Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Etymologies pour survivre au chaos

Etymologies pour survivre au chaos

Par  

Andréa Marcolongo s’est taillé une belle réputation avec son livre La part du héros publié en 2019. La jeune helléniste, diplômée de Lettres classiques à l’Université de Milan, se bat pour faire vivre les langues mortes, notamment le grec. Son succès est fulgurant puisqu’en l’espace de quelques années, elle est traduite dans 28 pays et compte plus de 400000 lecteurs. Dans son dernier opus, Etymologies pour survivre au chaos, elle poursuit le combat en faveur de la culture et de l’intelligence.

Notre auteur, dont le mentor fut la grande helléniste Jacqueline de Romilly, dévoile l’origine de sa vocation : « Depuis le temps du lycée où j’étudiais pour la première fois le grec et le latin dans toute leur puissance, j’étais intriguée et séduite par le fait que certains mots antiques descendent de « quelque chose » d’encore plus ancien qui les rapprochait et dont je trouvais l’écho dans les mots de ma langue, l’italien. » Sa vocation est depuis sans cesse ravivée par les enjeux de civilisation que constituent la juste appropriation d’une langue et sa préservation sacrée : « J’ai relevé deux maux qui affligent le langage contemporain : d’un côté une hypertrophie incontrôlée qui provoque une surabondance de termes et une production effrénée de néologismes, comme si les mots que nous avons déjà ne suffisaient plus à exprimer ce que nous pensons. De l’autre, une faiblesse généralisée, presque une fragilité, qui nous pousse à ne pas avoir confiance en nos mots, à penser qu’ils ne nous suffisent pas, qu’ils ne sont pas assez précis ni incisifs. »

Nous songeons au fameux mot d’Albert Camus : « Mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde. » Une civilisation qui croit en elle-même se doit de respecter la langue qui a contribué à la façonner, ses évolutions les plus récentes et son histoire. Concernant l’étymologie, objet du livre, Andréa Marcolongo, à travers les 99 mots pris au hasard de ses désirs, exhorte à « poétiser notre présent, trop gris et silencieux. »

Le mot « vin » l’a conduite dans la file de tous ceux qui depuis des millénaires se demandent pourquoi chez Homère, la mer n’est pas azur, ni indigo, ni bleue, mais (oinopspontos) : « mer aux couleurs de vin », c’est-à-dire pourpre. A ses yeux, ce sont aussi les vers du poète latin Horace qui honorent la noble substance et son pouvoir enchanteur : « Quid non ebrietas dissignat ? Operta recludit, spes iubet esse ratas, ad proelia trudit inertem, sollicitis animis onus eximit, addocet artis. » : « Est-il rien que l’ivresse ne mette en liberté ? Elle ouvre la porte aux secrets, elle change l’espérance en réalité, elle pousse le poltron au combat, elle soulage de leur fardeau nos esprits inquiets, elle donne tous les talents. »

Pour l’étymon « enthousiasme », l’auteur nous rappelle que les Grecs de l’Antiquité étaient persuadés que rien de ce qui vaut la peine ne se fait tout seul : « Ils surent attribuer un nom précis à cette force qui nous pousse à être la meilleure version, difficile mais étonnante, de nous-même : l’enthousiasme (enthousiasmos). Un élan nécessaire hier mais surtout aujourd’hui, à une époque où nous vivons de pain et d’incurie. »

Quant à l’alpha et l’omega, nous sommes invités à écouter Epicure dans sa Lettre à Ménécée : « Ainsi, le plus effroyable des maux, la mort, n’est rien pour nous, étant donné, précisément, que quand nous sommes, la mort n’est pas présente ; et que, quand la mort est présente, alors nous ne sommes pas. » Ce n’est donc pas la peine, appuie Andréa Marcolongo, de craindre cet omega gravé dans la pierre parce que si nous sommes en train de l’observer, peut-être en frissonnant, cela signifie seulement que nous sommes en vie dans la lumière de l’alpha.

L’obscurité nous guette, mais elle peut très bien attendre encore.


Lire le Grand Meaulnes et s’en souvenir
Lire le Grand Meaulnes et s’en souvenir
Huysmans peut-il survivre chez Houellebecq ?
Huysmans peut-il survivre chez Houellebecq ?
De Verbe et de chair Henri Quantin
De Verbe et de chair Henri Quantin

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :