Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Montgomery nous parle de Reinhardt Tarkand

Montgomery nous parle de Reinhardt Tarkand

Par  
Propos recueillis par Maximilien Friche

Juin 1937, Reinhardt Tarkand, jeune capitaine de cavalerie, déserte l’Armée Rouge et chevauche à travers la Mongolie, le Tibet, la Chine et de la Mandchourie. Tarkand doit incarner le destin d’un peuple. 

Dans cet entretien vidéo, Maximilien Friche reçoit Max Montgomery et le fait parler de Reinhardt Tarkand, le héros de son roman, le siècle des hommes sans Dieux. Nous vous livrons ici quelques extraits, citations et aphorismes issus de l’entretien.



Sur Tarkand et son environnement : la Russie, la Chine, la Mongolie, 1937

« Reinhardt Tarkand est un individu assez moderne, façonné par les réalités militaires, bureaucratiques, soviétiques. C’est un garçon qui hérite de toute la violence d’un régime»

« C’est un russo-mongole, un sang mêlé. Et dans son idéal il devient beaucoup plus Mongole, identité dont la mythologie le braque contre l’union soviétique. »

« Dans la Mongolie, Il y a quelque chose de magique, de spirituellement très fort.

« Tarkand est amoureux de la guerre, c’est par la guerre qu’il va pouvoir se venger de tout. C’est en fait un produit à l’envers de l’union soviétique. Et, la guerre, c’est l’aventure, c’est tout sauf la bureaucratie. »

« Le contexte des années 20, était un contexte hautement métaphysique, on parlait de cœur guerrier du monde… »

« Un héros n’est pas qu’un être tout nu, c’est un individu étoffé dans tous les sens du terme, Tarkand un officier soviétique… »

Sur Reinhardt Tarkand et la mort

« En Asie, on n’est jamais dans la notion de gain ou de perte concernant la vie, c’est un rapport de don absolu, on ne gagne pas sa vie, on ne perd pas sa vie. Il n’y a pas de retour sur investissement dans une vraie aventure. »

« L’irréversibilité est indispensable, c’est même le seul intérêt de l’aventure, de se jeter avec honnêteté dans la vie. »

« Il n’y a pas une quête d’un personnage, on n’a pas un regard sur soi pour être un personnage, on a une quête d’accomplir quelque chose. Face à telle situation, je ne me déroberais pas. Le chevalier ne cherche pas à être quelqu’un, il est quelqu’un. »

« Face à l’union soviétique dont la réalité est terriblement terne, Tarkand ressent que sa dimension à lui échappe à cette routine. »

Sur Reinardt Tarkand et l’amour

« L’amour, c’est : je vais partager ce que je suis. »

« Une rencontre qui démolit beaucoup de ses convictions. Il ne pensait pas que quelqu’un se recevrait de lui. Il y a cette nouvelle qu’il est aussi fait pour recevoir. »

« Il se dit : c’est le Russe en moi qui est amoureux, mais le Mongole ira jusqu’au bout de sa quête. »

« Ce garçon apparemment inapte à l’amour, arrive d’emblée dans une forme très pure de l’amour sans que cela modifie le sens de sa quête. »

Max Montgomery et la littérature :

« Je voulais faire un livre que l’on puisse lire de 7 à 77 ans. »

« Je n’oublie pas que j’ai été un jeune homme qui a été construit par quelques lectures. »

« Je suis sans doute l’écrivain de la fuite du quotidien et de la routine. »


Le siècle des hommes sans Dieux
Le siècle des hommes sans Dieux
Internelle Ardence de Thierry Jolif nous brûle le cœur
Internelle Ardence de Thierry Jolif nous brûle le cœur
Épargnons nous la lecture de Voltaire, ou pas
Épargnons nous la lecture de Voltaire, ou pas

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :