Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Bouddha a vécu dans une rôtissoire

Bouddha a vécu dans une rôtissoire

Par  

Nous déjeunions dans un restaurant et devisions de choses et d’autres en buvant un vin autrichien. Je pensais d’ailleurs que si les Autrichiens avaient bu plus de vin, ils ne se seraient peut-être pas enivrés de leur propre histoire… Comme tous les autres peuples au demeurant : l’auto-intoxication est la pire des drogues. Toutes les nations sont dérisoires. Nous en vînmes à discuter de philosophie. Longtemps, j’avais considéré avec une espèce de dédain occidental les penseurs indiens, chinois ou japonais. La manière puérile de faire du yoga en France m’avait découragé d’y mettre mon nez. Pourtant, quelle beauté qu’une femme qui s’endort sur un tapis après une séance gymnique ! Bref, je m’y suis attelé. Comme personne ne le sait, la transmigration des âmes est le contraire de la sagesse puisqu’elle résulte justement d’une sagesse inachevée. Chaque nouvelle vie nous confronte à la douleur du monde. La sagesse consiste donc à stopper ce processus de réattribution de la souffrance afin d’atteindre le nirvana, c’est-à-dire l’anéantissement. L’être et le non-être s’équivalent et cela est exquis. On dirait une partie de pétanque. Vous ne faites plus l’auto-stoppeur. Vous n’êtes plus le baroudeur de votre propre insignifiance. On atteint ce néant par l’offrande, non par le sacrifice comme dans les Védas. Bouddha conte ses différentes vies. Une fois, il fut réincarné en lièvre. Comme il ne savait pas quoi offrir, il se fit rôtir lui-même pour se proposer comme repas. L’Autriche, le vin, le lièvre me firent tant tourner la tête que j’inventais la philosophie du pâté de lapin. Ne me demandez pas ce que c'est, je ne m’en souviens pas. Je voguais et Dieu sait pourtant si les lapins ne sont pas les bienvenus sur les navires. Il y eut un rire grandiose à propos de godemiché et de belle-mère, à une table voisine, l’un et l’autre s’interpénétrant d’une manière que personne n’avait encore trouvée. Puis, je sombrais dans un état extatique pensant que, finalement, quelques migrations de l’âme valaient sûrement le coup si c’était pour revivre ce déjeuner sous une forme ou une autre, quitte à essayer de passer de nouveau à travers les gouttes de la misère et de l’acédie. Je vais donc risquer d’être aussi désagréable que possible afin que personne ne veuille de ma carcasse et que je puisse chevaucher l’univers physique tel un seigneur presque vaincu mais vivant.  Je ne veux pas de nirvana. La sagesse attendra. Je préfère les passions du dit de Genji, l’impermanence, la course d’un dauphin bleu près du zodiac au ralenti, même devenir autrichien plutôt que de ne pas revivre un instant dans la fébrilité de l’Anschluss sentimental.


Mauvaise NouvelleActe I
Mauvaise Nouvelle
Acte I
Mauvaise NouvelleActe II
Mauvaise Nouvelle
Acte II
Mauvaise NouvelleActe III
Mauvaise Nouvelle
Acte III

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :