Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Hélie de Saint Marc, mémoire d’un soldat

Hélie de Saint Marc, mémoire d’un soldat

Par  

Définitivement, la France est haineusement frappée par des déconstructions violentes et frontales orchestrées par les progressismes les plus radicaux, au plus haut niveau de l’Etat, à l’instar de la Ministre de la Rééducation Nationale dont le sourire de dalaï-lama et la rage de sans-culotte s’acharnent à détruire méthodiquement l’Histoire de France, ses grandes figures, les humanités, nos racines gréco-latines, le roman national et son souffle si puissant…

Au sein de ce déchirant chaos, il est des figures salvatrices, disparues aujourd’hui mais bien vivantes car acquises par faveur divine à l’immortalité. Le soldat dont nous voulons parler a traversé ce XXème siècle truffé de conflits sanglants. Il fit corps avec les événements et les guerres, et laisse aujourd’hui une trace indélébile, ce fil d’histoire récente qui ne peut être coupé ni disparaître.

En effet, la plus scientifique des déconstructions et le plus abouti des lavages de cerveaux ne peuvent effacer de la mémoire collective l’histoire de ce soldat, saint patriote, cœur vaillant et héros national.

Ancien résistant, acteur immergé dans les conflits indochinois puis algériens, cet homme ne cessa jamais de s’interroger sur la signification des événements de son temps, le sens de sa propre action, et tenta sa vie durant de percer le mystère des hommes et son propre mystère.

Suivre son itinéraire de vie, lire ses précieux ouvrages, c’est comprendre que l’homme est toujours en quête de sens, grâce à son histoire qui donne cadre, repères et clés pour aujourd’hui, et grâce à l’espérance qui guide ses projets pour l’avenir. Méditer la leçon du vieux soldat, c’est l’écouter nous raconter Buchenwald : « monde d’une brutalité extrême, dénué de toute transcendance où le Mal est La Règle », comme une résonance et un avertissement aux hommes d’aujourd’hui. C’est l’entendre témoigner du génie et de la grandeur de l’homme contenus dans la figure du soldat letton, inconnu de lui, qui le sauva d’une mort certaine, sans raison apparente, sans intérêt matériel, sans contrepartie… Pourquoi ? Il ne put jamais l’expliquer.

Fidélité, goût immodéré pour la beauté, respect de principes et valeurs, amour du prochain, tels furent ses crédos. L’engagement en Indochine fut une réponse à sa soif d’aventure, celle qui manque à notre jeunesse repue d’image et de virtualité, et son désir d’horizons d’orient. Cette région et ce monde indochinois furent la grande passion humaine et sensuelle de sa vie. Le légionnaire, touché au cœur par l’abandon de Dien Bien Phu mettra le cap vers l’Algérie, toujours par fidélité. Luttant de toute son âme pour que l’histoire ne balbutiât pas, il ne fut entendu par la Providence, et l’Algérie partit vers son destin.

Par la suite, bien plus tard, notre soldat passa son temps à témoigner, enseigner, écrire, expliquer, afin que son histoire, notre histoire, ne tombât dans l’oubli. S’il y mit tant d’ardeur c’est que sa lucidité et son prophétisme le persuadaient que les "déconstructeurs" étaient depuis longtemps à l’œuvre pour écrire ex nihilo leur propre histoire, celle des idéologies et des mensonges du monde.

Cher Hélie de Saint Marc, vous êtes parti depuis deux ans déjà dans quelque sphère supérieure et mystérieuse. Nous vous en supplions : daignez intercéder pour votre France, notre patrie, qu’elle puisse se souvenir de son baptême, de son rôle d’éducatrice des peuples, du sens de l’honneur, du fil de son histoire, de la mémoire de ses pères, du sens de son incarnation et de la beauté.


Marc Hanrez, Vers d'autres ailleurs
Marc Hanrez, Vers d'autres ailleurs
Conclusions sur Saint-Thomas d'Aquin
Conclusions sur Saint-Thomas d'Aquin
Marc-Edouard Nabe, l’homme qui aurait aimé valoir 3 milliards
Marc-Edouard Nabe, l’homme qui aurait aimé valoir 3 milliards

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :