Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Histoire de l'école à la maison en Europe : une tradition plus vieille que l'école

Histoire de l'école à la maison en Europe : une tradition plus vieille que l'école

Par  

Dans cette série d’articles, on verra que les faits historiques vont souvent à l'encontre des dires populaires :

  • "il y a plus d'enfants instruits à l'école que par des parents" est faux
  • "l'école à la maison est un phénomène nouveau" est faux
  • "l'école est libre et gratuite depuis Jules Ferry" est faux
  • "les enfants du moyen-âge n'étaient pas instruits" est faux
  • "le taux d'alphabétisation aujourd'hui est supérieur à celui du moyen-âge" est faux également
  • "Charlemagne a inventé l'école" est faux enfin.

Tout d'abord, encore aujourd'hui, il y a plus d'enfants instruits par des mères de famille que par l'école ! C'est ce que nous expliquons dans cette série d’articles : Il y a plus d'enfants instruits par des mamans qu'à l'école

 

L'école est loin d'être récente. Nous lisons par exemple très souvent des choses telles que :

"Le système d'éducation actuel a été créé afin de satisfaire les besoins de l'économie industrielle des siècles passés. Il vise à former une armée de robots écervelés qui travailleront en obéissant à la conjoncture économique existante."

C'est une affirmation qui ne correspond pas à la vérité. Oui, l'école produit des écervelés. Mais ce n'est pas à la demande de l'économie industrielle. Nous verrons en fin de texte pourquoi l'école en est là et à la demande de qui. Les élèves ne se retrouvent pas recrutés par les industries, sans quoi il n'y aurait pas de chômage. Ils sont envoyés dans des facs essentiellement inutiles, comme nous l'expliquons sur ce site. Et il y a à cela des raisons.

En outre, le système d'éducation actuel n'a pas "été créé afin de satisfaire les besoins des siècles passés", il a été créé durant l'Ancien régime. Et le système de l'Ancien régime héritait lui-même de systèmes d'enseignement millénaires, antiques. L'Ancien régime a produit des gens puissamment instruits, imaginatifs, libres et excellents sujets du Roi. Voilà le fait majeur. L'école des XVII et XVIIIèmes siècles a amené la France à être en tête des découvertes, explorations, inventions, harmonie sociale, prospérité, rayonnement culturel, architecture, arts, littérature, puissance navale, harmonie sociale, accords commerciaux etc. Toute l'Europe parlait français en 1780. Et ça ne vient pas d'un système scolaire médiocre. L'enseignement du français, des mathématiques, des sciences ou de l'Histoire, du latin, du grec et des langues, des arts plastiques, de la géographie, n'est donc pas un problème en soi. Les choses fonctionnaient, tout en étant imparfaites - et elles le seront toujours.

 

Première période révolutionnaire

C'est la Révolution qui a opéré le plus grand changement, la cassure. Elle a commencé par fermer les écoles et stopper toute instruction. Cela pour deux raisons :

  1. l'école était jugée comme véhiculant des principes anciens (on retrouve la même critique aujourd'hui à l'extrême-gauche, qui véhicule elle-même de vieilles idées fausses du XIXème siècle). Cette folie est la même qui a conduit à couper tous les arbres anciens de France, parce qu'ils avaient été plantés "à l'époque du roi".
  2. Les écoles étaient toutes dirigées par des religieux. Or, la Révolution a fini par massacrer les religieux, les noyait attachés deux à deux dans la Loire, forçait les survivants à émigrer, les jetait en prison ou les obligeait à devenir des religieux du système révolutionnaire. Si bien que lorsqu'on on en a fini avec eux, il n'y avait plus classe pour les enfants.

C'est ainsi qu'en dix ans de révolution et de Terreur, le taux d'alphabétisme est tombé d'environ 90% à un taux qui doit se situer autour de 80, puis au début du XIXème à moins de 50%. C'est un effondrement sans précédent. Les cuirassiers de Bonaparte à Waterloo sont des analphabètes alors que les grenadiers du roi trente ans plus tôt sont instruits.

 

Un taux de 90%, sous Louis XVI ?

Oui. L'école avait connu son envol avec Louis XV son aïeul. Tandis que, notons-le, l'école à la maison remonte à l’origine des temps. C'est d'ailleurs grâce à l'école à la maison que l'Europe est d'abord instruite. Socrate, Jésus ou Saint Louis, enfants, sont enseignés par leur mère. C'est à la maison qu'on apprend l'essentiel de ce qu'a constitué notre civilisation.

Au IXème siècle, ce n'est pas tant Charlemagne, contrairement à la légende, qui a amené les enfants à davantage se scolariser, il a certes poussé ses élites, les enfants de ses missi dominici et de ses meilleurs féaux, à l'instruction d'un type scolaire, plus systématisé, mais la décision a été prise avant lui, au Concile de Mayence (813) qui avait ordonné qu'une école soit bâtie à côté de chaque église ! C'est donc ce Concile qui lance les choses, et Charlemagne suit.

Pourtant, direz-vous, certains enfants n'allaient toujours pas à l'école. Oui, mais même ceux-là étaient instruits. Jusqu'à la révolution, les peuples d'Europe sont des peuples paysans et leur instruction est rurale, c'est-à-dire surtout orale. Ce n'est pas parce qu'on écrit qu'il y a instruction. On peut être instruit sans écrire. Jésus n'écrit pas. Les évangiles se sont transmis oralement durant des siècles, on ne les compile qu'au XVème. De même, toute l'Antiquité transmet oralement car la parole orale vaut mieux qu'un écrit, elle est sacrée. L'écrit ne sert qu'aux administrations et aux marchands. L'écrit est plutôt considéré comme vil. Karen Blixen, auteur de "Out of Africa", dit dès la première page de son livre qu'autrefois, la vraie tradition n'était qu'orale, regrettant cette invasion du récit imprimé.

On ne peut donc pas dire qu'il y a école ou scolarité seulement quand on se met à employer le calame ou la plume. Il y a eu des écoles entièrement orales, par exemple en Grèce, jadis. Au Japon, toutes les sectes zen se passent de l'écrit et font très attention à ce qu'aucun de leurs secrets ne soit couché sur papier.

Ainsi, entre Charlemagne et la révolution, il y avait bel et bien une instruction. Philippe Auguste, Philippe le Bel ou Louis XI ont fait en sorte que l'école existe et l'enseignement protégé, en protégeant l'Eglise qui enseignait.

 

Le moyen-âge analphabète ?

Voici notre vidéo à ce sujet :

https://www.youtube.com/watch?v=bfnlipSmw9E&feature=youtu.be?rel=0

Dans les campagnes, les fils des vassaux étaient élevés avec ceux du baron, rappelle Armel de Wismes dans son ouvrage "Ainsi vivaient les Français". Entre 1650 et 1750, on compte qu'il y a dans les écoles entre 48% et 62% des enfants scolarisés qui viennent du peuple ou de la bourgeoisie modeste ! C'est totalement différent de ce qu'on nous a appris. La gratuité de l'internat est totale pour eux. Mais si l'on remonte plus loin, à partir de l'an mille, on voit que tous les collèges sont créés pour des boursiers, c'est-à-dire des gens qui n'ont pas les moyens de se payer l'instruction, donc des gens pauvres, instruits gratuitement. Et le phénomène n'est pas marginal: "On n'avait pas à Athènes ou à Alexandrie un tel afflux d'étudiants", écrit G. Le Breton.

 

Et à part l'enseignement scolaire ?

Outre l'école, les sciences profondément enracinées dans le peuple autour des choses de la terre et de la nature constituent des enseignements autrement solides que la play-station ou les collages de l'école actuelle ! Si l’instruction spécifiquement scolaire avait lieu dans la famille ou auprès du prêtre, dans le presbytère, ou encore chez les bonnes marâtres ou braves gens disponibles du village (veuves, grands-parents, tantes sans enfants…), il faut y ajouter en effet les savoirs jugés utiles par cette famille, et enseignés en son sein, dont l'art de compter (et de ne pas se faire rouler au marché); les surfaces agricoles (mesures agraires que nos collégiens sont bien incapables de faire les calculs), les poids et mesures (des liquides notamment), les baux et droits du fermage, l'Histoire générale, l'Histoire sainte, les contes et légendes du pays (le pays étant la région de l'époque, n'oublions pas que l'unité de la France est récente et qu'il y a peu, c'était une succession de royaumes et duchés) ; la vie des grands hommes; le grec et le latin ; les secrets des plantes; l'usage du bon patois local (la langue française ne concerne que l'Anjou et Paris). Tout cela ne fait pas rien, c'est même bien davantage que le programme étriqué d'un lycéen actuel. Cette double instruction scolaire et traditionnelle existait bel et bien ! Et non moins qu'aujourd'hui, comme nous allons le voir plus en détail. Par conséquent, l'alphabétisation des Français n'a pas commencé au début de la Renaissance avec l'imprimerie. Le taux d'alphabétisation était à peu près le même entre le siècle de Vercingétorix et celui de Louis XIV ! Oui, les Gaulois étaient tout aussi instruits scolairement que les gens sous Louis XIV, et… tout autant que nous, puisque nous retrouvons à peu près le même taux ! (et même mieux en réalité puisque notre pseudo-instruction est d'une médiocrité record, inapte, inversée, basée sur des postulats faux). Il y avait des écoles en Gaule, en dur, dans des villes, avec des maîtres. Oubliez Astérix…

Village gaulois

Une ville gauloise de 10.000 habitants. Avaricum (Bourges) en comptait 40.000. Les invasions romaines puis barbares ont détruit une instruction qui existait bel et bien en Gaule. C'est avec Louis XV que le taux d'alphabétisation monte.

A la révolution, Robespierre, Marat et Danton sont d'une génération d'enfants plus aidées encore que par le passé, qui a eu le droit d'accéder à l'école gratuite, sous les rois. Prétendant s'être sentis humiliés, sur la cour de récréation, par les fils de nobles qui en savaient plus qu'eux, ils éprouvent une jalousie qui se transforme en haine, qu'ils masqueront par du discours humaniste : profitant du mouvement de contestation, c'est eux qui font arrêter leurs enseignants, les prêtres et les religieuses.


La démographie musulmane en Europe
La démographie musulmane en Europe
Bravo l'Europe !
Bravo l'Europe !
L'Europe dhimminuée en Turquie
L'Europe dhimminuée en Turquie

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :