Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Primaires : l’heure de vérité ?

Primaires : l’heure de vérité ?

Par  

 

L’organisation des primaires de la droite et du centre nous promettent deux mois sanglants au sein d’une famille politique très morcelée. Les commentateurs du PAF ont du mal à cacher leur excitation, les plumes s’acèrent, les petites phrases assassines fusent. Les spadassins sont de sortie et les sondeurs nous prédisent un choix manichéen entre les tenants de tous les conservatismes et une droite ouverte, moderniste et décomplexée.

D’un côté un Sarkozy qui l’assure-t-il a beaucoup appris, de l’autre l’aile Juppé / Le Maire que seuls distinguent l’âge et la capillarité. A côté, quelques menus fretins qui vont des aigris aux cathos bornés jusqu’à la suffragette exaltée… A en croire donc les gratte-papiers de tous poils, il n’y aura pas de troisième voie. Vous comprenez, il faut un choix simple pour le bas peuple. Il lui appartiendra donc de se prononcer sur la bonne gueule pépère de papy heureux ou sur les promesses martiales d’un repentant. Mais qui sait, les militants, faisant preuve d’une surprenante audace pourraient défaire les princes autoproclamés.

Malgré la fadeur de cette joute, je dois avouer y avoir puisé deux perles cette semaine. La première vient du condottiere bordelais qui dans un tweet goguenard se gaussait de nos pauvres ancêtres convoqués à la tribune par le petit Nicolas. Ce faisant, touché par une grâce innocente, le bellâtre pinardier argumentait d’une nullité patente du discours politique ambiant… Ah, le brave homme ! Lui aura-t-on rappelé qu’il en fit son fond de commerce depuis déjà trop longtemps ?

A l’opposé de cette attitude puante de mépris, celle d’Hervé Mariton me semble plus juste, plus emprunte du souci du bien commun. En refusant de faire appel de la non-validation de sa candidature, il choisit crânement de ne pas ajouter au trouble du cloaque familial. Certains trouveront cela lâche, d’autres y verront un calcul arguant que tout cela était sans doute préparé de longue date, d’autres dont je suis,  voudront croire que la responsabilité et l’honneur sont encore des mots qui veulent dire quelque chose pour certains de nos hommes politiques.

Finalement, peut-être ces primaires à force d’innocentes vérités pourront-elles être l’occasion d’un sursaut ?


Le scandale des primaires
Le scandale des primaires
Remettre les pendules à l'heure
Remettre les pendules à l'heure
Primaires : passions tristes pour des fantoches
Primaires : passions tristes pour des fantoches

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :