Soutenez cette revue en devenant MNami de Mauvaise Nouvelle, et recevez le livre des meilleurs textes de l'année.

MN prend son élan et revient en septembre


Vivement 1958 !

Vivement 1958 !

Par  

À la faveur d'une élection sans nulle autre pareille, d'aucuns voudraient voir en Emmanuel Macron une sorte de nouveau de Gaulle. Nous serions en 1958, et nous apprêterions à entrer dans une nouvelle ère. Erreur ! Nous sommes plus volontiers en 1957.

Le scepticisme ambiant qui frappe le monde politique a, lors de cette élection, emporté François Hollande, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, le PS et l'UMP. Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen en tête, on criait haro sur le "système" et appelait, comme Poujade en 1957, à "sortir les sortants". Le "dégagisme" est à la mode.

Avec ces sortants qui veulent sauver leur peau, les faux-semblants règnent en maîtres sur la campagne des Législatives. Tout le monde se réclame Macron : Manuel Valls, Malek Boutih, Bruno Le Maire, les juppéistes, et autres ralliés de la dernière heure… Il serait bien dommage de perdre une place confortable au Palais Bourbon, alors qu'il suffit de trahir un peu ses idées pour éviter d'être remplacé par un parfait inconnu, futur novice godillot et incarnation du "renouvellement". À l'évidence, cet agglomérat hétéroclite et sans vision claire ne saurait mener la France nulle part et ne peut avoir d'autre dessein que de servir son Maitre, pendant que celui-ci lui sert la soupe.

Mais qu'est-il né, pour l'heure, de ce "renouvellement" ? Un retour en grâce du Parlement face au Président ou l'entrée, par la grande porte, du parlementarisme dans la Vème République ? La perspective d'une absence de majorité commande de parler de "coalition" ou d'une "opposition constructive" qui permettrait d'éviter l'immobilisme. Mais que se cache derrière cette idée, sinon le petit jeu des partis ? Les alliances de circonstances et de clientèlisme qui ont perdu les IIIème et IVème Républiques sont aux portes du pouvoir. Le mérite et les compétences, fièrement répétés par les lieutenants d'Emmanuel Macron comme maîtres-mots du quiquennat qui s'ouvre, n'ont-il pas d'ores et déjà été balayés par les accords d'appareils entre En Marche et le Modem ?

Vivement 1958 !


Ne soyons pas dupes
Ne soyons pas dupes
Sarkozy le républicain
Sarkozy le républicain
Benzema à l’UMP
Benzema à l’UMP

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :