Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Brexit : vive l'Europe libre !

Brexit : vive l'Europe libre !

Par  

Ce jeudi, les peuples du Royaume-Uni ont voté pour quitter l'Union Européenne.

De la démocratie en Grande-Bretagne… et en Europe

Le résultat du referendum est sans appel avec une majorité nette (51,9 %) et une large participation (72,2 %). Pourtant une pétition a vu le jour sur le site du parlement britannique ; signée par plus de 3 millions de personnes, elle appelle à organiser un nouveau referendum. C'est tout de même une étrange conception de la démocratie que d'appeler ses compatriotes à voter et revoter jusqu'à obtenir la décision souhaitée. On notera cependant pour défendre ces signataires qu'ils ne font peut-être pas partie des Britanniques qui se sont demandé ce qu'était l'Europe une fois le scrutin clos.

Dans le même temps, certains parlementaires favorables au maintien de leur État dans l'Union Européenne ne s'embarrassent pas à appeler l'organisation d'un nouveau vote et envisagent de passer outre la décision des citoyens britanniques. Une hyptohèse que les Français défavorables à la Constitution Européenne apprécieront. Nicolas Sarkozy avait au moins eu la décence d'annoncer sa volonté de ratifier le traité de Lisbonne avant son élection.

Avec une si parfaite conception de la démocratie outre-manche, on se demande bien pourquoi nos amis britanniques ont pu se plaindre de la toute puissance technocratique européenne et du manque de démocratie dans l'Union.

Au lendemain de l'annonce du résultat du scrutin, les ministres des Affaires Étrangères des six États signataires du traité de Rome se sont réunis à Berlin. Ils ont exprimé leur vif souhait d'organiser au plus vite la sortie du Royaume-Uni de l'Europe.

Naturellement, chacun comprend que l'incertitude nuit gravement à la stabilité des économies britannique et européenne en rendant les marchés financiers extrêmement fébriles. Une clarification, la plus rapide possible, permettrait de limiter, autant qu'il en est possible, les conséquences financières et économiques négative du Brexit. Mais une volonté de punition, ou de représailles, est évidemment perceptible dans ce souhait d'une rupture brutale des liens avec la Grande-Bretagne ; en d'autres temps, une guerre de sécession aurait été possible pour imposer l'union contre la volonté des États.

L'Europe retrouve sa liberté

De quelque manière que le départ du Royaume-Uni s'organise, peu de doutes subsistent sur la conclusion du processus.

À plus ou moins brève échéance, l'Europe et ce qu'il subsistera du Royaume-Uni s'entendront sur un statut proche de celui de la Suisse ou de la Norvège. Le commerce continuera - "Business as usual" - puisque nous y avons tous intérêt ; l'heure n'est plus aux blocus continentaux. La libre circulation des biens sera donc globalement maintenue, quoique Londres continuera de ne pas faire partie de l'espace Schengen, et l'immigration clandestine vers l'Angleterre restera modérée par l'insularité. De cette union plus libre, entre Britanniques et continentaux, continueront de pousser les fruits commerciaux indispensables à la jouissance capitaliste sans entrave.

Londres, capitaine d'une péninsule qui a jeté ses amarres continentales, voguera définitivement au gré des tohus-bohus de l'Atlantique. Débarrassée d'un pays qui ne l'a jamais aimée, qui en a été membre sans l'être vraiment, qui allait à Bruxelles en faisant un clin d'oeil à Washington, l'Europe retrouvera sa liberté. Libre de tout espion d'outre-Atlantique, les négociations de libre-échange ne se dérouleront que d'une meilleure manière ; libre de toute influence américaine, l'Europe ne se construira que mieux, de l'Atlantique à l'Oural ; Paris et Berlin auront l'occasion de donner une nouvelle impulsion confédérale à l'Union, rejointes bientôt par une Édimbourg alliée naturelle et séculière de la France.

Vive l'Union libre, vive l'Europe française et vive la France !


Vive l'Écosse libre
Vive l'Écosse libre
La démographie musulmane en Europe
La démographie musulmane en Europe
L'Europe dhimminuée en Turquie
L'Europe dhimminuée en Turquie

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :