Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Le salariat pue selon Beurk

Le salariat pue selon Beurk

Par  

L'ouvrage structuré en une vingtaine de petits textes d'une demi-page à quelques pages est un cri de haine contre le système salariat. Le choix du pseudonyme est déjà une signature explicite.

Beurk travaille sans passion, dans une administration culturelle parisienne. Il nous narre l'existence d'une journée qui se révèle être aussi répétitive que les autres journées de son existence. Le soir, épuisé par une journée, non pas à trop travailler, mais à travailler sans jamais être soi-même, il n'a plus d'envie. Alors que l'on nous promettait la réalisation du bonheur dans le travail, celui-ci est simplement une activité lucrative. Beurk n'est pourtant pas un ouvrier, c'est plutôt un col blanc, mais s'il peste contre le travail, ses collègues, cette vie routinière. Sa dernière chance de vivre, de ne pas se trahir, serait de quitter ce navire, et finalement comme des millions d'autres, nous nous soumettons à ce monde salariat, nous n'avons plus les moyens de déserter, nous nous soumettons à ces nouveaux codes, résignés à la servilité. Le management moderne a réussi à radicalement transformer en quelques années les conditions de travail, l'ambiance générale.

Depuis l'enfance, nous restons accolés derrière l'écran, ce monde virtuel que l’Éducation Nationale nous impose dès le primaire et parfois même à l’école maternelle afin de nous accoutumer à cette déshumanisation du monde et cela continue également dans le monde du travail. Tout ceci écrit dans une langue crue, froide, sans fioritures, quelques fois un peu trop avec ces pages remplies presque uniquement du mot MERDE.

Et un jour, on quitte sans bruit, lâchement cette activité de salarié et à l'instar de nombreux cadres que le travail intellectuel ne satisfait pas, on part s'installer à la campagne où ailleurs, trouver un sens dans son travail.

Le salariat pue, Beurk, Éditions Caméras Animales 10 euros


Le génie féminin selon Eugénie
Le génie féminin selon Eugénie
La religion du multiculturalisme selon Bock
La religion du multiculturalisme selon Bock
L’enseignement des lettres selon Mère Simoulin
L’enseignement des lettres selon Mère Simoulin

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :