Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Quand Interdit d'interdire devient permis de tuer

Quand Interdit d'interdire devient permis de tuer

Par  

L'INSEE vient de publier une énième étude révélant que les enseignants étaient deux fois plus soumis aux insultes et aux menaces que les autres métiers. 12 % déclarent faire l'objet de menaces, chiffre que l'on estime sous-évalué. Mais avions-nous besoin de cette étude pour faire ce constat, quand il nous suffit d'écouter les faits divers réguliers et inquiétants ? C'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles le métier de professeur n'attire plus : on n'a jamais eu aussi peu de candidats aux concours par rapport aux postes proposés, sans compter ceux qui réussissent l'épreuve et qui démissionnent après avoir découvert leur premier poste !

Lorsqu'on interroge les enseignants du primaire et du secondaire, ils avouent avoir le "sentiment de ne pas être respectés". Le journal Libération vous dira que c'est juste "le réceptacle des tensions sociales", le gouvernement régularisera une famille de sans-papiers en hommage à une institutrice assassinée, mais sont-ce vraiment les bonnes réponses à ce problème de plus en plus préoccupant ?

La famille, première éducatrice.

Il me semble que cette violence à l'école n'est que la suite logique de 40 ans de laxisme général en matière de pédagogie, d'autorité, de programme. Depuis Mai 68, le respect est devenu une insulte ! Comment espérer que les plus jeunes de notre société puisse respecter leurs aînés quand tout depuis 68 leur crie : interdit d'interdire ! Et puis, le respect, ça s'apprend ! De moins en moins de familles inculquent les bons principes à leurs enfants, quand on voit qu'il existe même des émissions télé pour "rééduquer" des enfants incapables de se soumettre à une quelconque autorité ! Il est certain que c'est d'abord et surtout dans la famille que l'on apprend à respecter les autres à commencer par les adultes. Mais la famille est malade avec des divorces de plus en plus nombreux, des familles "recomposées" et des enfants "décomposés" ! Parce que c'est difficile pour un enfant de respecter son papa, le nouveau mari de maman, la copine de papa…. Et depuis le mariage pour tous, la famille ne va pas aller mieux…. Préparons-nous à voir le pire !

Éducation nationale ou instruction publique ?

Pendant que la famille se délite depuis 68, l'État a l'ambition d'éduquer les enfants. On marche donc vraiment sur la tête dans notre pays ! L'État veut jouer le rôle de la famille, la famille se déchire et chacun ne veut se préoccuper que de son petit plaisir ! Bravo mai 68 ! Et pendant que l'État éduque nos enfants, il ne les instruit plus ! On leur apprend à trier les déchets, à réfléchir à la discrimination, à reconnaître un raciste, à voter ( à gauche) mais on n'apprend plus la règle de trois ni le subjonctif imparfait ! À des enfants sans repères familiaux, on ne donne pas non plus de repères nationaux. Plus d'identité culturelle à laquelle se rattacher et on ne vibre pour le drapeau tricolore que dans un stade de foot. Quelle erreur ! Comment espérer être respecté par ses fils si on ne leur apprend pas à admirer leurs ancêtres, réels ou d'adoption ? Car, les enfants d'immigrés pourront s'assimiler s'ils le veulent, encore faut-il leur proposer un pays à connaître et à aimer. Arrêtons donc de supprimer Louis XIV, Napoléon de nos cours d'histoire ! Arrêtons d'enseigner que la France doit s'excuser de tout dans son histoire, arrêtons d'expliquer que Saint Louis était antisémite ! Rétablissons la vérité ! Arrêtons aussi de détruire les églises et les châteaux, signes de notre patrimoine.

Pédagogie de l'enfant roi.

Ayant fait mes classes à l'IUFM de Paris, j'ai bien appris mes leçons : il faut sortir du schéma "professeur apportant un savoir à l'élève", car, nous a-t-on dit, le savoir est un élément qui circule entre le professeur et l'apprenant (sic). Alors, surtout pas d'estrade dans une classe, on pourrait croire que l'enseignant est au-dessus ! ! Et surtout pas de cours magistral, l'apprenant doit tout découvrir par lui-même ! ! Tout ! Tout ce que des générations ont découvert en plusieurs siècles, les nouveaux pédagogues de l'Éducation Nationale veulent que leurs apprenants le retrouvent ! Tout ça, pour éviter que le professeur ait une autorité vis à vis des élèves… Et on s'étonne qu'ils aient "le sentiment de ne pas être respectés." Mais, je vais vous dire la vérité, ce n'est pas un sentiment, c'est la réalité. Quand on joue avec le feu, on finit par se brûler ! Hélas ceux qui se brûlent ici, ce ne sont pas ceux qui jouent avec le feu. Parce que les Merieux et compagnie, apprentis sorciers de la pédagogie, sont bien au chaud dans les ministères, dans les beaux salons, à donner des leçons aux autres !

Écoles hors-contrat, seul espoir?

Il est aberrant de constater que pour sortir de ce cauchemar, les parents n'ont que la solution extrême de sortir du système. Autrefois, on fondait une école pour donner une dimension particulière à l'enseignement, la plupart du temps, c'était une dimension religieuse. Aujourd'hui, des parents fondent une école pour avoir juste une vraie et bonne instruction ! L'État veut éduquer et des familles sont obligées d'instruire ! On marche sur la tête, je vous dis ! Si on veut arrêter la spirale infernale, les politiques vont devoir réagir vite. Et autrement qu'en supprimant les notes ou en apprenant aux filles qu'elles sont peut-être un garçon et aux garçons qu'ils sont des filles qui s'ignorent ! Sinon, c'est sûr, interdit d'interdire deviendra permis de tuer !


Euthanasie : Vers un devoir de tuer ?
Euthanasie : Vers un devoir de tuer ?
Interdire l’Islam, la bonne idée de trop ?
Interdire l’Islam, la bonne idée de trop ?
Le Sénat veut interdire l'école à la maison
Le Sénat veut interdire l'école à la maison

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :