Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Mémoire sélective

Mémoire sélective

Par  

Mauvaise nouvelle, notre mémoire est sélective ! Comme dit Ivan Rioufol, "la Révolution Conservatrice est en marche, et résolument". Pourquoi ? Parce que nous sommes légion à ne pas vouloir perdre ce qui fait notre identité française. Il n'est bien sûr pas question de nationalisme ou de patriotisme excessif mais de valeurs civilisatrices qui ne peuvent être déconstruites par l'idéologie du temps.

Il est même urgent, si l'on veut éviter d'exacerber les clivages jusqu'au point de rupture et renforcer ces communautarismes fruits de l'individualisme, de remettre la mémoire historique et objective au cœur de la vie sociale, en même temps qu'une réelle liberté d'expression basée sur l'écoute et un authentique respect. Ah… l'écoute, cette sagesse antique disparue au profit de l'agitation permanente.

Le mépris médiatique à l'égard des valeurs authentiques et anciennes et le cynisme érigé en comportement obligatoire et tendance vont finir par tuer la société. Le 25 avril dernier, nous commémorions le 800ème anniversaire de la naissance de Louis IX, évènement important de notre histoire totalement passé sous silence. Victime de la mémoire manichéenne et idéologique, alors même que le regretté médiéviste Jacques Legoff à la monumentale biographie sur Saint Louis vient de nous quitter.

Ce 7 mai marquait le 60ème anniversaire de la chute de Dien Bien Phu en Indochine. Qu'en avons-nous vu ? Des miettes éparses pour de minuscules communications dans notre paysage culturel. Et pourtant ces dates, ces périodes, cette figure fondatrice du droit et de la justice, ce modèle de prince se faisant serviteur de l'État -tout l'inverse de nos profils politiques artificiellement construits par une pseudo méritocratie nourrie au poison de l'individualisme forcené-, ces soldats totalement oubliés qui sont pourtant nos frères en histoire, ces évènements majuscules de notre mémoire nationale, auraient mérité une grande effervescence culturelle, une joie d'échanger en colloques, débats…

Pour construire notre société sur l'Histoire en la regardant avec beaucoup d'intérêt, de nuance et finalement de compréhension. "Le tombeau des héros est le coeur des vivants", disait Malraux. Pour ne jamais oublier ceux dont l'esprit souffle dans le vent que nous respirons. N'en déplaise aux oiseaux de triste vue, nous sommes charnellement reliés à ce passé pour le meilleur si nous acceptons qu'il nous éclaire, ou pour le pire si nous le rejetons par idéologie de déconstruction. La mémoire sélective nous fait perdre en épaisseur, force, et champ des possibles -c'est l'essence même de la sélection-, l'acceptation de notre héritage nous ouvre sur le monde et nous offre les clés pour le comprendre. Pour bâtir une "civilisation de l'amour" ou "une société de l'altruisme", et délaisser ainsi un chemin de perdition que nous prenons à marche forcée tels des automates.


Mémoire nationale
Mémoire nationale
Bouzar, Bouzar…
Bouzar, Bouzar…
Agnelet, fichage ADN : où va la Justice ?
Agnelet, fichage ADN : où va la Justice ?

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :