefois s’en réjouir à haute voix…

Il est vrai qu’à lire les 15 articles de cette charte, écrits à la manière de la Déclaration des droits de l’homme, un naïf pourrait y voir un grand pas vers la neutralité et donc, pense-t-on, vers le « bien vivre ensemble » ! Un petit pas pour l’Ecole, un grand pour l’humanité ! Mais, ne nous y trompons pas ! Vincent Peillon est un idéologue convaincu et il avance ses pions selon une stratégie bien ordonnée. Bien loin de rassembler et de pacifier, il risque de jeter la France dans des batailles et des querelles sanglantes qui ont précédé 1905 et qui nous semblaient d’un autre temps. Et le ministre ne s’en cache pas, pas plus que sa complice Christiane Taubira. L’objectif avoué de ces deux sinistres compères est bien d'éduquer les enfants de France, en lieu et place des parents, comme en rêvait Rousseau, mais aussi Lénine, Staline et Hitler qui ont tant misé sur les mouvements de jeunesse ! « Il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel » chantent en chœur Vincent et Christiane. Et en rééduquant les enfants, on dresse les parents ; les récalcitrants seront sûrement jetés en prison comme en Allemagne ou en Espagne au siècle dernier.

À la sortie de son livre La Révolution française n’est pas terminée, avait déjà pointé du doigt sa véritable cible, l’ennemi à abattre : la religion catholique car c’est, selon lui, une « Église de servitude » qui empêche le citoyen d’être libre. D’où son bannissement de toutes les démocraties dignes de ce nom ! Cachez-moi ces cathos que je ne saurais voir ! Ou mieux, gazez-les ! Valls au boulot !

Peut-être espère-t-il que l’Islam sera un allié provisoire pour atteindre son objectif. A ce petit jeu, il pourrait être perdant et se retrouver plus vite qu’il ne pense, prisonnier d’une charia qu’il aurait, cette fois, toutes les raisons de craindre. Après la Charte, la Charia ! A moins que, très rapidement, il mette en œuvre la suite du plan d’éducation des consciences qu’il annonce lors de la promotion de son livre-programme La Révolution française n’est pas terminée : « il faut inventer une religion républicaine », « une foi laïque, une religion laïque » car en 1789, la Révolution n’a été que politique et « le moral et le spirituel ont été laissés à l’Église catholique.» Et, comme dans l’introduction de la charte, il explique que « la République porte une exigence de raison et de justice », on pourrait lui suggérer de créer une déesse Raison pour cette nouvelle religion…

Le Sénat veut interdire l'école à la maison
Le Sénat veut interdire l'école à la maison
De l'école des singes à celle des moutons
De l'école des singes à celle des moutons
Enseigner la morale laïque
Enseigner la morale laïque

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :