Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Police : réforme ou dissolution

Police : réforme ou dissolution

Par  

L'actualité a récemment donné un nouvel exemple des inacceptables abus de la Police Nationale. Le 24 mars dernier, un policier frappait au visage un manifestant déjà maitrisé, ne représentant aucune menace pour les policiers qui le tenaient en respect. Grâce à la vidéo de l'événement capturée par le téléphone portable d'un autre manifestant, l'institution judiciaire n'a pas pu décemment nier les faits comme c'est habituellement le cas, et le policier en cause a été mis en examen pour violences volontaires par personne dépositaire de l’autorité publique. Paul Voltor nous appelait récemment à « révéler au monde que [la France] est morte depuis longtemps », la police illustre parfaitement cette agonie : ses dérives et réactions exagérées, alors que l'autorité dont elle est dépositaire exige l'exemplarité, sont la marque d'une perte de sang froid et de déclassement de ses éléments.

Si l'on ne peut naturellement que se féliciter que la justice semble, pour l'instant du moins, triompher avec la reconnaissance d'abus inacceptables, il convient néanmoins de prendre de la hauteur et de s'interroger sur l'aspect systémique de la violence policière. Il serait injuste, aussi coupable soit cet homme, que ce policier devienne le bouc-émissaire d'une institution, devenue liberticide, qui le dépasse.

Cet homme n'est que le symptôme visible - ou plutôt le plus télégénique - de la dérive policière de la France mais il n'est pas responsable des écoutes à grande échelle, des assignations à résidence de militants écologistes, de l'homicide grenadier de Rémi Fraisse, ou encore de la loi scélérate de prolongation de l'état d'urgence. C'est pour toutes ces raisons, que la Police Nationale et son allié pseudo-militaire doivent, au nom de l'idéal de justice, être rapidement dissous à défaut d'être profondément réformés. Après tout, si un membre du service d'ordre du Front National avait assené à un jeune manifestant écervelé un coup de poing semblable à celui donné par ce policier, nombreuses auraient été les personnalités politiques, de gauche notamment, à appeler à la dissolution de ce parti tout entier ; le Gouvernement devrait s'appliquer la même rigueur, s'il faisait preuve d'un tant soit peu d'honnêté intellectuelle.


Police, le sentiment d'impunité
Police, le sentiment d'impunité
Hollande désarme la police
Hollande désarme la police
La meilleure des Frances
La meilleure des Frances

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :