Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Bonne chance les Bleues

Bonne chance les Bleues

Par  

Comme chaque année, le calendrier sportif de l'année 2015 est jalonné par de multiples rencontres et tournoi internationaux.

Parmi eux, beaucoup ont retenu les Championnats du Monde de Handball de janvier dernier marqués par une attitude légèrement anti-sportive des Qataris, la Coupe d'Afrique des Nations de football jouée en Guinée-Équatoriale sur fond d'Ébola, ou encore la Coupe du Monde de Rugby qui aura lieu en septembre et que la France n'aborde pas véritablement dans des conditions optimales après les contre-performances du dernier tournoi des Six Nations.

Entre temps, l'été sera marqué par un autre événement sportif majeur mais infiniment moins médiatisé : la Coupe du Monde de Football Féminin au Canada qui s'étalera sur un mois, du 6 juin au 5 juillet prochain.

La France, comme une vingtaine d'autres nations, sera bien entendu présente chez nos amis d'Outre-Atlantique après une brillante phase éliminatoire où nos joueuses ont enchainée 10 victoires en 10 matches, marquant 54 fois pour 3 buts seulement encaissés.

Cette performance n'est bien entendu pas un révélateur absolu du niveau de jeu réel du fait de la grande disparité des équipes composant un groupe de qualification. Il suffit pour s'en convaincre de noter les 24 buts marqués à la Bulgarie (dernière du groupe) ou les 13 buts encaissés par le Kazakhstan (avant-dernière), tous cela sans réussir à tromper la défense de la France.

Mais est-ce au final si surprenant de la part de la 3ème nation au classement FIFA ?

La France s'est classée 4ème du dernier Mondial en Allemagne en 2011 et aux Jo de Londres en 2012, elle n'a cédé qu'aux tirs aux buts en quart de final du dernier Championnat d'Europe en Suède en 2013. Il est normal que l'équipe écrase la concurrence des nations sans réel niveau de jeu.

Face à la Finlande (dauphine de la France en éliminatoires), la marge se stabilise vers un quota beaucoup plus normal : 5 buts marqués pour un seul encaissé sur la phase aller-retour.

De plus, il convient de garder en mémoire que le football féminin, tout comme la Coupe du Monde de Rugby, est un sport récemment reconnu par les instances sportives et qui commence tout juste à écrire son histoire au plus haut niveau.

Les fossés entre les nations sont encore immenses seulement 24 ans après la tenue de la première coupe du monde. Une époque chez les hommes où une demi-finale de Coupe du Monde pouvait encore se solder par un score de 5 à 2.

Afin de se faire une idée plus correcte du niveau de jeu des footballeuses, les tournois officiels ou les rencontres amicales contre le gratin du football (USA, Suède, Japon, Allemagne, Brésil,…).

Et le constat démontre une progression de l'équipe sur les dernières années, sans réellement faire preuve de constance dans les confrontations d'une compétition à l'autre. Pour preuve, la large victoire des Française sur les Canadiennes (4-0) au Mondial 2011 avant de s'incliner (0-1) sur le fil face à ces mêmes Canadiennes l'année suivante.

Le nouveau cap à franchir pour l'Equipe de France reste donc bel et bien d'assurer la régularité des résultats face aux grosses écuries de la Planète Foot. Une régularité qui s'avère indispensable à toute équipe souhaitant s'arroger la victoire finale dans un tournoi.

Autre condition sine qua non à la progression de nos joueuses : parvenir enfin à dominer les deux fortes équipes du classement FIFA en compétition officielles, les Etats-Unis et l'Allemagne. Une opportunité qui pourrait se présenter dès cet été avec l'Allemagne dès les quarts de finale et les Américaines un ou deux échelons après.

La Coupe du Monde 2015 au Canada débute dans à peine une semaine, le 6 juin pour être exact.

La France se verra opposer à l'Angleterre le 9 juin, à la Colombie le 13 juin, et enfin au Mexique le 17 juin. Un groupe largement à la portée des Françaises qui dominent régulièrement ses équipes.

Les réels challenges devraient arriver dès les huitièmes de finale où la France sera vraisemblablement opposée au Brésil ou à l'Espagne. Nous saurons alors si l'expérience engrangée sur les dernières compétitions, avec le titre glané au Tournoi de Chypre en 2014, aura été bien assimilée.

Ainsi, malgré la remarque indifférence des médias nationaux pour autre chose que le football masculin et les Jeux Olympiques, souhaitons une bonne compétition à nos joueuses qui défendent avec passion et honneur les couleurs de notre pays.

Une sorte d'avant-dernier jalon d'essai avant d'accueillir dans quatre ans la Coupe du Monde en France.


Une déroute pour former les bleus du XV
Une déroute pour former les bleus du XV
Rêveries bondissantes
Rêveries bondissantes
À l'image de la France
À l'image de la France

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :