Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


À pas sourds

À pas sourds

Par  

« A pas sourds, je traverse le bois
Loin du cauchemar de la plaine
Dans le vertige
Apre et délivré
Là où
La sève coule sur le marbre
Nourrissant la pierre chaude
A la lisière, la trace se fait rare
L’éclosion du jour piégeant les bêtes de passage
Je me cache sous une écorce douce
Morte dans le vent mais riche des soubresauts de lune
Autour de moi
Les espaces se vident
Je suis au bord du réel et je tâtonne
Cherchant l’amorce d’une issue
D’un signe au ravissement de l’œil qui n’oublie
D’une mémoire du scintillement
Les éléments,
Les pierres et les bois que je touche
Brusquent mon vivant
Sensible
Mais je résiste
Je défie les ordres, les contours
Les mains dans la terre charriée de rétines, je creuse
Je sens
Les vestiges de mon immobilité
De ma paresse acquise et soudaine
Solaris
L’animal est couché
Blessé
Il respire encore fort
Là où ma mémoire reste à distance
Là où les herbes hautes se tournent vers une autre scène
Le meurtre du père »

Le Petit-prince futur
Le Petit-prince futur
Crépuscule
Crépuscule
Sur la tendance
Sur la tendance "Maraine" aux Etat-Unis

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :