Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Chanson de Cercamon

Chanson de Cercamon

Par  

(Traduit librement de l’occitan)

Vois : la douceur en l'air se brise
Dessus l'arbre la feuille choit
Et de l'oiseau la voix s'épuise.
Je chante et je soupire moi
Qu'Amour retient en ses filets
Lui que jamais je n'ai su prendre !

Las ! Sur Amour je n'ai de prise,
Et lui me torture et me broie
Et rien de ma triste hantise
Ne peut l'atteindre dans sa joie.
Il fuit m'entraîne et je ne fais
Qu'aimer la trace de ses cendres.

Perle sans prix dont je m'enivre
A l'aimer tout mon cœur s'emploie
Mais que dire qui me délivre
De l’œil qui tient coi mon émoi ?
Va-t-en vite, ou bientôt, pauvret,
Tu n'auras de l'esprit à rendre.

Toutes ces belles qu'on admire
Ne valent pas son petit doigt.
Au soir si tout au monde vire
Elle en son lieu seule flamboie.
Dieu me donne de l'approcher
Quand la nuit veille sur sa chambre.

Tout je tressaille et m'entourlise
D'Amour tout emmêlé de moi,
Mais j'ai trop peur, si je l'avise,
De mourir au bruit de sa voix.
Deux ans muet la servirai
Puis parlerai sans plus attendre.

Ni mort ni vif, un rien m'épuise.
J'ai mal et je ne sais de quoi :
Son cœur n'est pas, pour que j'y lise,
Un livre ouvert où je me vois.
Je suis tout à elle en secret
Et d'elle seule veux dépendre.

M'est bon d'être fou à sa guise,
De rire ou pleurer à son choix,
De n'être rien quand elle prise
M'offrir à ses chiens en aboi.
Après le mal j'aurai assez
Si un jour elle veut m'entendre.

Sinon, mourir – ah que ne suis-je
Mort de l'avoir vue une fois !
Hélas, quelle douce méprise
Que de mourir pour ce qu'on croit !
D'un rêve je suis prisonnier
D'une autre je ne veux dépendre.

Dans ma peine une idée me grise :
Si je lui tiens toute ma foi
Je n'aurai que d'elle devise,
Et vrai ou faux, ou bien courtois,
Vilain, fourbe ou loyal serai
D'avoir sa loi bien su défendre.

Peu me chaut d'être pris à gré
Si elle seule veut me prendre.

Cercamon dit : courtois, ne l'est
Nul qui d'Amour se peut déprendre.


Très chère amie
Très chère amie
Que peut encore la littérature ?
Que peut encore la littérature ?
Iran, le pays des Roses noires – 20 mai 2015
Iran, le pays des Roses noires – 20 mai 2015

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :