Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Nous ne sommes pas encore des terroristes

Nous ne sommes pas encore des terroristes

Par  

L’Etat français fait partie du Bloc de l’Ouest. Et se compose de Français. Deux paramètres qui ne plaident pas en sa faveur. Ne le prenez pas mal, mais songez à vos beaux-parents qui admirent encore les ministères et les journaux, les sociologues et l’Education nationale. Triste, n’est-ce pas ?

Hier matin, des associations ont fait un bilan d’une rencontre au Ministère. Celui-ci veut limiter au maximum l’école à la maison. Avec des méthodes dignes de l’indignation du Duce.

Des députés aussi. En 2013 déjà, un groupe de parlementaires s’était attaqué à l’école à la maison. Je vous refais un point, au cas où.

L’école à la maison, c’est l’école sérieuse, qui enseigne et transmet, qui apprend à lire. Tandis que l’autre n'a cure du savoir, fait appel à des intervenants LGBT, explique les Zeures les plus Sombres, vous fait la leçon quand votre enfant travaille avec vous le soir et ne tolère pas qu’il sache l’imparfait du subjonctif (ça vous vaut désormais une convocation), c’est le bâtiment qui s’appelle « Collège Nelson Mandela » ou « Lycée François Mitterrand ». C’est ce qui fait faire à votre enfant des exercices du type suivant, extrait d’un manuel actuel et garanti authentique :
« Remplace dans des syllabes par des lettres ou des mots (sic, vous remarquez déjà que cette phrase ne veut rien dire) :
« Exemple : sotduite au lieu de conduite, exderrièreser au lieu de excuser, derrièrederrièrezizitacé au lieu de cucurbitacé.
« Si tu ne connais pas beaucoup de gros mots, demande à tes parents, ils en savent plus que toi.»

« Apprends à détourner un proverbe : il faut battre le fer tant qu’il est chaud à il faut battre sa mère tant qu’elle est jeune. » (« Les sorcières sont N.R.V. », ouvrage recommandé par l’Education nationale pour les élèves du CM1, publié aux éditions L’Ecole des Loisirs)

C’est aussi une école on l’on apprend aux enfants ce qu’est une « troncature de mot » avant même qu’il sache conjuguer le verbe être. Une école de dingues, en peu de mots.

C’est cette école-là que les députés défendent bec et ongles et que, personnellement, je me proposerais volontiers de faire sauter au Semtex.

L’école à la maison a de meilleurs résultats aussi bien au Bac que dans la vie sociale ou le niveau des diplômes du secondaire. Enfin, pour parer à toute objection sur la « désocialisation », tarte à la crème que nous entendons deux fois chaque jour et le dimanche cinq, l’école à la maison sociabilise mieux, les chiffres sont clairs (en passant, disons « sociabiliser » et non « socialiser » : aucune raison de politiser nos bambins, n’est-ce pas ?).

Donc, des députés dits « de droite » c'est-à-dire d’extrême-gauche selon Trump, ont déposé, le 27 avril, une proposition de loi qui rend plus sévère encore l’encadrement des cours par correspondance et rend pratiquement obligatoire la présence à l’école, ce qui n’est pas le cas actuellement. Cela au nom de la lutte contre le terrorisme islamique. Je propose que, les terroristes ayant regardé la télé, on interdise celle-ci. Ce serait plus proche des faits constatés. De même qu’en 1792, le sans-culotte coupait les arbres « ayant été plantés à l’époque du roi », on pourrait interdire la bagnole, vu qu’il y avait des bagnoles au temps des terroristes. Vous pensez que j’exagère ? Jugez par vous-même ou demandez à votre femme.

Cette proposition de loi argue d’un danger terroriste islamiste lié à l’enseignement par correspondance. Manque de pot, aucun terroriste n’a fait l’école à la maison à ce jour. Au contraire, les terroristes français sortent tous de l’école classique. Jules Ferry fabrique de l’écervelé, mais ça on le savait depuis les élections cantonales de 1949. Et Peillon ou Châtel produisent du flingueur. Avec l’aide du ministère de l’Intérieur éventuellement, puisqu’on sait, comme le révélait Le Point en 2012, que Merah travaillait avec les services secrets français. Et la proposition de loi, antiterroriste donc, vise nos chères têtes blondes : les enfants faisant l’école à la maison… Soit ces députés sont cons, ce qui statistiquement est loin d’être une improbabilité quantique, la connerie étant une denrée peu rare, largement dispersée, abondante, gratuite, accessible à tous sans besoin de construire de passages handicapés et qui plus est libre de droits.

Soit ils le font exprès, ce qui est plus que plausible.

Et elle vise aussi les cours par correspondance, tant qu’on y est. Autant faire du vrai nettoyage. Pas de chance, il ne se trouve aucun cours par correspondance islamiste. Elle vise des établissements coraniques, mais en ce cas elle ne devrait pas évoquer l’école à la maison qui, par définition, ne se pratique pas dans ces établissements.

Les familles qui font l’école à la maison sont, quant à elles, systématiquement contrôlées par l’Éducation nationale. Les députés pensent-ils que les flics de l’académie, déjà suffisamment retors, à peu d’exception près, ne font pas leur travail ? L’obligation d’instruire est respectée à la maison. Il y a des lois sévères, drastiques, qui visent l’école à la maison et dont ne souffrent pas les enfants à l’école. C’est déjà le goulag. Les parents ont peur de ces contrôles où ils sont humiliés, qualifiés d’incapables, où on leur pose des questions personnelles du type « quelles études avez-vous faites ?», « où partez-vous en vacances ?», « quelle est votre alimentation ? », « vous pensez-vous sérieusement capables d’enseigner votre enfant ? » et où l’enfant est pris à part, en tête-à-tête, et où on lui explique qu’il va finir chômeur s’il continue l’école à la maison.

Malgré tout ça, cette persécution banale, on peut dire que les enfants qui ont fait l’école à la maison sont des modèles de citoyens : gentils, cultivés, équilibrés, ouverts, posés, plus ouverts à l’international que le CIDJ ou Aéroport de Paris.

C’est donc ces gens-là qu’il faudrait reconduire en tôle, pardon, à l’école.

Les députés parlent de l’école à la maison comme d’un phénomène « préoccupant ». Aveu. C’est très préoccupant d’avoir des gens instruits, échappant au Marché et à la bureaucratie d’Etat. Dans le même temps, Bercy réfléchit à une taxe à appliquer aux Français désirant quitter la France.

On ne peut pas être plus explicite : ces gens-là sont des communistes dans l’âme, et c'est-à-dire des communistes de 5cm3. Des communistes époque Tcheka.

Soyons nets : l’école à la maison concerne pas mal de catholiques. Et donc la réaction anti-républicaine. Et donc les années 30. Et donc la montée du nazisme. Et donc Hitler. Vous connaissez l’équation par cœur.

Mais pas que. Elle concerne aussi des tas de gens qui refusent le système. Et aussi des musulmans, c’est vrai. Peut-être autant qu’à la Manif pour Tous. Quel est le problème ? Y a-t-il un seul musulman ayant fait l’école à la maison qui ait un casier judiciaire ? Pour voir, donnez-nous un nom.

Cette école à la maison, la fait-on « pour des motifs d’ordre essentiellement religieux » ? Non. Le premier motif évoqué par les parents est le mal-être de l’enfant à l’école et le niveau (selon des études qui portent sur 7.000 familles que nous avons faites nous-mêmes). C’est un peu excusable : 41% d’illettrés en sixième, ça la fiche mal (et comme chacun le sait, une fiche mâle est faite pour entuber de la fiche femelle). 17% des bacheliers sont illettrés et beaucoup ont leur Bac, avec « menssion » clament-ils ; bientôt, on aura des discours d’investiture à l’Académie copiés-collés des aventures de Oui-oui.

« Les enfants seraient victimes de propagande idéologique à la maison. » Et à l’école ? N’est-ce pas sur les bancs de la communale qu’on apprend à haïr l’Histoire de France ? N’est-ce pas là au collège que l’on explique qu’Obama est un gentil président et Poutine un méchant ? Ce n’est pas de la propagande idéologique, ça ? Et le négationnisme antichrétien, vous ne croyez pas que c’est un moteur de rejet islamiste ? S’il n’y a plus de château de Chambord ou de Louis XIV à admirer, selon la loi de la tabula rasa pratiquée par l’Education nationale, vous pensez que les bambins peuvent se retourner avantageusement vers le siège de l’URSSAF et vers Valls, vers le « plug anal » de la place Vendôme et Martine Aubry ? Vous ne croyez pas que ça fait descente tout shuss, décrochage, perte de portance, chute libre ? 

Messieurs les députés de la bien-pensance droitière en peau de lapin, Messieurs du Ministère idéologique, l’école à la maison aurait à voir avec le terrorisme ? Pas encore. Mais à force, grâce à vous et au Semtex, pourquoi pas ?

 

Rémy D. WIEDEMANN, le coach des parents
http://l-ecole-a-la-maison.com/


Nous sommes en guerre
Nous sommes en guerre
Nous sommes passés dans le camp des salauds
Nous sommes passés dans le camp des salauds
Sommes-nous en guerre ?
Sommes-nous en guerre ?

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :