Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Ségolène Royal, réincarnation de Dominique Voynet

Ségolène Royal, réincarnation de Dominique Voynet

Par  

Ségolène Royal, réincarnation de Dominique Voynet, en pire, pour le plus grand malheur de la France et des Français !

Alors que la Grande-Bretagne a approché la Chine pour construire sur son sol au moins deux réacteurs nucléaires dont les pièces maîtresses seront manufacturées en Chine par la firme China First Heavy Industries sous licence Westinghouse, alors que la Chine a actuellement une vingtaine de réacteurs nucléaires en construction dont le premier EPR de technologie Areva-EDF sur le site de Taishan va probablement monter en puissance avant la fin de l'année 2014 bien avant celui de la Finlande, alors que le Japon envisage de plus en plus sérieusement et autoritairement de faire repartir le plus vite possible au moins 20 réacteurs nucléaires avant la fin de l'année en faisant fi des oppositions locales téléguidées par des ONG non japonaises car les importations d'hydrocarbures, gaz naturel liquéfié compris, sont un immense gouffre financier (112 milliards de dollars pour l'année fiscale 2012-2013), alors enfin que le Danemark a donné son feu vert pour l'exploitation des gigantesques gisements d'uranium (et de lanthanides ou terres rares) du Groenland, ce qui fera chuter à terme le cours de la matière première appelée « yellow cake », la France, minée par le soigneux travail de sape des écologistes emmenés par Greenpeace et le WWF pour ne citer que ceux-là, prend des décisions complètement à contre-courant, c'est carrément affligeant pour ne pas dire extrêmement préoccupant pour l'avenir de la France !

Il fallait d'ailleurs s'y attendre puisque, motivé par une démagogie pure et dure, le candidat Hollande avait martelé en 2012 qu'il allait fermer la centrale de Fessenheim et que la part du nucléaire dans le package électrique français descendrait à 50 % à l'horizon 2025. La Miss Royal, mandatée par son ex-compagnon après l'éviction de l'ancien faucheur d'OGM promu ministre de l'énergie afin de disposer d'une retraite généreuse pour poursuivre son activisme scandaleux, cette Miss Royal donc, une écologiste embusquée qui ne veut pas annoncer la couleur de ses pensées et de ses opinions, a pourtant dévoilé sa face cachée et c'est quasiment lunaire ! Allusion à la face cachée de la Lune qu'on ne peut pas voir …

Pour Fessenheim, c'est dit et redit malgré les recommandations de l'ASN, les deux réacteurs seront arrêtés (définitivement) en 2016. Manque à gagner pour EDF qui a pourtant reçu l'autorisation de l'ASN d'exploiter ces réacteurs pendant au moins dix années supplémentaires : 38 milliards d'euros, et c'est une estimation a minima ! La Miss Royal en a-t-elle dit un mot ? Silence on tourne, the green show must go on ! Silence aussi à propos du mépris évident et indécent du gouvernement au sujet des avis autorisés de l'ASN … Et c'est un comportement coutumier des socialistes quand ils sont au pouvoir, le mépris total des recommandations de ceux qui maîtrisent le sujet. L'arrêt de Superphénix a été décrété par Jospin et son porte-parole écolo Dominique Voynet dans le plus total mépris des recommandations des autorités compétentes, des traités dûment signés avec les pays collaborant à cette entreprise européenne, cette décision n'a jamais été soumise ni à l'approbation des instances démocratiquement élues telles que l'Assemblée ou le Sénat ni au peuple Français qui était en dernier ressort actionnaire de ce projet pourtant prometteur en termes de production d'énergie à très bas coût puisqu'il s'agissait de « brûler » des déchets. Mais les écologistes étaient passé par là … Coût de l'opération pour satisfaire ces idéologues : 50 milliards d'euros d'aujourd'hui, une paille ! Qui a payé la facture ? Les contribuables comme toujours …

L'autre volet du programme du « Nouveau modèle énergétique » de la France exposé par la Miss Royal stipule qu'en 2025 l'énergie nucléaire ne devra plus représenter que 50 % de la production totale d'électricité, c'est-à-dire, si on prend la peine de décrypter, qu'à production égale d'électricité (63 GWe actuellement) il faudra inévitablement fermer la plupart des 20 plus vieux réacteurs nucléaires de la série des 900 MW, installer au moins 25000 éoliennes de nouvelle génération et prévoir dans le même temps la construction de centrales électriques au gaz pour pallier les fluctuations imprévisibles de la production éolienne. L'EPR de Flamanville ne va même pas compenser la fermeture des deux tranches de Fessenheim quand il sera couplé au réseau, mais quand ? On n'en sait encore rien, certainement pas en 2016. Les malversations à répétition de Bouygues, maître d'œuvre du génie civil du chantier de Flamanville, ont retardé le projet de plusieurs années, et quand on sait que cette société a été choisie par le gouvernement, qu'il soit passé ou présent, il n'y a d'ailleurs pas de différence, on est en droit de se poser de sérieuses questions quant à la collusion entre l'État et les grandes sociétés de l'ensemble du CAC40 !

L'autre côté de la face cachée du programme défini par le candidat Hollande et repris par son ancienne compagne, la Miss Royal, est une réduction de 40 % des émissions de carbone d'ici 2030. D'abord faire des prévisions à long terme ne ressemble pas vraiment aux mœurs des politiciens qui ne décident en général qu'en fonction des échéances électorales prochaines, alors 16 ans, c'est dans le domaine du rêve et de la masturbation intellectuelle forcenée et compulsive teintée d'idéologie marxisante et écolo. Quant à la réduction de la consommation d'énergie de 50 % d'ici 2050, rebelote et dix de der … Même De Gaulle qui fut pourtant le seul homme politique français visionnaire du XXème siècle se contentait de plans quinquennaux !

Pas en reste dans son délire, la Miss Royal, fortement encouragée par le Président qui fut le père de ses enfants en son temps (même pas PACSés, c'est mieux pour le business et les impôts, cf le patrimoine immobilier de ce faux couple) en a rajouté une grosse couche en déclarant le nez en l'air et avec sa voix de fausset, je suppose, parce que je n'ai pas la télévision chez moi et voir Royal élucubrer en direct m'aurait donné la nausée, qu'il faudra pour atteindre cet objectif  convertir 7 millions de véhicules à essence en véhicules électriques, or, et c'est catastrophiquement anti-écologique, il n'y en a que 10000 actuellement en circulation en France. Si on fait le calcul, et je l'ai fait à plusieurs reprises dans mon blog, pour atteindre les objectifs entre parenthèses totalement hors d'atteinte, de réduction des émissions de carbone de la France, c'est aux transports qu'il faut effectivement s'attaquer en tout premier lieu, pas à la petite cuillère comme le prévoit la Miss Royal, mais à la grosse louche ! Il y a en circulation en France, hors la transhumance touristique européenne sur les autoroutes payées par les contribuables mais exploitées pour leur plus grand bien par des compagnies privées (c'était juste une remarque en passant), 35 millions de véhicules. Pour atteindre les objectifs des écologistes de réduction des émissions de carbone, le transport représente en France 60 % de celles-ci, il faut impérativement et d'urgence convertir au minimum 600000 véhicules par an en tout électrique, et pour ce faire il faut produire l'équivalent d'un EPR chaque année en électricité pour recharger les dits véhicules, pour seulement satisfaire l'objectif européen de diminution de 20 % avant 2025. La Miss Royal, pas démagogue pour un sou, veut 40 % en 2030. Si l'on s'arrête sur l'objectif butoir européen de 20 % de diminution des émissions de carbone d'ici 2025, soit 600000 véhicules convertis au tout électrique chaque année, il vaut mieux le répéter pour comprendre l'immensité de cette ineptie, promettant 10000 euros d'aide financière par véhicule, c'est la Miss Royal qui l'a dit, la facture va grossir de 6 milliards d'euros chaque année. Qu'à cela ne tienne, il suffira d'augmenter les taxes sur le kilowattheure, après tout l'essence est bien taxée comme les cigarettes et l'alcool, pourquoi pas aussi l'électricité ?

Le résultat attendu mais que la Miss Royal s'est bien gardé d'annoncer est une paupérisation inévitable de l'ensemble de la population qui devra payer son énergie beaucoup plus chère mais aussi une mise à mal critique de l'industrie et du commerce dans leur ensemble. Ceux qui en profiteront seront les investisseurs dans l'éolien et le solaire, des investisseurs obscurs, le plus souvent étrangers du genre mafias apatrides ou hedge funds, attirés par le profit, maqués avec les politiciens locaux qui disposent à discrétion des pouvoirs de décision qui n'entraveront pas un projet écolo contre un confortable dessous-de-table, comme Bolloré par exemple qui a déjà proposé aux collectivités locales, notamment à Paris, des autobus tout électrique car comme nul ne l'ignore, Vincent Bolloré n'a jamais dissimulé ses affinités socialistes mais aussi sa profonde attirance pour le profit, comme quoi les deux points de vue ne sont pas incompatibles surtout quand ce sont les contribuables qui paient au final.

Les investissements d'EDF et d'Areva dans les énergies renouvelables, ce qui n'est pas leur mission première, sont déjà payés par des taxes sur l'électricité qui vont continuer à inexorablement augmenter. La France va voir le prix de son kilowattheure rattraper celui de l'Allemagne en triplant et ce plan de la Miss Royal, au final, est un arrêt de mort du pays soigneusement programmé par les écologistes dont cette sinistre opportuniste, je parle de la Miss Royal, est une sympathisante inconditionnelle. Pour tenter de ne pas totalement perdre la face dans le ridicule de sa démonstration la Miss Royal a déclaré à la fin de son allocution surréaliste, je cite un journal américain en ligne :

"We will not exit nuclear energy - that is not the decision we are making," Royal said. "It is thanks to nuclear energy that we can make this energy transition in an unperturbed way." En français ça donne à peu près : « Nous ne sortirons pas de l'énergie nucléaire, ce n'est pas la décision que nous prenons. C'est grâce à l'énergie nucléaire que nous pouvons réaliser cette transition énergétique de manière non perturbante ». Je laisse à une intelligence supérieure le soin de comprendre ce dernier propos qui de mon point de vue défie le bon sens car il est totalement abscons. La question est donc, et je la pose aux écologistes d'intelligence exceptionnelle, s'il en existe, pourquoi s'acharner sur la production d'électricité d'origine nucléaire alors que c'est la seule source d'énergie (avec l'hydroélectrique) qui ne produit pas de carbone, qui ne risque pas de perturber le climat futur dans un sens ou dans l'autre et qui est et restera encore longtemps à un prix supportable tant par les consommateurs que par les industriels et les contribuables français (et du monde entier, je pense par exemple à l'Inde et à la Chine) car le parc nucléaire français représente de fait une réelle opportunité pour l'économie de la France. Pour information, selon une récente étude de l'Agence Internationale de l'Energie, les centrales nucléaires françaises produisent un kWh à 1,7 centime d'euros, les éoliennes de nouvelle génération off-shore produisent un kWh à 13 centimes et les panneaux photovoltaïques un kWh à 31 centimes quand il s'agit de grandes « fermes » solaires. Quant au photovoltaïque privé captif, il faut compter environ 1 euro par kWh sans même avoir la possibilité de recharger sa trottinette électrique ni se chauffer, cela va de soi. Il n'y a même pas besoin d'épiloguer…

L'Allemagne vient de se rendre compte que sa transition énergétique téléguidée par les Verts pourrait bien être catastrophique pour son économie, le Danemark, le pays européen où l'électricité est la plus coûteuse est en récession, l'Espagne confrontée à la situation périlleuse de ses banques qui ont tout misé dans les énergies dites renouvelables et doivent faire face à 250 milliards d'euros de créances douteuses liées à ces projets énergétiques babyloniens a décidé de dénoncer les contrats de rachat avantageux de l'électricité dite renouvelable car les compagnies d'électricité sont au bord de l'asphyxie, les Pays-Bas pour les mêmes raisons sont au bord de la récession et enfin l'Italie songe à des investissements presque en urgence dans le nucléaire pour sortir de son marasme économique mais trop tard car le mal est déjà fait, bref, tous ces pays se sont retrouvés au pied du mur car le choix des sources d'énergie alternative est tout simplement intenable économiquement, financièrement et socialement.

Le seul facteur qui puisse favoriser une expansion économique dans quelque pays que ce soit est une énergie bon marché et le passé est là pour le prouver. La crise pétrolière de 1973 qui a vu le prix du pétrole multiplié par 10 l'a confirmé, elle a mis brutalement fin aux 30 Glorieuses !

La Miss Royal n'a même pas mentionné l'opportunité offerte par les potentialités de l'exploitation du gaz naturel des roches mères sur le territoire français, c'est tellement politiquement incorrect qu'il était opportun pour son avenir politique d'éluder la question. Bien au contraire et dans la même optique idéologique le code minier, totalement suranné et inadapté aux réalités présentes a été modifié en catimini pour satisfaire les écologistes afin d'être en ligne avec leurs desseins malthusiens : peut-être que dans cinquante ans, nos petits enfants couverts d'impôts pour rembourser la dette de leurs aïeuls se diront qu'après tout ces écolos avaient raison en préservant les richesses du sous-sol de l'Hexagone, voilà le raisonnement des écolos dont fait partie la Miss Royal mais entre temps, la situation sera devenue tellement critique en raison de l'incurie des politiciens au pouvoir depuis 30 ans en France qu'il ne sera plus possible de trouver une alternative autre que le nucléaire, mais ce sera trop tard, bien trop tard, car la France a déjà décroché en R&D dans ce domaine. Et toute cette gesticulation, c'est tout simplement n'importe quoi car selon les estimations irréfutables de l'administration américaine équivalente du BRGM la France regorge dans son sous-sol de gaz naturel, de quoi subvenir pendant au moins 200 ans à ses besoins : renversant ! Mais la Miss Royal a soigneusement éludé ce point dans son discours, cela aurait été par trop politiquement incorrect, je l'ai déjà dit ! Même chose pour le gigantesque gisement de charbon situé dans la Nièvre, facilement accessible et encore inviolé à ce jour. Selon les estimations du BRGM il y aurait dans la Nièvre autant de charbon de bonne qualité qu'en Pologne, environ 5 milliards de tonnes soit 250 années au rythme actuel de la consommation de charbon en France, ça fait rêver…

Il reste un point important que la Miss Royal a aussi éludé soigneusement car il se serait agi de mettre le doigt là où ça peut faire très mal. Fermer autoritairement 20 réacteurs nucléaires parmi les plus anciens du parc électronucléaire français est une flagrante atteinte au patrimoine industriel français. Comme s'il fallait préparer cette manœuvre, l'État français, c'est-à-dire l'ensemble des contribuables, propriétaire d'EDF, envisage très sérieusement de vendre une partie conséquente du capital de l'entreprise. On se demande d'ailleurs si cette décision est la bienvenue en annonçant la veille que le parc nucléaire sera à terme tronqué du tiers de ses unités de production, mais bon, la logique des politiciens dépasse le plus souvent l'entendement. Bref, il est évident que la CGT en particulier qui a toujours été respectueusement attachée à l'outil industriel d'EDF et a également toujours œuvré pour la sécurité des installations, ne l'entendra certainement pas de la même oreille que la Miss Royal. Il serait opportun de rappeler que lorsque De Gaulle a mis en place le programme électronucléaire PWR, abandonnant progressivement la filière graphite-gaz, c'est la main dans la main avec le Parti Communiste Français, alors un parti politique puissant, que cette décision a été prise. Le pays a toujours été fier de cette réalisation unique au monde, à juste titre d'ailleurs. Il est évident qu'il va y avoir une forte opposition syndicale à la fermeture d'une quelconque centrale nucléaire surtout si l'ASN considère que techniquement et sur le plan de la sureté celle-ci peut encore fonctionner 10, 20 ou 30 ans. La CGT connait l'industrie nucléaire de l'intérieur et non pas comme Greenpeace qui se contente d'actions spectaculaires de l'extérieur ou comme le Criirad qui falsifie des résultats scientifiques, cf le césium au sommet du Puy-de-Dôme qui d'après le Criirad provenait de Fukushima. La CGT a au moins gardé une certaine idée ambitieuse de la nation et on ne peut certainement pas le lui reprocher. Je souhaite bon courage à la Miss Royal ! Il se pourrait que ce syndicat saisisse la justice afin de contrer les décisions gouvernementales mais malheureusement il n'existe plus de justice indépendante en France…

Sources


Dominique Venner : tombé pour la France ?
Dominique Venner : tombé pour la France ?
Les seins de la République
Les seins de la République
Transition énergétique, mode d'emploi
Transition énergétique, mode d'emploi

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :