Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


1900 : l'Exposition Universelle ouvre ses portes

1900 : l'Exposition Universelle ouvre ses portes

Par  

Sur les dix Expositions universelles qui ont lieu dans le monde occidental entre 1851 et 1900, la France en organise cinq : en 1855, 1867, 1878, 1889, et 1900. Dès qu’une édition se termine, on s’interroge déjà sur l’organisation de la suivante. C’est pourquoi quand les journaux annoncent, en 1892, que la Prusse s'apprête à organiser une Exposition universelle à Berlin en 1900, il n'en faut pas plus pour que l'opinion publique française s'en émeuve et que le président de la République, Sadi Carnot, signe un décret le 13 juillet de la même année, fixant qu'« une exposition universelle des œuvres d'art et des produits industriels ou agricoles s'ouvrirait à Paris le 5 mai 1900 et serait close le 31 octobre suivant ». Ces deux dates seront modifiées ultérieurement et fixées, l'une au 15 avril, l'autre au 12 novembre.

1900 a une valeur hautement symbolique. D’ailleurs, Jules Roche, ministre du Commerce de l'époque, le formule ainsi dans son rapport au président de la République : « [1900] sera la fin d'un siècle de prodigieux essor artistique, scientifique et économique ; ce sera aussi le seuil d'une ère dont les philosophes prophétisent la grandeur et dont les réalités dépasseront sans doute les rêves de notre imagination ». C’est pourquoi, l'événement doit déployer encore plus de faste que pour les précédentes éditions. Mais comment faire ? En effet, chaque Exposition se veut être le reflet de son époque. Les Expositions françaises du 19ème siècle affirment les caractéristiques culturelles et technico-économiques du pays à travers des thèmes particuliers. Les Expositions Universelles de 1855 et de 1867 sont avant tout des expositions industrielles à vocation pédagogique où la condition ouvrière est un thème central. L’Exposition universelle de 1889 insiste sur les merveilles de la technique moderne en montrant la force des constructions métalliques avec la Tour Eiffel et le palais des Machines, fait découvrir la lumière électrique, on fait venir des tribus d'indigènes, on installe une ligne téléphonique dans le quartier de l'Opéra, toutes choses fascinantes pour l'époque. On peut également dire que chaque Exposition est une vitrine de la force du gouvernement en place : le pouvoir impérial en 1855 et 1867 ou la République triomphante dès 1878.

La France annonce donc, huit ans avant le lancement de l’évènement, que l'Exposition Universelle de Paris 1900, célébrera l'entrée dans un nouveau siècle. Les pays du monde entier sont invités par la France à mettre en valeur leurs réalisations et leurs modes de vie. L'Exposition universelle se voudra être une expérience d'unification et d'apprentissage. Elle présentera aussi la possibilité pour les étrangers de se rendre compte des similitudes entre les nations ainsi que des différences et particularités. Des cultures lointaines seront mises en valeur invitant à une meilleure compréhension globale des valeurs que chaque pays peut offrir. Le soutien pour l'exposition est général et les pays participants se mettent immédiatement à planifier leur participation.

Pendant trois ans, architectes et ouvriers ont travaillé sans relâche pour l'Exposition universelle de 1900. Le jour de l'inauguration, alors que tout n’est pas encore fini (ce n’est seulement qu’en juin que l’exposition prend son aspect définitif), Paris peut enfin dévoiler ses nouvelles splendeurs : le pont Alexandre-III qui, enjambant la Seine, unit les Invalides aux Champs-Élysées, et surtout, le Petit et le Grand Palais qui bordent l'avenue Nicolas-II. En ce début d'après-midi du 14 avril 1900, treize mille invités, parmi lesquels militaires, ministres et ambassadeurs, ont trouvé place dans la Salle des fêtes du palais des Machines, où les toilettes des jolies femmes se mêlent pittoresquement aux uniformes étrangers. Le beau temps est de la partie, et chacun est impatient d'écouter, après les accents d'une Marseillaise retentissante, le discours du président de la République Émile Loubet. Aux mots de « foi dans le progrès », à l'hommage rendu aux ouvriers, à l'invocation du « travail qui mène vers le bonheur », la foule ne peut plus contenir son enthousiasme, et c'est sous une triple salve d'applaudissements qu'Émile Loubet déclare ouverte l'Exposition universelle. Laquelle ouvrira officiellement ses portes au public dès le lendemain…

Les portes de l’Exposition ouvrent au public le lendemain…


Visite virtuelle de l’Exposition Universelle de 1900
Visite virtuelle de l’Exposition Universelle de 1900
1900 : bilan de l'exposition
1900 : bilan de l'exposition
1900 : un accès au savoir
1900 : un accès au savoir

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :