Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Les enfants resteront vaccinés

Les enfants resteront vaccinés

Par  

La vaccination obligatoire n'est pas inconstitutionnelle ont tranché, ce vendredi, les sages de la rue Montpensier. La vaccination contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite demeure donc obligatoire en France.

Le Conseil Constitutionnel était saisi d'une Question Prioritaire de Constitutionnalité par un couple de parents convoqué devant le Tribunal Correctionnel pour avoir refusé de vacciner leur enfant. Devant le refus du Conseil de censurer cette obligation légale, un procès aura bien lieu, les parents risquent jusqu'à deux ans d'emprisonnement et 30.000 euros d'amende. Sur le fond, le Conseil a considéré que l'obligation légale de vaccination relevait de « l’exigence constitutionnelle de protection de la santé » et qu'il n'était pas illégitime que le législateur lutte « contre trois maladies graves et contagieuses ou insusceptibles d’être éradiquées ». L'avocat des parents avait, quant à lui, souligné la rareté de ces maladies dans sa plaidoirie.

Or, si cette rareté de certaines maladies pourtant anciennes s'est imposée, c'est grâce à trois découvertes fondamentales qui sont intervenues en moins d'un siècle. Il s'agit d'une part de la stérilisation et de la vaccination que l'on doit toutes deux à Pasteur, et d'autre part des antibiotiques qui ont été découverts par Flemming. Parmi ces avancées, la vaccination est assurément celle qui assure la meilleure protection contre le mal qu'elle combat ; c'est par exemple à l'aide du vaccin que la variole a été éradiquée il y a désormais près de 40 ans.

Devant l'évidence des bienfaits de la vaccination, certains ne sont cependant pas convaincus et les cas de septicismes semblent se multiplier, notamment depuis la communication catastrophique de l'été 2009 et la grippe A. Il faut bien reconnaitre que l'image de Roseline Bachelot se faisant vacciner face caméra, tout en justifiant l'achat de 90 millions de doses pour vacciner 60 millions de Français pouvait faire douter de l'exactitude des propos de cette ancienne Ministre, elle qui défendait également le processus vaccinal. De même, la controverse sur la dangerosité du vaccin contre l'hépatite B, pourtant disculpé depuis, n'a pas aidé à convaincre.

On pourrait bien sûr produire une longue liste des avantages du vaccin, outre celles déjà avancées, en comparant les effets sur l'organisme d'un vaccin et d'un pic de pollution, par exemple. Mais tout cela serait-il bien utile ? La peur du vaccin n'est pas rationnelle, elle ne peut donc pas être combattue par la rationnalité. Face à un emballement de la pensée des sceptiques, qui fait penser à celui des plus farfelues théories du complot, y a-t-il d'ailleurs un moyen de lutte efficace ? Le vaccin contre la bêtise reste - hélas, je le déplore souvent - à inventer. Il ne serait pas absurde de laisser, avec tout le cynisme que cela comporte, la sélection naturelle faire le ménage, mais il demeure la question des enfants dont il serait injuste qu'ils soient frappés par la maladie par la faute de leurs parents. L'obligation légale, pour aussi envahissante qu'elle soit dans la vie des familles, est probablement la moins mauvaise des solutions.


Simone, tes enfants sont lâchés !
Simone, tes enfants sont lâchés !
D'un révisionnisme l'autre
D'un révisionnisme l'autre
La photo qui divise
La photo qui divise

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :