Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Sarkozy trafiquant de drogue

Sarkozy trafiquant de drogue

Par  

Les déplacements et appels téléphoniques de Nicolas Sarkozy ont été suivis de près par la justice, dans le cadre de l'enquête sur l'affaire Air Cocaïne, c'est ce que révèle aujourd'hui le JDD. Plus précisément, les déplacements de l'ancien chef de l'État ont été analysés pendant deux mois (mars et avril 2013) et ses appels pendant un an (jusqu'en mars 2014).

Le Journal du Dimanche prend la peine, dans son article, de nous rassurer : ces investigations n'ont mené à rien. Nous pouvons donc pousser un grand ouf de soulagement : notre pays n'a pas été dirigé par un trafiquant de drogue. Après tout, nous aurions pu y croire, venant de quelqu'un capable de financer une campagne de 20 millions par 50 millions venant d'un dictateur lybien, puis de déclencher une guerre pour faire taire ce dictateur, tout en soutirant de l'argent à une vielle dame, et en donnant le tout à une société détenue par des amis de Jean-François Coppé… Seul problème, même si le venin est diffusé dans le public, aucune de ces affaires ne tient après examen des faits. Avec cette affaire, où le ridicule se joint à l'absurdité de l'accusation, l'acharnement d'une partie de la justice à l'encontre de Nicolas Sarkozy devient évidente.

La juge d'instruction qui a souhaité enquêter ainsi contre l'ancien Président de la République appuie son ordonnance par le fait que Nicolas Sarkozy avait réservé l'avion, qui devait servir au transport de drogue et qui a finalement été intercepté par la police de Saint-Domingue, deux jours après le vol à l'origine de l'affaire. Tout un chacun imagine naturellement Sarkozy, grand patron d'un cartel français de la drogue, la french connection du XXIème siècle, prendre en pleine lumière le jet utilisé par ses complices pour transporter 700 kilos de cocaïne. Tout est crédible évidemment.

Par cette affaire, la Justice perd définitivement tout crédit dans ses accusations contre Sakozy. Si l'on avait pu croire - après tout, il y a tant de précédents - qu'un homme politique peut financer son parti ou sa campagne avec des fonds détournés, qui croira Nicolas Sarkozy empêtré dans une affaire de trafic de cocaïne.


L'Injustice poursuit Nicolas Sarkozy
L'Injustice poursuit Nicolas Sarkozy
Sarkozy le républicain
Sarkozy le républicain
L'injustice Cahuzac
L'injustice Cahuzac

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :