Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Montaigne, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Montaigne, réveille-toi, ils sont devenus fous !

Par  

Montaigne, réveille-toi, ils sont devenus fous ! Ce n’est pas que je sois un inconditionnel de Montaigne, je ne suis pas assez érudit pour ça, mais il me semble que le philosophe de la Renaissance aurait bien de quoi remuer et même se retourner dans sa tombe en apprenant que l’institut portant son nom a décidé de promouvoir la dissolution de ce qu’il reste de la civilisation occidentale.

Les intellectuels de l’Institut Montaigne ne trahissent pas la tradition culturelle française en étant particulièrement précis dans les diagnostiques. Depuis le temps que l’on hurle à l’immigration massive de peuplement et à l’islamisation du pays, il est heureux de voir des humanistes modérés nous rejoindre. Et leur ton est même particulièrement alarmiste. Déjà en 2016, une première enquête faisait ressortir que 28 % des musulmans de France adhéraient à un islam « de nature sécessionniste et fondamentaliste ». Aujourd’hui, l’intellectuel qui fut la plume de Jean-Pierre Raffarin, qui doit avoir à cœur de servir le nouveau pouvoir sans cesse renouvelé par la figure de proue qu’est Macron, j’ai nommé Hakim El Karoui, constate une « progression de l'idéologie islamiste chez les musulmans de France ». Les salafistes « gagnent du terrain à l'intérieur de la communauté », surtout chez « les jeunes de moins de 35 ans ». On aurait pu s’en douter au regard de la solidarité exprimée en parole, en action et en omission de la communauté musulmane suite à chaque attentat. Que ce soit dans les cours d’école ou dans les zones s’étant autodéterminées hors de la République.

Mais point de sarcasme sur le diagnostic de l’Institut Montaigne puisque qu’il rejoint nos cris d’alarme. Penchons-nous plutôt sur ses préconisations. C’est en effet là que le bats blesse. Deux propositions phares, deux erreurs ou écueils. La première est bien sûr scandaleuse puisqu’elle consiste à instaurer l’enseignement de l’arabe dans nos écoles. Immédiatement, on se demande s’ils sont complètement pervers ou complètement naïfs. L’argument fallacieux consiste à faire accéder à la langue d’Averroès pour éviter celle des frères musulmans. Mais c’est la même et surtout, ce n’est pas celle de notre pays, pas celle de Villers-Cotterêts. Aberration bien sûr d’organiser la vie chez nous comme s'ils étaient encore au bled. Faire tant de kilomètres pour que rien ne change : même langue, même religion, même culture, même misère, même violence et… même guerre. Aberration également de prendre la langue utilisée par ceux qui nous font la guerre. Sur ce point, l’Institut Montaigne est totalement complice de la politique multiculturaliste du gouvernement puisque Jean-Michel Blanquer s’est arrangé pour déclarer au même moment sa volonté d’enseigner l’arabe dans nos écoles. On ne saurait trop le rappeler à ses priorités…

La deuxième proposition pourrait paraître flatteuse puisqu’elle consiste à conférer à l’Etat une maîtrise du culte musulman via l’argent… Ce gouvernement sait que la finance dilue tout. Ce gouvernement sait qu’il suffit de faire un chèque aux communistes pour qu’ils se soumettent. Point de révolution possible entre deux périodes de congés payés. Et bien pour les musulmans, Hakim El Karoui a imaginé une taxe sur les produits hallal. Cette taxe pourrait servir la création de l'Association musulmane pour l'islam de France (Amif). Ce n’est pas comme si Sarkozy avait déjà échoué en la matière… Selon le rapport de l'Institut Montaigne, « Les musulmans se sont enrichis, contrairement à ce qu'on croit et ils pratiquent beaucoup. » Cela donne soif ! La collecte de l’argent, sa gestion par l’association des musulmans permettraient de contrôler le financement des mosquées par exemple et donc éviter la main mise par les salafistes.

Comment dire… Ce n’est pas que ce sont de mauvaises idées, mais plutôt qu’elles sont la preuve de notre capitulation ! En fait quand un état est confronté sur son territoire à une idéologie qui incite au terrorisme, on commence par l’interdire puis à confronter ceux qui résistent à la manifestation de l’ordre. Même si le salafisme ne représente pas tout l’islam, il serait plus que vertueux de signifier à tous les musulmans que le salafisme est hors-la-loi et puni. N’est-ce pas une prérogative de l’Etat que de faire usage de la force contre ce qui met en péril le peuple, la société et son existence même ? La radicalisation se produit dans 3 lieux principaux : internet, les prisons, les mosquées. Et il y a toujours un lien organique avant le passage à l’acte. Pour ce qui est des prisons et des mosquées, rien de plus simple pour l’Etat d’intervenir avec fermeté. Aujourd’hui, nous sommes confrontés à un véritable continuum entre le musulman modéré et l’islamisme. L’un est le maquis de l’autre. Ne pas s’attaquer aux 50 000 salafistes, cela revient à les laisser à la tête d’une armée de 10 millions de musulmans. J’exagère ? Il le faut bien au regard des âneries que les intellectuels servent au pouvoir pour trahir le peuple. Permettons-nous pour finir une ultime suggestion. Au-delà de l’usage de la force, nous pouvons adapter nos politiques migratoires et cesser d’importer des musulmans, au moins jusqu’à ce que l’on digère la situation. Et je n’ose pas suggérer que l’on pratique le déplacement de population, même si cela s’est fait souvent, restons dignes ! Quoiqu’une des coqueluches du camp du bien, en la personne du Dalaï Lama, suggère tout de même que la vocation des réfugiés est de rentrer chez eux. On ne saurait trop conseiller à François le pape de suivre l’exemple du tibétain.

Le rapport de l’Institut Montaigne doit être adressé au président de la République et à tous les partis politiques. Il est publié alors qu’étaient organisées jusqu'à la mi-septembre des « assises territoriales de l'islam de France » dans chaque département, sous l'égide des préfets, pour faire émerger des propositions inédites… Je suggère aux préfets de lire Mauvaise Nouvelle pour s’inspirer de nos idées simples et ayant déjà fait leur preuve dans le monde et dans l’histoire.


Où sont les féministes ?
Où sont les féministes ?
Valls et Dieudonné sont sur un bateau…
Valls et Dieudonné sont sur un bateau…
Simone, tes enfants sont lâchés !
Simone, tes enfants sont lâchés !

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :