Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Normandie : l'Histoire en vrai

Normandie : l'Histoire en vrai

Par  

L’un des grands tournants de l’histoire du XXème siècle s’est produit en France lors Débarquement des Forces alliées sur les plages de Normandie. Cette année, le Monde célèbre le 70ème anniversaire de la phase la plus décisive de la résolution de la Seconde Guerre Mondiale. À cet effet, le 6 juin prochain, de nombreuses manifestations sont prévues pour célébrer et saluer l’engagement et le sacrifice de ces milliers d’hommes débarqués sur nos côtes françaises, point d’entrée choisi par les dirigeants alliés, pour lutter contre l’envahisseur nazi. Les médias, bien sûr, relaient largement l’évènement. De reportages en documentaires, en passant par les films de fictions basés sur des faits réels, la télévision tente faire revivre cet épisode aux personnes qui n’auront pas l’opportunité de se déplacer.

Pour autant, et même si ce n’est pas pour le jour anniversaire du D-Day, quoi de mieux que de se rendre sur place, un jour, pour se rendre compte que, dans ce paysage aujourd’hui paisible, la côte est encore parsemée d’anciens canons et bunkers allemands tandis que des monuments commémoratifs sont présents dans presque chaque village, ou à chaque détour de route. Les plages du Débarquement englobent une région qui s’étend le long du littoral du Calvados jusqu’au département de la Manche. Il existe de multiples façons de constituer son circuit en fonction de ce que l’on souhaite voir mais quelques sites sont cependant incontournables.

La Pointe du Hoc, tout d’abord, est probablement le lieu qui témoigne le plus des importants combats qui se sont déroulés le jour du Débarquement. Situé entre les secteurs d’Utah Beach et d’Omaha Beach, une puissante batterie allemande dominait ces plages et présentait une importante menace selon les Alliés. Elle était en effet très protégée par de nombreux bunkers d’une part, dans lesquels il est toujours possible de pénétrer pour certains, et par la falaise d’autre part, qui porte encore les stigmates de cette époque. La Pointe du Hoc sera donc violemment bombardée dans les jours précédant celui du Débarquement et, à l’aube du Jour-J, à 6h30, un bataillon de Rangers est chargé d’escalader la falaise pour neutraliser cette menace allemande, ce qui sera chose faite au bout de quelques heures. Aujourd’hui, le sol encore creusé de toutes parts par des trous d’obus, les blockhaus éventrés sur l’ensemble du site témoignent de la violence de l’attaque américaine aérienne et des combats acharnés de ces quelques hommes qui, rapidement, réussiront à sécuriser ce lieu stratégique.

La plage d’Arromanches, par ailleurs, témoigne quant à elle de la plus grande prouesse technique du Débarquement jamais réalisée par les Alliés. C’est sur cette plage située sur le secteur d’Omaha Beach que sera construit un port artificiel afin de permettre l’apport massif et le déchargement de matériel, de munitions et d’hommes sur les côtes normandes. Sa construction, débutée au lendemain du Jour-J durera plusieurs semaines et sera perturbée quelques jours à cause d’une violente tempête. Le port, constitué de caissons en béton armés assemblés les uns aux autres pour créer des pontons flottants permettant d’acheminer le matériel vers la terre, formera une rade d’une superficie de 500 hectares protégée par une digue et de grands flotteurs métalliques servant de brise-lames sur 8 km de long. Une fois construit, ce port permettra d’acheminer jusqu’à 9.000 tonnes de matériel par jour. Cependant, à cause du rapide ensablement de ce port ainsi que de la remise en service des ports de Cherbourg et du Havre, son rôle sera diminué. Aujourd’hui encore, il reste quelques vestiges de cette belle réussite technique. Il est même possible de s’approcher et de faire le tour de quelques blocs à marée basse. Pour autant, leur survie dans le paysage normand est menacée, à cause du mouvement perpétuel des marées et à l’ensablement progressif des derniers rescapés.

Enfin, dernier site à ne pas manquer, situé entre les plages britanniques de Sword Beach et Gold Beach, il faut aller voir de plus près cette imposante Croix de Lorraine qui s’élève fièrement, du haut de ses 18 mètres, sur la plage de Juno Beach, secteur affecté aux Canadiens, à Graye-sur-Mer précisément. La prise de cette plage, rendue difficile par une forte houle et par la présence de récifs rocheux sur ces côtes d’une part et par le fait que les Allemands avaient disséminés de nombreux obstacles tout le long de la plage en partie recouverts par la marée montante d’autre part, permettra néanmoins le débarquement de 21.000 hommes en fin de journée. C’est  sur cette plage, le 14 juin 1944, que le Général de Gaulle foule pour la première fois le sol français, quatre ans quasiment jour pour jour après avoir quitté la France métropolitaine pour entamer la Résistance. Rapidement, il rejoindra la commune de Bayeux où il tiendra, non sans émotion, son premier discours politique sur le sol français.


En politique le vrai saint est celui qui fouette
En politique le vrai saint est celui qui fouette
Une histoire à dormir debout
Une histoire à dormir debout
À Chat perché
À Chat perché

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :