Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Peu de pain mais des jeux

Peu de pain mais des jeux

Par  

Ce mercredi, 13 septembre, le CIO confiait officiellement l'organisation des 33ème et 34èmeOlympiades à Paris et Los Angeles. Bien qu'il ne subsistait plus aucun doute sur ces attributions, les scènes d'auto-congratulation des organisateurs ont fait la joie de tous les journaux. À la perspective du bonheur absolu de l'ère du divertissement, quiconque en France avance l'ombre d'une critique quant à l'organisation des Jeux Olympiques reçoit immédiatement le qualificatif de "grincheux". Eh bien, grinchons !

Dans leur certitude que les-JO-c'est-bon-pour-le-moral-et-l'économie, les partisans de l'organisation des Olympiades ferment les yeux devant les faits, et ne cherchent pas apprendre de l'expérience. Tout un chacun sait pourtant que jamais - ou presque - les Jeux Olympiques n'ont été rentables. De l'accident industriel des Jeux de Montréal en 1976 à la précipitation de la crise financière grecque avec Athènes 2004, les faits sont éloquents. Rappelons à ce titre, la sentence d'Anne Hidalgo prononcée lors sa dernière campagne électorale, en 2014 : « Les JO, c'est très joli, mais il n'y a pas une ville qui s'y soit retrouvée sur le plan financier. ».

Le budget de Paris 2024 est actuellement annoncé à 6,6 milliards d'euros. Si, ô miracle, ce montant n'était pas révisé d'ici sept ans, celui-ci serait néanmoins conséquent dans un pays supposé affronter une rigueur budgétaire ; comparé à ce chiffre, les bruyantes réductions estivales du budget de la défense et leur 850 millions font pâle figure. Bien sûr, les finances publiques ne seront pas seules mises à contribution ; des "partenariats public-privé", comme il est de bon ton, sont déjà annoncés. Pas sûr que la nationalisation des pertes et la privatisation des gains soient une bonne nouvelle… Par ailleurs, e principal poste de dépense justifiant - si près de nous - la hausse du budget de Londres 2012 est constitué des dépenses liées à la sécurité. Deux ans avant la proclamation du califat daeshien, la sécurité ne constituait pas un sujet aussi critique qu'aujourd'hui. Qui peut croire à une normalisation profonde de la situation d'ici sept ans ?

L'endettement de paris représente 1.646 € par habitant et celle de l'État 35.620 €. Est-il l'heure de dépenser 6 milliards supplémentaire ?


Repeuplement de la France mais avec quel peuple ?
Repeuplement de la France mais avec quel peuple ?
De la ZAD à l’héroïsme
De la ZAD à l’héroïsme
Le vent se lève
Le vent se lève

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :