Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Queer, le monde est queer…

Queer, le monde est queer…

Par  

Dans un article du 25 mars, le Figarovox nous alerte sur la nouvelle édition de la queer week à Sciences Po. Il s'agit d'une semaine de portes ouvertes…aux LGBT.

De la diversité artistique

Nos futures élites ont ainsi pu discuter de "la réappropriation du genre pornographique dans les arts".

Comment ? Vous n'aviez pas remarqué que l'on avait beaucoup régressé sur le sujet ? Et pourquoi croyez-vous que notre nouvelle ministre de la Culture, Mme Azoulay, se sente obligée de faire sauter l'interdiction des films aux moins de 18 ans ? Par amour de l'art bien évidement !

De son côté, l'acteur Guillaume Gallienne s'interrogeait récemment "sur le choix du cinéma français à vouloir tout le temps prôner la diversité culturelle". Pas encore assez diverse pour les LGBT apparemment !

Du modèle occidental

Les élèves de l'IEP ont également été invités à réfléchir sur (asseyez-vous) : "Qu'est-ce qu'un corps de garçon ? Qu'est-ce qu'un corps de fille ? Notre société, en voulant absolument catégoriser les gens en deux groupes, impose une police des corps dont les personnes trans, intersexes et/ou ne répondant pas aux canons occidentaux de féminité et masculinité sont les premières victimes."

(Reprenez votre respiration) Et oui… Peut-être ne vous étiez vous pas interrogés sur cet occident mondialisé bien difficile à vivre pour ces personnes, alors que leurs homologues orientaux sont bien moins "catégorisés"… Qui sait quelle est l'orientation sexuelle qui se cache sous une burqa ?!

De la misère affective

Cet événement était aussi l'occasion pour l’Association Pour la Promotion de l’Accompagnement Sexuel (APPAS) de faire valoir le droit à toute personne handicapée à avoir une vie sexuelle. Et si elle ne peut l'avoir par elle-même… il y a des gens dont c'est le métier.

Figurez-vous, en effet, qu'un métier très récent est apparu : "assistant sexuel". Il s'agit notamment "d'offrir le plaisir de la masturbation à ceux qui ne peuvent y avoir accès par eux-mêmes".

Finalement entre ce nouveau métier et le plus vieux du monde, je ne vois plus bien la différence. Dans les deux cas, on croit résoudre une misère affective par une misère sexuelle. Non ?

À ceux qui doutent

Certains lecteurs se sentent peut-être bien distants de tout ce microcosme des (futures) élites libertaires parisiennes, bien qu'ils ne doivent plus être, je l'espère, si nombreux, tant les alertes nous proviennent de partout depuis tant d'années. Les LGBT sont partout, de Bruxelles à Sciences Po, du ministère de la culture à celui de l'éducation nationale.

Aussi, à ceux qui doutent, je parlerai depuis mon sud-ouest, loin donc du tumulte de la capitale, de ses grandes écoles et de ses ministères, je parlerai d'un livre de la bibliothèque municipale, loin donc d'une "queer week" ouvertement pilotée par les LGBT, je parlerai d'un ouvrage adressé aux 5-7 ans, loin des jeunes adultes de la rue St Guillaume.

Et puis non, je ne parlerai pas. Je vous laisse voir (édition Milan Jeunesse).


Le monde du travail deviendrait-il asexué ?
Le monde du travail deviendrait-il asexué ?
L'opposition la plus bête du monde
L'opposition la plus bête du monde
Messe noire de monde dans la rue Morgue
Messe noire de monde dans la rue Morgue

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :