Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Poutine répond à Stone

Poutine répond à Stone

Par  

Ces Conversations avec Poutine d'Oliver Stone constituent un ouvrage étonnant. Que l'univers du cinéma hollywoodien veuille découvrir celui du président de la deuxième puissance mondiale ne laisse pas de surprendre. Stone est brillant, curieux de tout et virevoltant, Poutine fort, stoïque, humain, sensible, tout en maîtrise, et affiche la hauteur de vue du dirigeant à l'envergure exceptionnelle qu'il est. Cela conduit droit à des échanges géopolitiques, économiques et personnels passionnants, à l'analyse fine des tensions entre la Russie et les Etats-Unis, et à la certitude que Vladimir Poutine est l'un des plus grands leaders actuels. Il marquera durablement l'histoire. Il est en fait tout ce qui manque à la France : un leader patriote, d'une intelligence vive mise au service du bien commun, social, autoritaire et attentionné à son peuple (il a en 18 ans réduit la pauvreté de moitié et reconstruit un Etat qui s'écroulait à la fin du siècle dernier), jaloux de la souveraineté économique, militaire, culturelle de son pays et de son identité, pétri de culture orthodoxe, nourri du destin des grandes figures russes de la politique ou de la littérature, gardien des Russes et russophones, salutaire arbitre du conflit syrien, protecteur désormais unique des Chrétiens d'Orient. Qu'on en juge par ses propos : « Nous ne devons pas oublier toutes les atrocités commises au nom du stalinisme – la mort de millions de mes compatriotes, les camps d'extermination. » ; « Je pense qu'envoyer des troupes en Irak et renverser Saddam Hussein était une erreur. Vouloir changer les régimes dans cette partie du monde avec l'espoir naïf que les choses vont en quelque sorte se régler naturellement, et qu'une démocratie à l'américaine émergera spontanément, est vain et utopique. Le résultat est une catastrophe. » ; « La Russie est un pays démocratique et souverain. Les autres pays sont pieds et poings liés par leurs obligations en tant qu'alliés. En réalité, ils ont renoncé à une grande partie de leur souveraineté. De leur propre chef. » ; « Il n'y a pas de chaises dans les églises orthodoxes, nous sommes debout pendant la messe. » ; « Je n'ai pas fait de la religion un élément central de la vie russe. C'est le peuple lui-même qui l'a fait. » ; «  Quand cela a-t-il jamais été simple ? Les temps sont toujours difficiles. Nous devons simplement rendre grâce à Dieu de nous donner l'occasion de servir notre pays. » Poutine rappelle utilement que « dans le domaine de la défense en général, les Etats-Unis dépensent plus que tous les autres pays du monde combinés » et que le poids de la dépense russe en la matière équivaut à 10 % de celle des Américains. Sur la question ukrainienne, il affirme que la crise est entretenue par des puissances extérieures inquiètes de la menace que pourrait représenter l'alliance entre Ukraine et Russie. Pour la Crimée, la réunification s'est faite sur la très forte majorité de 80 % de Russes qui la souhaitaient. Concernant Donald Trump, une nouvelle fois lucide, il évoque la campagne mondiale de désinformation visant à discréditer le président américain et à empêcher le nécessaire rapprochement des deux puissances.

La sagesse de Poutine se mesure particulièrement dans la réponse qu'il donne à Oliver Stone affirmant qu'il s'amuserait beaucoup plus s'il était riche (préoccupation très américaine) : « Vous savez, je ne pense pas que ce soit cela qui apporte un grand bonheur. Et que feriez-vous de votre fortune aujourd'hui, avec cette crise ? Vous penseriez à ce que vous allez faire avec vos actifs, comment les sauver, où les placer. Cela ne vous apporterait que des maux de tête. Vous êtes bien plus riche que ceux qui ont des grosses sommes d'argent sur leurs comptes. Vous avez une opinion propre, du talent, vous avez la chance de pouvoir le montrer au monde et de laisser quelque chose à la postérité. L'argent n'apporte pas ce genre de bonheur. Parce qu'aucun mort n'emporte sa fortune dans la tombe .» Très dostoïevskien dans cette profession de foi, Poutine captive Stone et tous ceux qui le découvriront à la lecture de ce dialogue surprenant.


L'heure de la défense européenne
L'heure de la défense européenne
La politesse : sève issue de nos racines chrétiennes
La politesse : sève issue de nos racines chrétiennes
La bataille de Mossoul n'aura pas lieu
La bataille de Mossoul n'aura pas lieu

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :