Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Latin/Grec : chronique d'une mort annoncée.

Latin/Grec : chronique d'une mort annoncée.

Par  

Après la suppression en 2014 du CAPES de lettres classiques, 2015 verra la fermeture de la licence, remplacée par une fumeuse licence "en humanités".
Les latinistes et les hellénistes ont été condamnés à mort car trop peu nombreux. Trop peu nombreux? Rien d'étonnant. Car, les langues anciennes sont, depuis bien longtemps, la cible des adeptes de "la table rase du passé".

Déjà, François Bayrou, alors ministre de l'éducation nationale, (et pourtant agrégé de lettres classiques !!!) repoussa l'étude du grec en classe de 3ème, ce qui l'enterra presque totalement. Pour ceux qui considèrent que c'est une langue morte, fin logique…

Puis, la réforme des manuels de latin a presque abandonné l'étude de la langue, au profit d'une approche plus globale : dès les premières leçons, on étudie des textes de César, Cicéron ou Tite-Live avec une traduction française en miroir. Pas de progression, pas d'apprentissage approfondi de la langue.

Plus tard, la réforme du lycée et des filières du baccalauréat a empêché les scientifiques de choisir l'option latin… Il est d'ailleurs significatif que, comme nous l'apprend l'Express, "en un siècle, la part des bacheliers littéraires est passée de 80% à moins de 10%" !!

Enfin, Najat Vallaud-Belkacem vient de donner le coup de grâce en proposant une énième réforme du collège : le latin rejoint le grec dans son tombeau. Ni fleurs ni couronnes…
La prochaine étape pour éliminer l'étymologie, dernières traces du latin et du grec, est un projet de longue date : simplifier l'orthographe !

À tous ceux qui seraient tentés de sourire ou de pousser un "ouf !" de soulagement en pensant aux heures passées à réciter des déclinaisons ou à transpirer sur une version, je voudrais rappeler que la chute des langues anciennes entraînera la leur. Car la lente agonie du latin et du grec n'est que le reflet de l'autodestruction de notre identité française. Ils sont la racine de notre langue mais aussi de notre culture, de notre histoire, de notre droit et même de la sacro-sainte idée de "démocratie" !

En guise de Requiem, qu'il me soit permis de prononcer l'éloge de ces langues qui moururent pour donner naissance à de nombreuses langues européennes, laissant le meilleur d'elles-mêmes au service des générations futures.
Requiescant in Pace.


Chronique du pays réel – Au Flore…
Chronique du pays réel – Au Flore…
Petite chronique du pays réel – une rentrée littéraire
Petite chronique du pays réel – une rentrée littéraire
Nous verrons la mort de la démocratie
Nous verrons la mort de la démocratie

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :