Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Valls, cyberflic et cerbère de la République

Valls, cyberflic et cerbère de la République

Par  

Courage et créativité animent le premier ministre depuis notre entrée en guerre civile : tiens si on faisait une grosse manif aux ordres de : sois Charlie et tais toi ; tiens si on conceptualisait l’esprit du 11 janvier ; tiens si on lançait un programme pour combattre la haine sur Internet et notamment l’antisémitisme et le racisme… Tout le monde n’y aurait pas pensé. D’aucuns auraient bêtement envoyé l’armée à nos frontières intérieures de quartiers ; d’aucuns auraient bêtement renoué en matière diplomatique avec la Russie, Bachar, l’Iran ; d’aucuns auraient bêtement opéré des opérations de démantèlement des filières djihadistes dans les prisons ; d’aucuns auraient bêtement exiger de l’ONU la création d’un corridor de sécurité pour les Chrétiens d’Orient ; d’aucuns, enfin, auraient bêtement cherché à s’appuyer sur la culture nationale pour contrebalancer la culture du crime. Tout ceci aurait été la marque d’un manque de courage et de créativité qui aurait si mal sied à celui qui est si fort avec les faibles et si faible avec les forts. Manuel, le gardien de notre Révolution à nous, celui que l’on surnomme Adolfo Ramirez dans quelques milieux nationalistes, se veut désormais cyberflic pour être un meilleur cerbère de la République.

Manuel et les community managers

Mazet ! Le premier ministre guest-star d’un « Master class » à Paris Dauphine organisé avec le média d’Anne Sinclair, le Huffington Post. Le thème : les nouvelles formes d'engagement liées aux nouveaux médias. Idéal pour un premier ministre en mal de créativité. Manuel a pu briller ! Il a détaillé la stratégie des autorités face à la propagande islamiste. Un premier volet de cette contre-attaque avait pris la forme d'un site dédié accompagné d'une série de spots intitulés « Stop-djihadisme », et destinés à dissuader les jeunes Français de rejoindre les rangs de l'État Islamique. Mais Manuel ne s’en tient pas là, il va aller plus loin que la pub, il va mettre en place le bâton après la carotte comme digne pourfendeur des guignols islamistes. Le premier ministre n’annonce rien de moins qu’une armée … de modérateurs de la toile. A ce rythme, il y a des chances que même les égorgés de demain deviennent virtuels, c’est certain. Cette armée de l’ombre aura la charge d'étouffer la visibilité dont bénéficient les réseaux islamistes sur Internet, en ciblant « les jeunes en voie de radicalisation eux-mêmes », a expliqué Manuel Valls. Mais ce n’est pas tout ! Nous aurons la fierté d’être dotés, nous le peuple français, d'un « bataillon de community managers de l'État, pour opposer une parole officielle à la parole des djihadistes et ne pas leur laisser l'espace numérique ».

« Nous produirons des outils de contre-discours pour alimenter ces community managers que j'évoquais, et qui pourront ainsi croiser le fer plus efficacement avec les recruteurs djihadistes sur la toile pour ouvrir les yeux à ceux qui sont embarqués dans cette logique ». Le fonctionnariat du discours et de la dialectique a donc été créé. Le premier ministre a indiqué que l'État entendait recruter « non pas que des policiers, mais aussi des hackers », afin de jouer à armes égales face aux réseaux terroristes. Il était temps que l’Etat produise aussi ses virus…

Nationalisation du discours d’opposition au terrorisme pour une meilleure soumission

Depuis le temps que je produis des discours contre le djihadisme, à la dialectique parfois redoutable d’ironie, je suis un peu déçu de me voir doublé et planté là par la toute puissance de l’Etat. Je pense que MN va pouvoir enfin monétiser et récolter des subventions d’Etat pour sa production de textes contrecarrant le djihadisme. On n’avait pas attendu comme un Charlie l’ordre de Valls pour user de dialectique contre l’islamisme. Mais tous les espoirs sont là : « Nous voulons donner les moyens de développer des contre-discours adaptés à la culture française », avance Benoît Tabaka, directeur des politiques publiques chez Google France. « Nous devons aider des associations porteuses de projets à faire émerger ces contre-discours », abonde son homologue chez Facebook, Delphine Reyre. MN va sans doute être repéré, même si la concurrence est âpre parmi les sites œuvrant pour l’islamophobie heu… le discours contre le djihadisme. D’autant que l’Etat en censurant certains, laisse à l’ironie de MN sans doute un boulevard.

Censure ? Et bien oui, puisque ce bataillon de community manager a sans doute eu peur de la concurrence et a éliminé le plus efficace producteur de discours anti-djihadisme, j’ai nommé l’abbé Guy Pagès et sa page Facebook « Islam et vérité ». La raison de cette censure est simple : avoir cité quelques sourates appelant au crime et avoir souligné l’aspect diabolique de cet appel au crime. Ce genre d’argument coupe l’herbe sous le pied au community manager de Manuel, c’est un coup à perdre son job. Je comprends donc que notre premier ministre milite pour une nationalisation de l’opposition au djihadisme. Quel culot tout de même de dire qu’il convient de créer un discours d’opposition au djihadisme alors même que toutes critiques de l’Islamisme, de la politique de l’immigration, du grand remplacement de notre population sont étouffées dans l’œuf par le camp du bien grâce aux médias aux ordres et aux insultes de toujours : fascistes, nazis et « phobes » en tous genres.

Disons donc les choses clairement : non l’État ne veut pas combattre vraiment le djihadisme, sinon il laisserait ceux qui redoutent à juste titre la religion musulmane s’exprimer. Non, le cyberflic, cerbère de la Révolution ne cherche pas vraiment à endiguer les ravages de l’Islam dans nos chères têtes brunes. Il retourne très tôt ses armes contre le peuple qui les a réclamées de fait. Valls veut simplement converger avec l’islamisme. Que chacun fasse un pas l’un vers l’autre et l’affaire sera réglée. Après tout, la république française a bien commencé comme Daesh et a même été beaucoup plus barbare que Daesh : génocide vendéen, décapitations à la chaîne et destruction en masse du patrimoine architectural et culturel français, le nombre d’édifices détruits et vandalisés ne se compte plus dans les livres d’Histoire. Rien de plus compatible finalement que notre République coupeuse de têtes, génocidaire et déicideggg avec cette religion musulmane. Les community manager du cerbère de la Révolution vont parvenir à créer un dialogue efficace pour organiser la soumission…


Valls, le paon fatigué fatiguant
Valls, le paon fatigué fatiguant
Valls et Dieudonné sont sur un bateau…
Valls et Dieudonné sont sur un bateau…
Valls s'en prend à Goasguen
Valls s'en prend à Goasguen

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :