Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN revient en septembre, en attendant, fouillez dans nos 8 ans de textes


Mer de vinaigre

Mer de vinaigre

Par  

La vie est telle qu'on ne la peut préjuger
Bonne de bout en bout. Et tu crois ta mer d'huile !
Même apaisés ses flots ne cessent de gruger
Les plus solides rocs. N'entends-tu tout bouger ?
Ne vois-tu pas tomber du ciel tuile après tuile ?
Vas-tu passer ta vie à tout te ménager ?

Dérive du chenal bien ancré de l'oubli
Et plonge à l'occasion dans l’œil d'un tourbillon !
Nos plus beaux souvenirs sont comme des tempêtes
Évitées par tes soins, petit homme établi !
Ton heure sonnerait, n'aurions-nous qu'un brouillon,
Qu'un bonheur inconscient ? Combien d'excuses bêtes !

Mais qu'as-tu donc en propre ? Et qu'encore abréger ?
La vie est une mer à traverser. Sans vagues
Ni vents contraires, sans connaître le danger,
En te laissant porter comme un pantin léger
A vive allure, si jamais tu ne zigzagues,
Si tu ne luttes pas : à quoi bon voyager ?


N’attends plus
N’attends plus
Mauvaise NouvelleActe I
Mauvaise Nouvelle
Acte I
Mauvaise NouvelleActe II
Mauvaise Nouvelle
Acte II

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :