Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.

MN prend la marge et revient en septembre


Quand le Tamiflu fait voler des oiseaux noirs

Quand le Tamiflu fait voler des oiseaux noirs

Par  

Le titre de ce billet n'est pas une plaisanterie. Ma petite-fille, à Tokyo, sous traitement au Tamiflu pour une rhino-pharyngite banale prescrit par le médecin (japonais), un paranoïaque des médications, voyait des oiseaux noirs l'attaquer. Elle avait des hallucinations. C'est justement hallucinant d'apprendre de Cochrane Collaboration que la société Roche, propriétaire du Tamiflu, a délibérément éludé, caché et truqué les données des essais cliniques en phase 3 relatives au Tamiflu. L'argument de Roche était soi-disant une réduction des complications pulmonaires lors d'un traitement de la grippe avec le Tamiflu. Or Cochrane a finalement obtenu sous la pression de plus de 14 000 scientifiques académiques « toutes » les données ou presque relatives à ces essais cliniques. La surprise est d'abord que Roche n'a pas enfreint la loi en dissimulant ses essais car ces derniers sont effectués dans la plus pure opacité et c'est parfaitement légal. On hallucine complètement !

Les doutes sur l'efficacité du Tamiflu ont été révélés en 2009 avec la menace d'une pandémie grippale. Les pays de l'OCDE ont dépensé des dizaines de milliards de dollars pour se munir de stocks de Tamiflu mais les gouvernements anglais et australien, dans le doute, ont mandaté Cochrane Collaboration pour effectuer une étude détaillée sur l'efficacité clinique du Tamiflu et, Ô stupeur, le pot-aux-roses était de taille. Les statistiques provenant des hôpitaux ne montraient en rien une amélioration des malades traités avec le Tamiflu. De plus un médecin japonais, Keiji Hayashi révéla que l'étude sur laquelle s'était basé Cochrane Collaboration pour donner son avis autorisé sur l'efficacité du Tamiflu provenait d'une unique étude provenant de Roche agrégeant 10 précédents essais cliniques d'évaluation. Or deux essais cliniques seulement avaient été publiés, les autres avaient purement et simplement été passés au broyeur ! Complètement hallucinant !

Tous les travaux de Cochrane Collaboration sont disponibles en ligne et indiquent clairement comment les essais sont analysés, n'importe quel lecteur peut aisément comprendre comment les essais ont été effectués et peut émettre des critiques en contactant directement cette organisation internationale sans but lucratif. C'est ce qu'a fait Hayashi, halluciné par la malhonnêteté flagrante des laboratoires Roche qui, sentant le danger, ont obligé Cochrane Collaboration à signer un agrément de confidentialité, ce qui est contraire à la philosophie de cette organisation. Le directeur des affections respiratoires de Cochrane s'émut de cette situation et ses demandes réitérées d'éclaircissement de la part de Roche furent lettres mortes. Et pour cause, il est tout-à-fait légal d'exiger un accord de secret pour un médicament en cours de développement et pas question de laisser un laboratoire ou une organisation indépendants effectuer des essais sans l'accord du propriétaire du produit. Pourtant des résultats contradictoires commencèrent à semer une certaine confusion. D'abord une efficacité loin d'être prouvée auprès des malades selon la FDA (Food and Drug Administration), mais supportée par un autre organisme nord-américain, le CDCR (Center for Disease Control and Prevention) alors que l'équivalent japonais ne se prononçait pas et que l'EMA (European Medicine Agency) plaidait plutôt en faveur de Roche. Ces avis contradictoires révèlent l'effet très efficace, non pas du Tamiflu, mais de la pression exercée directement par les laboratoires Roche sur ces organismes. Cochrane n'en est pas restée là et une analyse plus fine des données fournies par Roche montrèrent que les essais avaient été conduits avec des sujets qui n'avaient rien à voir avec les conditions hospitalières réelles, en d'autres termes l'efficacité clinique n'était pas prouvée, loin de là. De plus, et là on hallucine, la règle du double-aveugle était transgressée, les pilules de placebo ayant une couleur différente que celle des pilules de matière active ! Pire, l'évaluation de l'état respiratoire des sujets ayant participé aux études n'était pas jugée par un médecin, généraliste ou spécialiste peu importe, mais selon la propre évaluation de ces participants, proprement hallucinant ! Il n'y a pas un grand effort à faire pour comprendre quel degré de truquage Roche avait atteint, du genre si la pilule est bleue vous dites que vous vous sentez mieux, si elle est verte déclarez que vous n'avez pas ressenti d'amélioration, aussi simple que ça, hallucinant ! Naturellement si les participants avaient l'impression d'être attaqués par des oiseaux noirs, ça ne relevait pas de la mission de l'étude …

Finalement Cochrane Collaboration a obtenu quelques documents des laboratoires Roche en … 2013 et 30 milliards de dollars plus tard dépensés en pure perte. Le dernier rapport de Cochrane Collaboration publié le 10 avril 2014 indique que le Tamiflu n'a aucun effet sur les complications respiratoires consécutives à une grippe, qu'il n'a jamais réduit les hospitalisations pour « faits » de grippe, qu'il réduit les symptômes de la grippe d'une durée d'une demi-journée à au mieux une journée ! Hallucinant quand on prend en considération les effets secondaires multiples de ce médicament. Le Tamiflu provoque des vomissements (45 personnes sur 1000), des maux de tête (31 sur 1000), des troubles psychiatriques comme des oiseaux noirs hitchcockiens (11 personnes sur 1000) sans que le virus soit vraiment affecté, hallucinant ! Et quand on sait que Roche a fabriqué suffisamment de Tamiflu pour que 80 % de la population de la planète puisse être traitée, on apprécie la puissance de la peur que représente la grippe dans les esprits, peur qui est admirablement exploitée par les laboratoires pharmaceutiques quitte à mépriser les règles éthiques les plus élémentaires et les codes de bonne conduite scientifique ! Hallucinant !

Ce véritable scandale du Tamiflu a tout-de-même permis de faire évoluer la situation sur les essais cliniques. L'open data est déjà mis en place de manière contraignante au moins en Grande-Bretagne et en Australie. Il faut espérer que l'Union Européenne adoptera la même attitude nonobstant le puissant lobbying des compagnies pharmaceutiques. Quant à la France et le Japon, l'open data n'est pas encore à l'ordre du jour, hallucinant !

Sources : The Telegraph

Énergie nucléaire : quand l'IPCC fait les comptes
Énergie nucléaire : quand l'IPCC fait les comptes
Quand Leonardo Di Caprio fait de l’écologie avec de l’argent sale…
Quand Leonardo Di Caprio fait de l’écologie avec de l’argent sale…
Pourquoi Ébola fait-il peur ?
Pourquoi Ébola fait-il peur ?

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :