Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Mer de vinaigre

Mer de vinaigre

Par  

La vie est telle qu'on ne la peut préjuger
Bonne de bout en bout. Et tu crois ta mer d'huile !
Même apaisés ses flots ne cessent de gruger
Les plus solides rocs. N'entends-tu tout bouger ?
Ne vois-tu pas tomber du ciel tuile après tuile ?
Vas-tu passer ta vie à tout te ménager ?

Dérive du chenal bien ancré de l'oubli
Et plonge à l'occasion dans l’œil d'un tourbillon !
Nos plus beaux souvenirs sont comme des tempêtes
Évitées par tes soins, petit homme établi !
Ton heure sonnerait, n'aurions-nous qu'un brouillon,
Qu'un bonheur inconscient ? Combien d'excuses bêtes !

Mais qu'as-tu donc en propre ? Et qu'encore abréger ?
La vie est une mer à traverser. Sans vagues
Ni vents contraires, sans connaître le danger,
En te laissant porter comme un pantin léger
A vive allure, si jamais tu ne zigzagues,
Si tu ne luttes pas : à quoi bon voyager ?


Tu regardes la mer
Tu regardes la mer
Une saison sous la mer
Une saison sous la mer
Le suicidaire
Le suicidaire

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :