Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


La Trompe

La Trompe

Par  

Lorsque Trump a été élu…

de mon front jauni
jaunâtre ou calciné
(je vous laisse deviner)
s’élèvent les sombres cornes
de la colère sans bornes
sur mes larges épaules
s’étendent
frivoles
ouvertes au vent
charriant la peste
offertes au soleil d’ouest
les deux larges ailes
du
suffrage universel
je triomphe
j’exulte et
j’éructe
je fulmine je domine
sous mes pieds plats
le peuple coi
célèbre son tyran
révère avec honneur
l’ombre massive
de son blond dictateur
j’ai pour bras droit
pour auxiliaire
le désir de servir
l’aspiration aux fers
la servitude
pressentie
consentie volontaire
décomplexé despote
j’ai
bâillonné la parlotte
ramassé la cagnotte
chatouillé les cocottes
embrouillé les idiotes
les fiers patibulaires
les fervents patriotes
éternels défenseurs
sempiternels amants
du deuxième amendement
exigeant réclamant
coûte que coûte
la saine liberté
du carnage opulent
du massacre et du shoot
résistance à l’offense
surlégitime défiance
depuis mon piédestal
jusqu’aux lointaines étoiles
s’envolent et tourbillonnent
et flottent
les confettis
bigarrés
les débris
égarés
des petits
bulletins de vote
j’ai mutilé
maquillé
la vérité
plus puissant plus glorieux
qu’une antique
fantastique
divinité
j’ai simulé
la probité
j’ai réveillé
attisé excité
les instincts
enfouis
dissimulés
j’ai drapé
ma sainte apothéose
du voile obscur
de la fracture
de la psychose
je règne
où l’homme a régné
j’entasse et j’amasse
les forfaits les angoisses
de ma dense chevelure
jaillissent des mesures
à ma mesure
renforcer les frontières
ériger d’autres murs
flatter les militaires
resserrer la censure
chapeauter contrôler
tenir les rênes
squatter la scène
empoigner les cravates
les femelles et leurs chattes
les Mexicains
les Démocrates
élargir mon empire
financier
établir un état
policier
construire des ponts
construire des routes
mais diviser
disséminer
semer la banqueroute
le soupçon
la déroute
inventer des parias
fabriquer des malfrats
divide impera
faire des États-Unis
un quota désuni
épier
observer
mesurer
pour eux pour vous
Big Brother
is watching you
tout
vos existences
vos vies
vos vices
vos idéaux
tout
sera surveillé
tout sur vidéo
piétiner comme une merde
cette grande salope
de vieille Europe
prôner l’austérité
l’hostilité
démultiplier
mots d’ordre
slogans
projets
la guerre est salutaire
l’étranger un danger
la couverture sociale
un luxe extralégal
la violence conjugale
un droit fondamental
j’exhiberai sous vos nez
ma pute siliconée
entre les murs
de ciment
du Sénat vrombissant
retentira bientôt
incessamment
éloquemment
la trompe de mon jugement
mes opposants déclinent
tonnent et s’inclinent
je suis le Président
je suis un dissident
roi de l’entertainment
anti-establishment
mes poches vomissent
la masse rétive
des prérogatives
mes boys maîtrisent
les mass medias
les rotatives
je suis inattaquable
je suis inexpugnable
le cul posé
sur la démocratie
on m’a élu
on m’a choisi
on m’a plébiscité
so fuck you anyway

Je préfère m’attabler avec Peter Sloterdijk
Je préfère m’attabler avec Peter Sloterdijk
Ukraine : de Ioulia à Tymochenko
Ukraine : de Ioulia à Tymochenko
Tout est travail. Tout est loisir.
Tout est travail. Tout est loisir.

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :