Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Maurras au temps du zapping

Maurras au temps du zapping

Par  

Françoise Nyssen, obscure ministre de la Culture, a rayé le nom de Maurras des commémorations de 2018.

Comme Gallimard renonça il y a peu à la réédition des pamphlets de Louis-Ferdinand Céline, voilà que le ministère de la Culture renonce désormais à commémorer le 150ème  anniversaire de la naissance de Charles Maurras. Le nom de l'emblématique dirigeant de l'Action Française avait pourtant été retenu par un aréopage d'intellectuels, le Haut Comité des commémorations nationales.

Hypocritement, le communiqué de presse du ministère précise, en dépit de la décision qu'il annonce, que Le travail et l’expertise des membres du Haut-comité ne sont évidemment pas en cause.

La bien-pensance avec son cortège de professionnels de l'indignation et sa cohorte de dénonciateurs du dérapage a, une nouvelle fois, eu raison du bon sens, de la réflexion et de la liberté.

Dans un temps de l'immédiateté où la durée de la réflexion devient insupportable, dans un temps du relativisme où tout serait l'égal tout, ces complices incultes et inconscients de la censure aboient dès qu'un os se profile à leur vue.

  • Distinguer l'auteur et son œuvre ? Trop complaisant !
  • S'instruire et comprendre avant de condamner ? Trop long !
  • Dissocier chez Maurras, comme le fît le Général de Gaulle, un avant et un après Munich ? Trop complexe !
  • Penser vraiment par soi-même ? Impossible au sortir de l'Éducation Nationale ?

Une fois acté l'abandon de la commémoration de la naissance de Charles Maurras, voilà que d'aucuns s'indignent que soit célébré le collaborateur Jacques Chardonne sans penser qu'on puisse penser à l'écrivain. La ministre choquée par le nom de Maurras n'a manifestement pas pris le temps de lire le reste de la notice…

Impossible d'envisager de célébrer un Homme qui ne soit pas parfait, selon les critères d'un XXIème siècle hors-sol à la morale nécessairement supérieure à tout ce qui l'a précédé ; les Saints eux-mêmes n'y résisteraient pas.

  • Saint-Louis ? Coupable d'autodafés de Talmuds !
  • Jean-Paul II ? Coupable de préférer la fidélité au préservatif !
  • Saint-Barthélémy ? Coupable d'homonymie !
  • Johnny Hallyday ? Peut-être…

Si l'on y regarde d'assez près, qui aurait la grâce d'échapper à ce tribunal omnipotent ? Tous coupables ? La guillotine l'a démontré.


Mauvais temps pour les harceleurs
Mauvais temps pour les harceleurs
L’Action Française aujourd’hui, entretien avec S. Blanchonnet
L’Action Française aujourd’hui, entretien avec S. Blanchonnet
Sarkozy le républicain
Sarkozy le républicain

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :