Découvrez la collection Mauvaise Nouvelle, aux Éditions Nouvelle Marge.


Deux films méconnus de Marion Hansel en DVD

Deux films méconnus de Marion Hansel en DVD

Par  

Sur la terre comme au ciel & Nuages, lettres à mon fils, deux films méconnus de Marion Hansel à voir en DVD.

Sur la terre comme au ciel

Maria, femme active, attirante et célibataire, réussit une brillante carrière de journaliste à la télévision. Elle est enceinte de quelques mois et ainsi comblée. Elle ne sait pas que l’enfant qu’elle porte a décidé dans le "NULLE PART", en concertation avec tous les fœtus du monde, de ne plus naître et de laisser s’éteindre la race humaine. Maria sera la seule à prendre petit à petit conscience de ce qui se passe et tentera vainement d’en avertir le corps médical puis les médias.

Un dialogue passionnant et émouvant s’installe entre elle et son futur enfant. Arrivera-t-elle par son amour, par sa force et son bonheur de vivre à infléchir cette décision terrible…Arrivera-t-il à la convaincre que le temps est venu pour les hommes de retourner dans le NULLE PART…

Après la vision de ce film occulté (sorti en catimini en France en 1992 et descendu unanimement par la critique francophone rejetant violement le sujet), l’on ne peut que s’interroger sur la portée du message de la réalisatrice belge : qu’en serait-il si tous les enfants refuseraient de venir au monde ? Le thème du film  assez étrange et fascinant s’inspire en fait d’un scénario pour un concours de court-métrage de l’époque. Marion Hansel fait le choix ici de se démarquer de la science-fiction afin de traiter son sujet avec un réalisme percutant. Adroitement, elle interroge le spectateur en construisant un dialogue entre l’enfant à naitre et sa maman, les deux personnages centraux du film. La réalisatrice belge prend le parti de représenter et animer visuellement le fœtus à l’écran, ce qui n’était pas évident techniquement en ces débuts des années 90. Son film questionne le spectateur par l’intermédiaire de la voix du fœtus qui n’est autre que celle de son fils, alors âgé de cinq ans.

C’est à celui-ci que serra dédié, quelques années plus-tard, un autre film d’une pure poésie :

Nuages,  lettres à mon fils

« Ta conception fut joyeuse, j’avais toujours su que j’aurais un enfant, c’était une évidence, je n’étais pas pressée. Ton père ne fut pas difficile à convaincre, mon corps non plus. Une semaine plus tard, j’étais enceinte de toi. Tout était simple. »

Marion Hansel adresse une série de lettres à son fils. Touchantes et personnelles, elles  sont illustrées de séquences de nuages, de volutes de geyser, d’aurores boréales et  pour le final, de cieux peints, personnifiant une forme de vie précieuse que la réalisatrice a soucis de transmettre à son fils.

Cet essai poétique dont la partition musicale est signée Michael Galasso, est sorti en trois versions différentes, en fait avec trois narratrices (Catherine Deneuve, Charlotte Rampling, Carmen Maura) parlant respectivement en français, Anglais et Flamand.


(Re)voir Providence (1977) D’Alain Resnais
(Re)voir Providence (1977) D’Alain Resnais
Clio s’amuse avec la chanson
Clio s’amuse avec la chanson
René Féret, véritable artisan du 7ème art et cinéaste de la famille
René Féret, véritable artisan du 7ème art et cinéaste de la famille

Commentaires


Pseudo :
Mail :
Commentaire :