Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Football : nouvel opium du peuple

Football : nouvel opium du peuple

Par  

Plus que quelques heures avant la fin du mondial, il était temps ! Voilà plus d'un mois que nous vivons au rythme des cris de supporters le soir, de discussions tactiques à la machine à café le matin et d'informations qui ne parlent que de la coupe du monde.

L'effet mouton a depuis longtemps emporté les hommes dans la spirale des matchs vus au bistrot autour d'une bière ainsi que des interminables commentaires et prises de positions sur les compositions d'équipes. Depuis, le marketting aidant, les femmes ont rejoint le mouvement et commentent - en faisant semblant de comprendre par féminisme - ou contemplent les corps de sportifs devenus plus athlètes que footballeurs.

Quelles que soient cependant les causes de cet engouement irraisonné, des peuples entiers préfèrent s'intéresser aux "exploits" de vingt-deux hommes courant après un ballon, plutôt que de parler politique, philosophie ou métaphysique. Ces deux dernières matières n'ont toutefois presque jamais intéressé les masses mais la politique, elle, nous touche tous, quand bien même nous nous contentons de crier à tue-tête "tous pourris !".

Le football, et le mondial en premier lieu, devient dans chaque pays un instant d'unité nationale, sauf cas de guerre civile en gestation, où la politique n'a plus de place, où les tyrans se reposent, où les élus impopulaires reprennent un peu de souffle. On se souvient bien entendu de la remontée de Jacques Chirac dans les sondages en 1998 à l'occasion du sacre français ; les circonstances étaient évidemment particulières. La compétition seule, sans victoire, a suffi à détourner l'attention des Français et à faire gagner quelques points de popularité à François Hollande.

Pendant ce temps, à l'étranger, le Hamas a enlevé et exécuté trois jeunes Israéliens, Tsahal a répliqué par de sérieuses frappes aériennes, en réponse les tirs de roquettes se sont multipliés. La guerre aurait pu être nucléaire, les médias n'en auraient pas parlé davantage, il est plus important pour le monde de savoir si Lionel Messi détrônera Maradona comme meilleur joueur argentin des tous les temps. Et s'il surpassait le Roi Pelé lui-même ?

Rassurons-nous tout ce cirque prend fin ce soir - par une victoire allemande comme toujours - jusqu'à la prochaine fois. Le mondial 2018 ? Que nenni l'Euro 2016 en France ! Mais en attendant, vous pouvez reprendre une activité normale.


Rêveries bondissantes
Rêveries bondissantes
Bonne chance les Bleues
Bonne chance les Bleues
Les Bleus déçoivent… encore !
Les Bleus déçoivent… encore !

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :