Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Rome, quatre Papes et deux Saints

Rome, quatre Papes et deux Saints

Par  

Santo Subito ! appelait la foule de pèlerins qui s'était groupée place Saint-Pierre, au jour des obsèques du Pape Jean-Paul II. Une foule toujours aussi nombreuse s'est constitutée aujourd'hui à Rome pour être témoin de cette canonisation tant attendue. Malgré la lourdeur de la procédure de procès en canonisation, neuf ans à peine ont suffi à l'Église pour reconnaitre la sainteté de Karol Wojtyla, c'est dire l'évidence de ses mérites. À titre de comparaison, il fallut 27 ans pour que Rome célèbre Saint-Louis, dont on vient de fêter les 800 ans, pourtant vénéré de son vivant.

Probablement pour éviter une trop vive ardeur de la génération Jean-Paul II, François a décidé de canoniser le même jour Jean XXIII, beaucoup plus connu pour sa bonté que pour l'enthousiasme que son nom peut lever dans l'assemblée des fidèles. Cette cérémonie commune est cependant forte de sens : l'un et l'autre ont été, à leur manière, des pierres angulaires sur lesquelles s'appuie désormais l'Église. Sans jamais toucher à la foi, ils ont tous deux fortement contribué à propager le message du Christ dans la modernité de notre siècle.

Le concile Vatican II est évidemment l'acte colossal au centre de l'oeuvre du Pape Jean XXIII lui qui, élu à l'âge de 77 ans, ne devait être qu'un Pape de transition. Néanmoins, il serait injuste de ne parler d'Angelo Roncalli pour n'évoquer que Vatican II alors qu'il est aussi le premier Pape depuis Pie IX à sortir de l'enceinte du Vatican, à assurer le rôle si cher à François d'Évêque de rome, à se rendre dans des hôpitaux, dans des prisons. C'est lui qui, longtemps avant que Jean-Paul II nous enjoigne de ne pas avoir peur, ouvrait le dialogue avec le bloc de l'Est. C'est lui aussi qui fonde le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens et qui mène l'Église dans un chemin de plus grande ouverture envers le Judaïsme, la déclaration Nostra Ætate sera bien sûr l'aboutissement de cette démarche.

Jean-Paul II reprendra 15 années plus tard les habits de pèlerin de Jean XIII et parcourra inlassablement la terre pour propager la Foi, le nombre de nonciatures doublera sous son Pontificat. L'élection même d'un cardinal polonais comme Souverain Pontife, bien qu'elle ne fût pas de son fait, annonçait déjà le bouleversement qui allait marquer son règne. Ce Pape si populaire a achevé l'oeuvre de Vatican II en rendant l'Église plus proche, plus accessible, sans renier son enseignement, en dépit des critiques.

Aux côtés de François, le Pape Émérite participait à la cérémonie. Pendant le long règne de Jean-Paul II, le cardinal Ratzinger assista avec brio le successeur du Christ avant de le devenir lui-même. Nul doute que les nombreux afficionados du nouveau Saint le savent, que l'assemblée de fidèles le sait, et que sa Sainteté sera un jour reconnue elle aussi.


L’Islam mérite notre défiance
L’Islam mérite notre défiance
Que dit le Pape sur les migrants ?
Que dit le Pape sur les migrants ?
Saint-Patrick priez pour eux
Saint-Patrick priez pour eux

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :