Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Un bonheur insoutenable

Un bonheur insoutenable

Par  

Imaginons le monde avec Ira Levin tel qu’il le décrivait dans son livre Un bonheur insoutenable paru en 1969 et réédité en octobre 2018 aux éditions Nouveaux millénaires. En digne héritier de Tocqueville et, plus près de nous, d’Huxley et Orwell, l’auteur américain de pièces de théâtre et de romans touchant les genres du fantastique, de la science-fiction, du thriller et du policier interroge notre époque sur la question des dictatures bienveillantes. Il stimule notre sens critique au sujet de ces mondes réputés parfaits dans lesquels les citoyens, du berceau au linceul, sont pris en charge et biberonnés au lait d’une vie normée, organisée, programmée. Dans ces mondes feutrés, ouatés, l’homme n’a qu’une obligation qu’il doit assumer sans broncher, conditionné par les « pilules du bonheur » : son rôle d’agent économique heureux de posséder une vie exempte de tout imprévu et de toute passion.

Avec la gouvernance d’UniOrd, Matou (porteur du numéro Li RM35M4419), ses compagnons et tous les habitants voient leurs comportements régulés par les traitements hormonaux et leur liberté d’action réduite à peau de chagrin. En lisant les premières pages, on pense au politologue Francis Fukuyama et à son ouvrage retentissant : La fin de l’histoire et le dernier homme. Dans ce best-seller, la chute du communisme consacrait la victoire du libéralisme sur toutes les idéologies concurrentes. La démocratie libérale devenait l’horizon indépassable de l’humanité et imposait une vision où la guerre, la faim, la pauvreté, la solitude, la jalousie, la démesure auraient définitivement disparu. C’est la même ambition qu’ont les concepteurs d’UniOrd. Pourtant, Fukuyama s’est trompé. Pas plus au début des années 90 qu’aujourd’hui, la fin de l’histoire ne s’est réalisée. Si le libéralisme semble avoir emporté une victoire à la Pyrrhus, celle-ci est trompeuse tant la contestation gronde partout dans le monde. Les symptômes observés au sein de nos sociétés contredisent le principe d’une pacification par le marché et la consommation. Les maux torturant l’homme depuis la nuit des temps sont là, prégnants, souvent décuplés par l’endurcissement des cœurs qui se sont fourvoyés dans l’idéologie libérale libertaire. Malgré la tyrannie douce imposée par le système occidental qui cherche coûte que coûte à dompter les passions, à imposer une camisole à l’homme, celui-ci demeure invariablement déraisonnable et indocile.

En effet, la liberté et son cortège de bonheurs et de malheurs ne tolèrent pas d’être mis en cage. Tous les nouveaux mondes promis par telle météorite présidentielle débarquée de sa banque d’affaires et du cockpit de sa start-up, ou par tel prophète enfiévré du transhumanisme, sont des chimères qui ne résistent pas à la vitalité de la singularité humaine assumant sa dimension sacrée. Voilà un point d’espérance. A condition d’aller, lucide, à contre-courant du progressisme ambiant !

Il est vrai qu’inexorablement, faute de résistance plus forte face aux mirages du progrès, nos sociétés ressemblent toujours plus à UniOrd. Ira Levin peut alors s’en donner à cœur joie avec son tableau apocalyptique. Dans son monde orwellien, il y a l’immense masse d’individus rendus à l’état végétatif béat, parfaitement dociles, interchangeables et fongibles dans l’informité d’une humanité artificielle. Papa Jan, le grand-père de Matou, montre à son petit-fils le cerveau du système sur lequel il a jadis travaillé. Il s’amuse de la nervosité de Matou qui, enfant et n’étant pas encore entré en dissidence, s’émerveille d’approcher le Créateur régulateur de toutes choses : « Tu vas voir, c’est l’expérience d’une vie de se retrouver face à la machine qui va te classifier, choisir tes affectations, décider des endroits où tu vas vivre et des filles que tu pourras ou non épouser – et dans l’affirmative, si vous pourrez ou non avoir des enfants, et quels noms vous leur donnerez. » Plus tard, Matou rejoint le rang douillet de la vie ordonnancée pour le Bien de tous : « Pendant toutes ces années, il resta en apparence un membre satisfait, normal. Il travaillait sérieusement, participait aux programmes récréatifs et sportifs de son bâtiment, avait une activité sexuelle hebdomadaire normale, appelait ses parents tous les mois et partait leur rendre visite tous les deux ans, ne loupait aucune séance de télé, aucun traitement, aucun rendez-vous avec son conseiller. Il n’avait aucun inconfort à signaler, ni physique ni mental. » Et comment donner tort à UniOrd ? Se souvient-on du monde brutal qui existait alors ? Avant que l’ingénierie génétique ne réussisse à éliminer l’agressivité, contrôler l’instinct sexuel, optimiser la serviabilité, la gratitude, régnait un monde où « Il y avait des crimes, de la violence, de la stupidité et des famines ; il y avait un verrou à chaque porte ; les drapeaux jouaient un rôle fondamental, tout comme les frontières territoriales. Les enfants attendaient la mort de leurs parents pour pouvoir hériter. Le gaspillage de travail et de matières premières était proprement fantastique. »

Demeure, à l’issue de ce roman d’anticipation, la question cruciale : au début du XXIème siècle, qu’ambitionnent donc le transhumanisme, ses apprentis sorciers de la Silicon Valley et des laboratoires de génétique chinois ou européens ? La réponse est simple : construire une société parfaitement efficace, parfaitement stable, parfaitement coopérative. Si les incurables et les fauteurs de troubles ne pourront jamais en être totalement exclus, il faudra les réduire à une extrême minorité. Dans ce monde qui sera notre réalité demain, la liberté aura disparu par l’action d’un soft power garant de notre bonheur surveillé. Ce ne sera rien d’autre que la perte du cœur de notre humanité, ses passions, ses folies, ses rêves et idéaux.


Contre la mélancolie, vivre dans la noirceur !
Contre la mélancolie, vivre dans la noirceur !
La fin des passions tristes avec Marcel Moreau
La fin des passions tristes avec Marcel Moreau
Soljénitsyne : Du déclin du courage
Soljénitsyne : Du déclin du courage

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :