Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Pour en finir avec le massacre des innocents

Pour en finir avec le massacre des innocents

Par  

Qu’un sang impur celui de cent cinquante ?

Avant propos :
Cet article par Marc Gandonnière alias Célestin Valois II, gone de Lugdunum, capitale des Trois Gaules, terre d’Empire, et vraie capitale de la France est la réactualisation d’un texte prévu en post face du volume deux des Aventures d’Arthur Brenac : Le songe de Cent cinquante de Tony Baillargeat.
Il a été commencé Quai des Célestins à Lyon le 5 novembre 2016. Sa reprise en première partie a été achevée à la lumière du lundi de Pâques 05 Avril 2021. Le roman est paru aux éditions de la Pierre Philosophale en 2020. Notre post face entre temps a subi comme les deux personnages principaux du roman dans une partie du récit, une sorte d’abduction, car elle est invisible… tout comme le nom de l’auteur a disparu de la couverture !
L’excellente préface de P.J.L.A Pillon que nous avons été autorisé à re publier ici vient cependant à point nommé pour reprendre du service afin de préfacer aussi cette postface externe tombée dans les abysses de l’oubli d’un éditeur qu’il ne s’agit pas d’accabler non plus. Felix culpa qui nous permet d’enrichir la revue MN !
Nous faisons par surcroît suite ici à la republication sur MN de ma contribution à la commémoration du rappel à Dieu de Jean Parvulesco en Roumanie parue en 2016 car parler de l’œuvre de Tony Baillargeat constitue un enchaînement cohérent. L’auteur s’est trouvé étourdi de n’avoir pas été à ce rendez vous « Présence de Jean Parvulesco » mais il est plus que tout autre excusable car la présence de Jean Parvulesco elle est dans son œuvre romanesque elle-même.

« Il n’y a aucune raison pratique qui justifie la suppression d’un être humain même dans les premiers stades de son évolution. Je sais qu’il n’y a pas d’autres phénomènes de l’existence aussi furibonde totale, essentielle volonté de vie que chez le fœtus.  

Son anxiété de mettre en œuvre tout son potentiel en retraçant l’histoire de l’humanité à quelque chose de joyeux, d’irrésistible et donc d’absolu et joyeux. Même s’il est un imbécile né. »

Pier Paolo Pasolini

 

 

Avant de parler du roman de Tony Baillargeat, avant de rentrer dans le monde de la fiction, je ne peux me retenir de plonger dans la réalité terrifiante et macabre de notre monde contemporain dont la descente dans les souterrains de Paris ou de Lyon dans ce roman est une allégorie. Cette citation de Pasolini dénonce comme meurtre l’avortement si je ne m’abuse. L’audace ténébreuse de nos législateurs républicains aurait-elle à ce point effrayé les anciens Rishis de l’Inde quand pareils à Jean de Patmos rédigeant des deux mains son Apocalypse, ils décrivaient dans leur voyance les caractéristiques de l’âge sombre dans les Vishnou et Linga Puranas ? Il y a une liste de 10 prédictions et prophéties mentionnées dans le Bhagvata Purana et qui semblent être totalement exactes dans le monde d'aujourd'hui :

La troisième : Les fœtus seront tués dans l'utérus de leur mère. Il est possible de se faire avorter uniquement en prenant une pilule, il n'y a donc aucun doute sur cette prédiction (https://wiralfeed.wordpress.com/2015/11/10/predictions-of-kaliyuga/) Mais la confirmation de la prédiction ne se limite pas à la pilule abortive, le crime se perfectionne et se légalise de mieux en mieux puisqu’au pays des lys :

  • Le 17 janvier 1975 une date historique pour toutes les femmes de France. La loi qui dépénalise l'avortement est adoptée.
  • Le 17 février 2021, l’Assemblée Nationale en discute encore, sur une proposition de loi visant à allonger le délai d'accès à l'IVG de 12 à 14 semaines de grossesse, 423 amendements déposés par la droite rendent « impossible" son examen. (Cette situation se retrouve en ce moment sur la question de l’Euthanasie.)

 

Massacre des innocents et vaccination

Mais le massacre des innocents n’a pas son compte.

Ce que nous devons voir comme le massacre des innocents aujourd’hui revient avec les campagnes de vaccinations massives mondiales et spécifiquement en France. Augmentation des vaccins imposés aux bébés dès la naissance au début de l’actuelle présidence d’Emmanuel Macron avec un ministère de la santé saturé de conflits d’intérêts avec l’industrie pharmaceutique. Ce ne sont pas 11 vaccins qui s’abattent sur nos nourrissons mais environ 70 en réalité, avec les variants de chaque germe, c'est-à-dire une attaque massive contre un nouveau né, un traumatisme organique majeur pour lui souhaiter la bienvenue en ce monde.

En 2021 cette année, les vaccins anti covid 19 sont pour une bonne partie des thérapies génétiques avec risque non évalué et nié de modifications génétiques à long ou moyen terme et dégâts collatéraux immédiats de thromboses, plus des apports de fœtus posant un véritable et double problème éthique. Les innocents ici ne sont pas les nouveaux nés mais les anciens, et les plus fragiles, eugénisme à peine masqué.

Un document de l’Académie pontificale pour la vie du 9/06/2005 confirmé en juillet 2007 affirme que les lignées cellulaires sont très éloignées des avortements originaux donc pas d’évaluation éthiquement négative.

Mais en décembre 2020 une déclaration de nombreux archevêques conteste ce raisonnement jugé inacceptable. « Le crime de l’avortement est si monstrueux que tout forme de concaténation avec ce crime, quelle qu’elle soit et même très éloignée, est immorale et ne peut en aucun cas être acceptée par un catholique une fois qu’il en a pris pleinement conscience. »

Précisions : Il ne s’agit pas de cellules d’enfants morts, avortés, assassinés. Pour être efficientes elles doivent être vivantes, les bébés destinés à l’avortement sont mis au monde par césarienne et ensuite sans anesthésie, le tissu convoité est prélevé. L’archevêque grand opposant à Pape François, le bien connu Carlo Maria Vigano considère, ce n’est pas une surprise, que tout catholique qui souhaite rester fidèle à son baptême ne peut admettre une vaccination qui utilise des matériaux provenant de fœtus humains dans le processus de production. Bergoglio s’est fait vacciner et a encouragé la vaccination critiquant les catholiques qui s’y refusent. Pourtant il a été le premier à avoir des mots très durs sur l’avortement, un point sur lequel je l’approuve. Il a dit que c’est comparable au fait d’engager des tueurs. Cherchons l’erreur.

La question des vaccins en elle-même est un volet considérable du massacre des innocents avec cette orientation fallacieuse de la médecine moderne et de sa logique de profits mortifères. Les compagnies pharmaceutiques ont infiltré et pris le contrôle du système médical dans son ensemble, écoles de médecines, journaux médicaux hôpitaux, cliniques, pharmacies locales. La prospérité des médecins implique de ne jamais remettre en cause le moindre aspect de toute vaccination.

La question de la vaccination est complexe, mais le débat est escamoté alors même qu’elle est discutable dans ses fondements. Combien sommes-nous à penser que la polarisation de la santé vers une vaccination massive ne sera pas jugée dans le futur comme un progrès définitif vers la santé supérieure mais un épisode pour le moins ambivalent voir une errance du progrès médical ? Brel doutait que la femme soit l’avenir de l’homme, guerrier blessé de l’amour il se trompait peut-être. Mais laissez-nous affirmer que le vaccin n’est pas l’avenir de l’espèce humaine et encore moins le trans humanisme vers lequel il nous mène. Qui ignore encore que Pasteur rime avec imposteur… sur son lit de mort ? Pasteur aurait en effet reconnu la pertinence des travaux de son rival en énonçant cette phrase célèbre : « Béchamp avait raison, le microbe n’est rien, le terrain est tout ».

L’enfant américain recevra en moyenne 35 injections avec 113 particules microbiennes, 59 produits chimiques cellules d’ADN animal et ADN humain issus de fœtus et d’albumine humains. Plus mercure neurotoxique, aluminium à l’action dégénerative des os, et du cerveau, formaldéhyde cancérigène, polysorbate 80 stérilisante, gélatine animale action anaphylactique, monosodium glutamate perturbateur métabolique convulsif cause de troubles neurologiques.

 

Massacre des innocents et pédocratie

Le massacre des innocents ce sont toutes les spoliations de l’enfance. On pense aux affamés partout, en particulier ceux de l’Afrique sub Saharienne, à tous les enfants perdus dans les guerres. Négligence, lâcheté, passivité, fatalité à ne pouvoir prendre soin et protéger. Mais, le massacre des innocents nous ne ferons pas l’économie de le regarder dans ce qu’il a de plus diabolique avec ce qui est associé aux perversions sexuelles.

On a du mal à croire à ce degré de manifestation du mal. Les réseaux dans l’affaire Dutroux se prolongent au-delà de la Belgique. Nous devons aller vérifier s’il y a bien des tunnels à Saint Victor pour corroborer les récits incroyables d’une enfant rescapée des messes sataniques après avoir été vendue et initiée par ses parents à ces pratiques. On aura suivi le narratif hallucinant du groupe occulte Q Anôn, des dits complotistes supporters inconditionnels de Trump. Quelque soit la part vraie ou délirante dans les affirmations de ces théoriciens du complot qui je le remarque médusé s’enflamme autour de la symbolique du chiffre 17. Il y a lieu de décoder ce narratif qu’ils développent. Il n’y a pas de fumées de Satan sans feux infernaux. La pédo criminalité d’une part des élites n’est pas un fantasme d’extrême droite hélas. Donald Trump quoiqu’on pense de sa politique a bien mené pendant son mandat une action décisive avec sa femme et sa fille pour éradiquer cette lèpre aux Amériques. Il nous reste donc à méditer sur les petites mains dessinées sur une robe de Mélania Trump.

Nous attendons de lire le livre sorti le 8 avril résultant de 10 ans d’enquêtes de Jacques Thomet La pédocratie à la française, la chute des intouchables. Le dernier film de Pasolini avant sa mort survenue sur une plage d’Ostie en Italie à l’âge de 52 ans, est une adaptation de Sade transposée dans l’Italie fasciste. Salo ou les 120 journées de Sodome : 4 notables kidnappent 9 jeunes adolescents et 9 jeunes filles de la campagne pour se livrer sur eux à des tortures mentales et sexuelles.

Nous assistons, cela n’aura échappé à personne, au dévoilement apocalyptique de la pédo criminalité dans toutes les couches de la société, dans les églises ou ailleurs et partout dans le monde. A cela s’ajoute une explosion des révélations sur l’étendue de l’inceste. L’âge moyen en France du premier viol d’enfant est 9 ans, juste un peu plus jeune que l’âge du petit Louis XVII dans l’enclos du Temple, mais âge moyen veut dire que beaucoup sont commis sur des enfants plus tôt. Le livre sur l’inceste écrit par l’écrivaine et journaliste Sophie Chauveau en 2016 La fabrique des pervers paru chez Gallimard, expose dans quel climat de confusion l’inceste voit le jour « Notre famille engendrait des pervers comme d’autres fabriquent des yeux bleus. » Sur trois générations la famille gangrenée devient alors l’infamie selon l’expression de Christiane de Rochefort. Son livre passera cependant relativement sous silence, il faudra attendre en 2021 celui de Camille Kouchner, décrivant des personnalités médiatiques pour que le pavé soit lancé dans la mare de l’omerta en déclanchant une vague de témoignages. L’inceste touche plusieurs millions de victimes en France et ce dans tous les milieux sociaux.

Pédo-criminalité car comment parler de pédo philie ? Où est l’amour sauf si la cruauté et le désir de souiller est encore de l’amour ?

 

Massacre des innocents et de louis XVII

Le roman de T. Baillargeat nous conduit dans les « arrêtes de poissons », tunnels redécouverts en 1959 qui courent sur le côté Est de la colline de la Croix Rousse. Le récit nous pousse jusqu’à une crypte octogonale sous l’église Saint Bernard de Lyon dans le 1er arrondissement, où l’informateur de Brenac, un ami ancien Maître recruteur des commandos de Marine, lui a dit avoir « assisté à abject rituel infanticide mélangeant sexe et torture d’une insoutenable perversité. » Mais il nous faut citer là maintenant je crois, l’intégralité de ce passage du roman p.221 :

« Daspry connaissait cette entrée pour l’avoir régulièrement empruntée lors de ses visites dans les catacombes lyonnaises.
Elles menaient d’après lui directement aux fameuses « arrêtes de poissons »…
Il s’était toujours intéressé à ces réseaux souterrains redécouverts en 1959 et courant sur le côté Est de la colline de la Croix Rousse, entre Gros-cailloux et Rhône.
Cet ensemble de galeries situé à trois mètres sous la surface des pentes, tirait son nom de l’aspect général du plan des couloirs. D’une longueur totale de plus d’un kilomètre, cette structure souterraine se composait d’une colonne principale de 156 m et de trente deux galeries de 30cm chacune, réparties en seize escaliers de niveaux différents.
Depuis quelques mois donc et ce quasi quotidiennement, Daspry fut sensiblement attiré par les allées et venues nocturnes et les mouvements étranges de ces drôles de clandestins.
C’est ainsi qu’un soir de décembre, il se décida à suivre à distance un des ces groupes.
Empruntant ce qu’on appelait la Grande Fantasque, du Sud 135, ce groupe le mena à son insu dans une crypte octogonale située sous l’église Saint Bernard de Lyon dans le 1er arrondissement. Ce fut là qu’il assista sous l’église Saint Bernard à un abject rituel infanticide mélangeant sexe et torture d’une insoutenable perversité. » 

 

Le massacre des innocents est un signe des temps. L’expression nous vient de la Bible. On ne sait pas si le récit dans l’évangile de Mathieu sur la fuite en Egypte et les crimes du roi Hérode contre les nouveaux nés d’Israël a une base historique ou s’il s’agit d’une transposition du récit de l’Ancien Testament Ex 1, 16-22 avec le massacre perpétré par Pharaon dont la vérité historique est aussi en question. Mais tous ces récits monstrueux d’inceste et plus grave de sacrifices d’enfants avec tortures impliquent des séquelles psychiques si graves pour les survivants qu’ils seront blessés à vie avec ou sans condamnation pénale de leurs agresseurs avec ou sans prise en compte de leur parole. Est-ce que les historiens douteront de la véracité des récits horribles de notre époque ?

Le monde de Sade est aussi l’époque de la Révolution française. Je me rapproche donc du roman de Tony Baillargeat. Le roman Le songe de Cent-Cinquante reprend le fil de l’existence du petit roi Louis XVII, du fils Capet pour les révolutionnaires, de « Choux d’Amour » pour Marie Antoinette. Pourquoi ce surnom de tendresse ? Le couple royal détonne dans une époque où la tendresse parentale était rare y compris peut être surtout dans les lignées aristocratiques et royales. Mais peut-être ce surnom tendre vient du fait d’un report d’affection sur le frère cadet du premier dauphin décédé ? Ou alors il aurait été le fils du gentilhomme suédois Axel de Fersenne, l’amant présumé de la reine ? On se souvient que le Prisonnier du Temple a été confié à sa mère au troisième étage de l’enclos du temple après l’exécution de son père jusqu’en Juillet 1793 où, par arrêté du Comité de Salut Public, il lui a été enlevé pour être confié au couple Simon. Antoine Simon, ancien cordonnier, fils de boucher dégagé de ses fonctions municipales est promu Instituteur de l’enfant royal. Sachant à peine lire et écrire il a une sinistre réputation d’ivrognerie. En charge de rééduquer le prince en citoyen il a appris des chansons paillardes à l’enfant, des mots grossiers. On pense que ce sinistre personnage a été à l’origine du témoignage signé de Louis Charles accusant sa mère d’inceste. Ce document infâme aurait été obtenu en ayant enivré le pauvre Louis Charles. Cette accusation d’inceste ressortira au procès de Marie-Antoinette. On se souvient du cri d’indignation de la Reine : « J’en appelle à toutes les mères ! » 

Pour rappel législatif, alors que l’inceste au Moyen Age s’étendait à la parenté spirituelle soit parrains, marraines et confesseurs, le premier code civil de 1791 ne le mentionne pas car il est vu comme un problème d’ordre moral dont la société est en train de s’affranchir. Le couple quittera la prison en janvier 1794 et l’enfant est alors enfermé au secret, pendant six mois, sous-alimenté, dans une chambre obscure, jusqu’à sa mort en Juillet 1794. Il est malade atteint de la gale et de la tuberculose.

Le roman pour reprendre le fil de cette histoire n’entre pas dans l’une des nombreuses hypothèses hasardeuses et jamais démontrées de survivance du dauphin à son martyr. Il est question de substitution d’enfant pendant la vie au cachot et ensuite d’une descendance cachée de Louis XVII. L’auteur n’a pas pris le risque d’affronter les rigueurs de l’historien Philippe Delorme.

On sait qu’à la faveur de la Restauration une flopée de faux Dauphins ont revendiqué être le vrai Louis XVII enfant scrofuleux méconnaissable tête rasée qui avait été enfermé. Enumérons : Naundorf, Richemont, Hervagault, le métis américain Eléazar William ou encore le Compte de Ligny Luxembourg frère de lait du premier Dauphin, fils de Madame Poitrine. Nous trouvons encore des pistes d’évasion, l’une auvergnate, une autre dans l’Essonne ou encore à Saint Domingue. N’ayons garde d’ignorer, dans le registre des prétentions à l’héritage de la couronne de France, la vaste mythologie autour d’une survivance mérovingienne. On parle beaucoup des mystères de l’Aude, Rennes le Château, ce qui a alimenté les thèses des Anglais auteurs du livre L’Enigme sacrée, reprise par le romancier Américain Dan Brown dans son best-seller Le Da Vinci Code. Dans cette mythologie fabuleuse le sang royal ou Saint Graal est la lignée de Jésus et Marie-Madeleine. Je m’attendais à retrouver ces pistes dans ce roman, on peut les retrouver suggérées car l’auteur les connaît bien, mais il a trouvé d’autres bases pour son histoire. Puisse son roman être aussi un best-seller.

Est-ce que Louis XVII est le fils de Louis XVI ? Les accusations d’adultères fusaient sous les rumeurs pendant le règne du couple princier contre l’autrichienne, mais pour un régicide il fallait bien plus grave car après tout, les mœurs des révolutionnaires étaient dépravées et le sexe comme le prouve la profanation du corps de la princesse de Lamballe dont les poils pubiens ont été coupés du charnier pour faire une moustache postiche, ne devait pas être tabou. Il fallait donc imaginer l’inceste et qui sait si les bourreaux eux-mêmes n’ont pas été pédophiles pour amener l’enfant à de telles accusations !

Est-ce que l’enfant du Temple serait le fruit adultérin de la Reine et de l’aristocrate Suédois ? La Monarchie française règne sur l’éternel féminin comme la République sur l’éternelle catin.

Le mystère demeure, mais l’enfant du Temple nous parle essentiellement de la destruction du fils quel qu’il soit. Si la Révolution Française est l’acte fondateur du monde moderne, qui commence par la destruction du Père, ce crime se poursuit par celui de la Mère. Et la danse macabre de la modernité anti divine se poursuit avec la destruction de l’enfant, du fils, de la fille, de la filiation même, qui est mise en acte par les législations portant sur l’extension des droits LGBT, du mariage pour tous aux GPA et PMA. Non seulement les lois sont là et avancent, mais la propagande gouvernementale au sein des systèmes éducatifs via les consignes Onusiennes et Européennes en la matière sont très suivies sur le terrain dans le monde enseignant endoctriné et endoctrineur.

Faire le bilan du massacre des innocents pour en finir avec lui, ne tourne pas seulement notre regard vers les sévices physiques et psychiques, mais demande encore de nous pencher sur l’éducation et la culture. Ne sommes-nous pas depuis l’enfant du Temple tous élevés par le sinistre ivrogne cordonnier Antoine Simon fils de boucher, recyclé en précepteur ?

Le héros de la saga Arthur Brenac, est un érudit ardent défenseur de la culture et de la langue française. On apprend dans une note de la page 306 l’existence d’un pacte franco-indien auprès du Lac Michigan. Un pacte basé sur le respect de l’écologie et la charité chrétienne bannissant l’usure dont l’exécution aurait pu bloquer l’hégémonie de la culture commerciale mercantile et vulgaire véhiculée par la langue anglaise. « La langue anglaise qui sur notre propre territoire a conquis le cerveau de nos jeunes, les reconfigurant clairement, pour qu’ils défigurent tout ce qui de près ou de loin, peut rappeler une certaine idée de la France. »

Nous devons commencer à remonter des abysses, nous devrons de toute manière remonter.

Quel sera le signe le plus abouti de la victoire de la protection de l’enfance ?

C’est le défi éducatif avec le retour à une éducation authentique.

Pour terminer cette première partie qui sera suivie d’une autre pénétrant davantage dans le chiffrage en profondeur du roman Le songe de Cent-Cinquante et pour finir sur une notre plus positive je vais conclure ici sur ce point.

Le défi évidemment n’est pas limité à la France ni à son espace linguistique, ni à la langue. Je me permets de recommander de s’intéresser à une conférence mondiale sur l’éducation à l’initiative d’un sage de l’Inde du sud dont j’ai déjà parlé sur MN. Vivant dans la capitale du Kerala, Trivandrum, dans un minuscule ashram jouxtant une école qu’il a fondée, et se déplaçant à travers l’Inde et le monde dans la mise en œuvre d’un Parlement mondial de l’énergie, organisation non politique et non gouvernementale et non commerciale, il apporte, il me semble, des éléments aussi valables que les conseils de Krishnamurti ou de Sri Aurobindo en la matière. Il s’agit d’une session sur l’Education dans le cadre de son Parlement global qui se déroulera sur trois jours à partir du 22 mai prochain.

Le mot globalisation, je sais, est porteur soit de méfiance soit de déception, mais pourtant l’enjeu reste et demeure là, car si les peuples tout en continuant à protéger leur souveraineté ou en s’efforçant de la retrouver ne reprennent pas la direction d’une globalisation inéluctable, ils laissent le terrain à ceux qui font de la planète leur terrain de jeu mortifère. Laissons venir à nous toutes les lumières qui nous portent en avant. C’est cela aussi ressusciter l’enfant du Temple. https://www.global-energy-parliament.net/educonf

Dans le même registre, dans un esprit assez similaire à l’Education pour la conscience totale dont parle le Swami Isa, je ne veux pas manquer de signaler La voie de l’éducation intégrale telle que présentée par François Xavier Clément dont je suis en train d’étudier l’ouvrage. Cet auteur est un grand spécialiste catholique de l’éducation nourri d’une irremplaçable expérience de terrain. Il cherche au-delà d’un pédagogisme dont nous sommes saturés à refonder l’éducation sur un humanisme chrétien considérant l’enfant non seulement pour lui-même mais en vue de sa participation effective au Bien de la société.

 


Et maintenant l’Europe… pour qui et pour quoi ?
Et maintenant l’Europe… pour qui et pour quoi ?
Entretien avec Sobhy Gress, président de l’Association Solidarité Copte-Europe-France
Entretien avec Sobhy Gress, président de l’Association Solidarité Copte-Europe-France
Dialogue avec mon Pape
Dialogue avec mon Pape

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :