Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Le Catho se rendort

Le Catho se rendort

Par  

On se voit le soir, tard, après le boulot. Il fait des mails et des pétitions au lieu de s’occuper du petit. La France est en danger, aux plumes, citoyen ! Oui, mais quel genre de plume ? Celle qui gratte le papier ou celui sur lequel on s’endort ? Les deux !

Il écrit contre la barbarie, mais avec des mots choisis. Il dort en se battant.

Il réunionne. Combat sans combattre, bavarde. On aime la réunion, en France. Moi, ça me chauffe le cul, je ne tiens pas en place, et mon ire monte.

Ne vous avais-je point tancés, cathos, vous accusant de mollesse et vous avertissant de votre vanité ? Ne vous avais-je point dit que parler n’est rien et qu’agir est tout ? Mieux feriez de narrer au petit dernier quelque belle histoire, celle de Bayard et de Magellan, ces histoires-là feraient un futur roi ! Léonidas et Aristote ont fait Alexandre avec l’Illiade et quelques paroles sages, pendant que Philippe de Macédoine couchait avec ses mignons. Alexandre a aboli l’homosingerie. Il a fallu d’un seul homme de l’antiquité pour dissoudre ces mœurs antédiluviennes.

La vie, c’est combattre ou faire croître.

La loi du plus fort est toujours la meilleure, dans vos supputations polies vous avez oublié La Fontaine, écoliers distraits !

Bavards, en n'agissant pas, vous êtes aussi traîtres. Vous glosez aux pieds de la Croix ! Quelques veilleurs braves donnent l'exemple, et où êtes-vous ? Ce que vous voulez, au fond, c'est La Réunion Pour Tous ?

Convoqués à la défense du monde libre et simplement vivant, un monde d'hommes et de femmes, vous dites « non, merci ! » Vous craignez l'esprit des croisades, vous êtes coupables avant d'avoir rien fait. Les mots vous font peur, vous pensez comme les grands-mères ennemies.
Vous redoutez les antifas, ces milices du ministère ? Il faut dix de ces lâches petits communistes pour affronter en bande un seul des nôtres. Laissez-nous faire.
Vous craignez le flic valseur ? C'est un poulet label rouge. Et même moins que ça : un chapon, il est émasculé par décret. Un chapon rouge, ça ressemble à chaperon rouge mais sans ER, sans Égalité ni Réconciliation. Le condé changera de casaque, quand il verra que nous le défendons contre sa hiérarchie collaboratrice. Vous craignez le tribunal ? Tudieu ! Et Boukovski, et Soljenitsyne, l’ont-ils craint ?

Quelques-uns seuls ont répondu « Oui » ! Ceux-là seuls nous intéressent, moi et Dieu ! Je sais, Lui d'abord, Lui premier servi. Mais justement, il s'agit de servir ! Soyez dix mille braves, et je fais en sorte que l’affaire soit faite, on chassera ces barbares illégitimes, ces insultes permanentes à la vie, à l'intelligence, à la justice, à la vérité, à la liberté, et tout le monde applaudira, et tout le monde dira : « Je vous l’avais bien dit ! », et « c’est juste et normal ! » ou « il était vraiment temps ! »

Là, tout est prêt. Affermissez les poings, mettez à l’abri vos mères et vos amis juristes, ce qui doit se passer n’est pas pour eux. Le Franc se réveille, mais il n’a plus le droit de faire marche arrière. Un défi lancé ne se reprend pas.

Musclez-vous, entraînez-vous, parez les coups, soyez grands et parlez aux pauvres qu’on fabrique par milliers, refusez de croire les médias menteurs. Préparez-vous physiquement et mentalement. La guerre se gagne toujours dans les 300 derniers mètres.

Le temps approche, tenez-vous prêts ! Ne laissez pas l’occasion de participer à la Libération, soyez de ceux qui auront chassé les troupes d’Occupation. Soyez de ceux qui n’auront pas à rougir et dire : « J’aurais pu en être, un ami en était, mais moi ce jour-là, je n’étais pas là. »

IVG, un droit d’exception…
IVG, un droit d’exception…
Sens Commun : utopie ou espérance ?
Sens Commun : utopie ou espérance ?
Subir l’insulte du camp du bien
Subir l’insulte du camp du bien

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :