Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


L’enseignement catholique perd son adjectif

L’enseignement catholique perd son adjectif

Par  

Ce fut une semaine de challenge pour les diocèses et leur enseignement catholique. Les fonctionnaires d’Église ont eu bien des raisons de se poser la question de l’utilité de ce type d’enseignement au-delà de leur propre attachement au système qui les nourrit. Lundi, des statistiques nous rappelaient que les écoles catholiques attiraient de plus en plus de musulmans et que certaines pouvaient en accueillir jusqu’à 90% de leurs effectifs. Quelle opportunité d’évangélisation ! Jeudi, on apprenait qu’un collège catholique était en dérive intégriste parce qu’il proposait à ses élèves d’entendre ce qu’enseigne le catéchisme de l’Église catholique sur l’IVG dans le cadre justement de la catéchèse. Quelle opportunité d’affirmation de sa différence ! Diocèses de France, que faites-vous des défis que la société vous lance ? Enseignement catholique qu’as-tu fait de ton adjectif ?

 

Dérive catholique dans un lycée catholique

Revenons sur l’agitation de cette semaine autour du lycée Gerson devenu fameux suite à une agitation médiatique.  À l’origine, une élève et une enseignante se sont plaintes sur Europe 1 le 14 avril, sous couvert d'anonymat, de la manière dont les intervenantes de l’association Alliance VITA ont abordé la question de l’avortement au lycée catholique parisien Gerson. Voilà ce qu’elles disent de ce qui aurait été dit : « Une fille, par exemple, qui prend la pilule du lendemain, ne sait pas s’il y a fécondation. Elle est donc considérée comme ‘semi-meurtrière’. En revanche, une fille qui avorte commet un ‘homicide volontaire’». « On en a parlé pendant une semaine à la récréation, a commenté l’élève. À tel point que des professeurs ont été mis au courant, et nous ont demandé si on allait bien ». Interrogée dans ce reportage une de ses enseignantes disait s’inquiéter, elle, de ce que « la responsable de cycle et une collègue, au moins, sont de l’Opus Dei (…) Nous ne sommes plus dans l’offre d’une spiritualité, mais dans l’imposition d’une vision des plus obscurantistes de notre société ». Voilà donc les faits générateurs. Et voilà donc la conséquence : le 16 avril, le ministère a décidé de lancer une enquête administrative dénommée «inspection de vie scolaire» au lycée privé catholique Gerson, dans le XVIe arrondissement parisien. Le rectorat, corps de fonctionnaires à la solde du parti au pouvoir, prend des précautions oratoires pour ne pas laisser voir de collusions trop fortes avec les médias et la construction de cette affaire : «Nous n'avons eu aucune remontée des parents ou des professeurs. L'information selon laquelle des familles auraient été heurtées par certains propos nous est parvenue via la presse.»

 

République liberticide et catholiques tièdes

La République fidèle à elle-même fantasme une nouvelle fois sur la fin de l’enseignement libre et surtout sur la fin de la liberté tout court. Les médias (y compris le Figaro), fidèles à leur capacité à démultiplier le commerce de l’information, choisissent les gros-mots qui font vendre : intégrisme, dérive, obscurantisme et bien sûr Opus Dei. Rien d’étonnant là dedans, même s’il est parfois désolant de ne jamais se voir agréablement surpris. Nous savons que nous retournons droit vers une époque où les catholiques étaient hors la loi, c’est tout. Nous savons les médias au service de la forme démocratique de nazisme qu’est le socialisme à visage de Hollande. Ce qui est véritablement insupportable, ce sont les justifications de l’ensemble des acteurs mis en cause : enseignement diocésain en premier, mais aussi dans une moindre mesure l’Alliance Vita ou l’Opus Dei.

L’Opus Dei commence par dire qu’elle n’a pas en charge l’aumônerie de ce lycée, ce qui est juste et vrai, mais ne se prononce pas sur le fond. Sans doute par réflexe diplomatique, néanmoins, ne doit-on pas se sentir autorisé à l’ouvrir sur ce sujet quand, en plus, on a cherché à nous éclabousser. Se laver les mains, bien que diplomatique, manque un peu de courage dans l’expression de sa catholicité.

L’Alliance Vita, elle, commence par rappeler son positionnement d’indépendance vis-à-vis des religions ou des partis. Très bien. Nous les aimons comme ça. Néanmoins, pourquoi ajouter et insister pour le journaliste : «À ne pas confondre avec Civitas (un mouvement catholique intégriste)!». Pourquoi démentir dans la foulée avec vigueur les propos prêtés aux deux membres de l’association. «Deux membres de l'association ont été accusés anonymement de propos outranciers qu'ils n'ont jamais tenus», affirme l’Alliance Vita. Alors qu’il aurait suffit de dire que ces propos non tenus n’auraient bien sûr pu être dits sous cette forme maladroite, mais  très bien pu l’être sur le fond puisqu’ils sont l’expression du catéchisme de l’Église catholique rappelé encore récemment par le Saint Père. Pourquoi qualifier Civitas d'intégriste quand on défend la même morale ? Pourquoi verser ainsi dans ce politiquement correct qui piège ceux qui en acceptent les règles ? Pourquoi ne pas profiter de l'audience donnée par l'affaire pour simplement lire ce que dit le catéchisme de l'Église catholique sur l'avortement : « La vie humaine doit être respectée et protégée de manière absolue depuis le moment de la conception. Dès le premier moment de son existence, l’être humain doit se voir reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels le droit inviolable de tout être innocent à la vie » ?

La plus pathétique des justifications, suite à ce qui ne peut être qualifié de scandale que si on est hostile ou étranger à la religion catholique, fut celle bien évidemment de l'enseignement catholique lui-même. Retraite stratégique et immédiate face à l'attaque, lavement de main ancestral en place publique également, et collaboration totale avec l'ennemi. "Les orientations éducatives de l'établissement ne sont plus claires et inquiètent une partie des enseignants et des parents d'élèves, (nous sommes) soucieux de conserver à Gerson son ouverture à tous, caractéristique constamment affirmée depuis la fondation", affirme-t-on au diocèse. Je ne vois pas très bien en quoi "l'ouverture" serait contrariée par la catholicité du discours, par le fait de proposer à une association pro-vie d'intervenir en dehors des cours. Philippe Person, chef d'établissement du lycée Gerson, a également déclaré que l’engagement de certaines personnes de l’école au sein de l’Opus Dei « reste strictement privé » et n’interfère pas dans leur travail. Dommage ! Cela aurait pu être une motivation supplémentaire pour y inscrire des enfants à sauver de l'éducation nationale en dérive.

Alors que la LGBT, lobby pro gay financé par nos impôts, intervient dès l'école maternelle dans des établissements publics, dans le cadre des cours "obligatoires", il serait interdit à l'enseignement catholique d'enseigner le contenu du catéchisme de l'Église dans sa catéchèse en dehors des cours… On préfère néanmoins renier trois fois avant que le coq ne chante et rappeler la vocation à l'ouverture des écoles catholiques… Ouvertes OK, à tous OK, mais pour quoi ? Si ce n'est pas pour leur parler de Jésus et leur proposer ce qu'enseigne l'Église, à quoi sert l'adjectif de l'enseignement catholique ? Heureusement que Monseigneur Vingt-Trois arrive à la rescousse pour déclarer sur radio Notre Dame : « on ne peut pas blâmer un établissement catholique de se déclarer catholique ». Évidence qui devrait réchauffer les tièdes…

 

La rente a assez duré

Revenons à nos propos du début et à cette statistique fascinante autour du nombre de musulmans dans les écoles privées catholiques. Certains établissements catholiques ont la chance d’avoir jusqu’à 90% de musulmans et, oublient juste de leur parler de Jésus ! Les musulmans viennent à l'Église et attachés que nous sommes à notre tiédeur, nous renonçons à les enseigner sur la foi. Il ne s'agit pas seulement d'ouvrir les écoles ou les maisons, il s'agit de les aimer jusqu'à vouloir leur confier la vérité. Comme dirait Jean Sévillia, les musulmans sont faits comme les autres, ils sont faits pour être convertis. Si un jour les écoles catholiques ne s’appuient plus sur le catéchisme de l’Église, si elles ne proposent plus de parler de Jésus à ceux qui ne le connaissent pas, alors il faudra tuer cet enseignement. Il faut ramener les diocèses à leur fonction première de diriger le troupeau. Il n’est écrit nulle part que l’Église, au sens de la structure, doit organiser l’enseignement. Les parents sont les premiers éducateurs. Reprenons nos billes ! La rente de situation a assez duré. L’enseignement catholique va devenir le Télérama de l’éducation si ça continue. Né catholique, il ne lui restera rien de religieux et d'Église. L'enseignement catholique sous contrat ne parvenait déjà pas à proposer des méthodes d'apprentissage en rupture avec celles d'un ministère idéologue, si maintenant il renonce à assumer la morale de l'Église, sous la pression de la République de Hollande et du fait de sa tiédeur, il conviendra de dissoudre l'ensemble et de restituer la place occupée à ceux qui veulent entreprendre dans le domaine.


Vote catholique : fruit du fidéisme ?
Vote catholique : fruit du fidéisme ?
Lyon résiste à l’APEL de Najat
Lyon résiste à l’APEL de Najat
Le collège unique voie de garage
Le collège unique voie de garage

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :